Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

L'amour des créatures pour Allah se départage en quatre catégories :

-L'amour à cause des récompenses,

-L'amour à cause des grâces et des bienfaits,

-L'amour pour Sa Perfection et Sa Beauté,

-L'amour pour Son Essence Transcendante.

Quantà l'amour pour la récompense et l'amour pour les grâces et les bienfaits, cela est connu. Il s'agit de deux amours du commun des croyants qui évoluent en conséquence de la quantité de récompenses, de grâces ou de bienfaits qu'Allah attribue à chacun. Cette forme d'amour peut même disparaître avec la suppression de ces causes-là.

Quant au troisième amour, sa cause est stable puisqu'il s'agit des Qualités Majestueuses de Perfection et de Beauté de notre Seigneur. Cela est l'apanage de la petite sainteté, mais il n'a pas droit au quatrième degré.

La quatrième catégorie est affranchie de causes, de qualités et de raisons. Cela est réservé à celui qui a eu l'Ouverture spirituelle, à qui sont ôtés les voiles, qui ont été témoin des secrets contenus dans les Noms, les Attributs, les Dons, les Réalités et les Perfections.

Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a fourni comme hadith, servant d'argument pour la première et seconde catégorie, la parole du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) qui dit : « Aimez Allah en raison des bienfaits qu'il vous octroie, aimez-moi pour l'amour d'Allah et aimez les gens de ma maison pour mon amour ». Rabi'a el 'Adawiya (qu’Allah l’agrée) a dit, par rapport à la troisième et quatrième catégorie : « Je T'aime de deux amours : d'un amour passionnel et d'un amour pour lequel Tu es digne d'être aimé »

Ensuite Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit : « Le véritable amour est celui qui engendre la jalousie de l'amant, en effet Chibli (qu’Allah l’agrée) a dit lorsqu'on lui demanda : « Quand donc te trouves-tu en repos ? » Il répondit : « Lorsque je constate qu'il n'y a personne d'autre que moi qui l'évoque. »

De plus, Abou Zeïd (qu’Allah l’agrée) dit à son compagnon, lorsqu'il lui demanda d'invoquer pour lui Allah afin qu'il lui accorde la Connaissance : « Tais-toi, je suis jaloux du fait qu'un autre que moi puisse Le connaître. »

Ensuite, Seïdina récita certains vers d’Ibn Farid (qu’Allah l’agrée) pour clôturer ce sujet.

Texte tiré de Djawahirou-l-Ma’ani (p.164)

Recherche et Traduction par la Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe