Seïdina Cheikh Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Sache que les choses qui causent l’expulsion du disciple de la présence de son Cheikh, sont au nombre de quatre :

- La première est la recherche des biens.

- La seconde est l’opposition par le cœur ou par la langue.

- La troisième est la répugnance du disciple devant la manifestation des faiblesses humaines du Cheikh qui est en opposition avec la connaissance.

- La quatrième est la perte du caractère sacré du Cheikh dans le cœur du disciple de manière définitive.

1 - Quant à la recherche des biens, que ce soit des biens terrestres ou des biens de l’au-delà, il faut savoir que la compagnie du Cheikh doit être recherchée pour Allah et non pour les choses, elle a deux conditions :

 La première condition est qu’il s’allie à lui en vue d’Allah, se disant : « Celui-là est l’allié d’Allah et je deviens donc son allié ». Le secret de cela se trouve dans la parole du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) rapportant d’Allah qui dit : « Celui qui s’en prend à l’un de mes alliés (Wali) je lui déclarerai la guerre ». Ce qui signifie : « Celui qui se fait l’allié de Mon allié du fait qu‘il est mon protégé (Wali) je le choisirai et je ferai de lui aussi Mon wali ». C’est cela le grand secret qui attire le disciple jusqu’à la Présence d’Allah.

 La seconde condition est que le disciple doit savoir que le Cheikh est le serviteur de la Présence (hadrat) et par conséquent, il sait ce qui est nécessaire comme adeb devant la Présence et les différentes envies, les intentions qui corrompent tout cela. Ainsi, si le disciple est au courant de cela, alors il accompagne le Cheikh afin qu’il le guide jusqu’à Allah et vers tout ce qui lui permettra de se rapprocher de Lui.

Le disciple ne doit tenir compagnie au Cheikh qu’en raison de ces deux conditions et non pas pour autre chose, car celui qui le fait pour autre chose, celui-là a perdu ce monde et l’au-delà. Allah n’est pas adoré pour un besoin précis, mais du fait qu’il est un Dieu méritant Son caractère divin et l’adoration pour Son essence, en raison de Ses qualités élevées et louables, de Ses Noms glorieux et c’est en cela que se trouve la noble adoration. De la même façon, on ne tient pas compagnie au Cheikh en vue des biens, mais afin que grâce à son alliance avec lui, le disciple soit attiré à la sainteté, et qu’il connaisse par lui, l’adeb qu’il convient et qui est approuvé et tout ce qui peut lui poser des problèmes devant la Présence Divine.

Il est ordonné aux Chouyoukh de réprimer les disciples et de les sanctionner sur le suivi de leurs passions même dans le peu, car à l’instant où il suit sa passion il est un infidèle à Allah (Kafir Billêh) avec certitude et sans hésitation puisqu’il s’est exposé aux passions, qu’il a désobéi à l’ordre d’Allah et a divergé avec lui, en vérité, il adore un autre qu’Allah et n’a rien à voir avec Allah en rien. Si jamais il dit : « Il n’y a de dieu qu’Allah », la langue de la vérité lui répond : « Tu as menti, car tu es un idolâtre ». C’est en ce sens que la parole du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) dit : « Il n’y a pas en dessous de la voûte céleste une divinité adorée en dehors d’Allah plus grande qu’une passion suivie »

Si le disciple sait tout cela, alors il ne doit pas en vouloir à son Cheikh, ni laisser libre cours à sa colère, s’il ne satisfait pas ses désirs dans leur recherche des biens. Le Cheikh connaît mieux où se trouve le bien du disciple et où se trouve son mal, tandis que le disciple ignore tout cela. Donc, si celui-ci lui demande un bien d’où qu’il soit et que le Cheikh ne l’aide pas, qu’il sache alors qu’il le lui a défendu dans son propre intérêt et afin de repousser de lui ce qui allait le corrompre. Si en raison de cela il se détourne de son Cheikh, alors il est rejeté de la Présence Divine et se voit détacher d’avec son Cheikh. Et si en plus de s’être détourné, le disciple se met en colère contre lui alors il a rompu complètement d’une rupture radicale ne permettant pas le retour.

2 - Quant à l’opposition par le cœur ou par la langue, cela est l’épée tranchante qui coupe la corde qu’il y a entre le cheikh et son disciple. Il ne doit rien critiquer des affaires du Cheikh, si cela ne correspond pas avec ce qu’il possède comme science apparente ou cachée, qu’il sache qu’il y a des subtilités entre le Cheikh et son Seigneur que le disciple ignore, or le Cheikh suit la voie de ces subtilités là. Donc, si extérieurement il apparaît qu’il semble contredire la loi, en réalité il ne s’est point détourné d’elle, même si les autres ne le savent pas.

3 - Quant à la réticence des disciples devant la manifestation des faiblesses humaines du Cheikh, cela est la raison que le disciple ignore Allah et les stations comportementales. En effet, Allah se manifeste dans chaque degré des degrés de Ses créatures selon un ordre et une modalité (Amr Wa Houkm) qui est différente dans chaque degré. Or ces théophanies ont parfois l’aspect de perfection liée à la Sagesse Divine et parfois son aspect est celui de l’imperfection. La théophanie de ces aspects-là, liée à la Sagesse Divine, ne peut être évitée ou déviée de leur manifestation d’imperfection, car cela est le résultat de la Volonté Divine et tout ce qui est relié à cette volonté, il est impossible de la dévier. Il est donc obligatoire à tout connaissant de voir apparaître en lui des faiblesses humaines, puis cette imperfection se voit mêlée à l’image de la perfection du fait des subtilités qu’il y a entre lui et Allah, et parfois, il est perçu avec conviction, par le disciple, en tant qu’imperfection.

Cette perception de faiblesse est en réalité l’application de la Volonté Divine dominante, si bien qu’il est inévitable d’y échapper, si le disciple constate donc que la nature humaine de son Cheikh se comporte selon l’imperfection soit dans la loi, soit par les comportements dégradants, qu’il prenne en compte alors tout ce que nous venons d’évoquer et qu’il sache que ces agissements ne font point sortir le Cheikh de la Présence de son Seigneur et ne le gênent en rien dans sa station de proximité, ni ne diminuent par cela la perfection de son adeb. Si le disciple sait tout cela, il ne doit pas rejeter son cheikh pour ce qui se manifeste de ses faiblesses humaines. Or chaque disciple, en quête d’un degré auprès d’Allah, s’y attachant en vue de la Proximité et de l’aboutissement, veut qu’il n’y ait aucune imperfection. À ce moment-là, la langue de l’état l’appelle en lui disant : « Il ne te sert à rien de convoiter ton entrée dans la présence Divine car tous les degrés ont obligatoirement des manifestations d’imperfection ».

La perfection ne peut apparaître dans son aspect sensible libéré du Nafs dans tous ses aspects et toutes ses situations que dans trois degrés seulement et ce sont :

- L’étape du message Divin pour les messagers (sur eux la paix), pour celui qui a pénétré sa Présence.

- L’étape de la Prophétie pour celui qui a pénétré Sa Présence.

- L’étape de la station du Pôle (El Qotbaniya) pour celui qui a pénétré Sa Présence (il s’agit de Hifdh pour eux).

En ceux-là, il n’y a aucun aspect d’imperfection. Quant au reste des degrés, ils manifestent fréquemment un aspect d’imperfection et il se peut aussi que cela ne se manifeste pas. Quant aux trois degrés cités, même si quelqu’un y voit un aspect d’imperfection, c’est en raison de son ignorance, car il s’agit du summum de la perfection. C’est à cela que fait allusion la parole du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) : « Qu’est ce qu’ont les gens à se complaire de voir les choses que j’ai faites. Par Allah, je suis celui qui connaît le mieux Allah et qui le craint le plus ».

4 - Quant à la dégradation à nos yeux du caractère sacré du Cheikh, c’est la plus grande cause qui nous rompt d’avec Allah et la dégradation de cette vision signifie ne pas donner de considération s’il lui ordonne ou lui défend.

La plus grande cause qui relie le Cheikh et son disciple, c’est qu’il ne lui associe personne dans l’amour qu’il lui porte, ni dans le respect, ni dans l’irrigation qu’il reçoit de lui, ni dans le fait de lui réserver son cœur. Cela se retrouve dans la législation prophétique, car celui qui met au même niveau le degré du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) avec le degré d’un autre d’entre les prophètes et messager (sur eux la paix) dans l’amour, la valeur, dans l’irrigation et le fait de lui réserver son cœur et dans la législation, cela révèle qu’il devrait mourir en tant que mécréant sauf s’il est préservé par l’amour qu’Allah lui porte. Tout en sachant cela, sache que le disciple doit se comporter avec son Cheikh comme il se comporte vis-à-vis du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) dans la valeur, l’amour, l’irrigation, et dans le fait de lui réserver son cœur, sans mettre à son égal personne d’autre que lui dans ces choses-là et en ne lui associant personne.

Parmi les grandes causes provoquant la rupture avec Allah, c’est le fait qu’il rapporte l’origine de ses ouvertures et de ses secrets à un autre que son Cheikh. Car il faut savoir que les lumières Divines qui affluent sur le serviteur lui dévoilant des secrets et des états, des connaissances et des sciences et permettant l’élévation dans les degrés, chacune de ces lumières-là est nostalgique du lieu de son émanation et de cette Présence Divine d’où elle apparaît et se développe. Ainsi, pour chaque Cheikh des gens d’Allah, il y a une Présence particulière que l’on ne peut associer à aucune autre. Donc, si la lumière a émané avec les éléments que nous avons cités tels les secrets, les connaissances et que le disciple l’attribue à une autre présence Divine que celle à laquelle elle appartient réellement, cela alors conduit à son offense, ce qui poussera ces lumières à retourner à leur emplacement originel.

Dans la sagesse Divine, cette situation d’affiliation est comparée à l’affiliation qui lie le fils au père. Allah a dit : « Appelle-les par leur père, cela est plus équitable chez Allah […] » (Sourate 33 les coalisés, verset 05).Ainsi, celui qui apparente une lumière à une autre présence Divine que la sienne, celui-là s’est mal comporté face à la présence de la Vérité et a menti sur Allah. Or, la Présence ne supporte pas le mensonge, c’est pour cela qu’il est rejeté et dépouillé et nous cherchons protection auprès d’Allah »

Extrait tiré et traduit de l’épître « Risalat el Fadl wal Imtinan.. » de Sidi Hajj ‘Ali Harazim Berrada (qu’Allah l’agrée).

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe