Par le plus insignifiant des disciples de Seïdina Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret), Mohamed el Mansour Mohiedine Tidjani, qu’Allah lui accorde Sa Douceur.

Selon Tamîn Ibn Aws Addarî (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « La religion c’est le bon conseil et la loyauté ». Nous demandâmes : « Vis-à-vis de qui ? » Il dit : « Vis-à-vis de Dieu, de Son Livre, de Son Messager, des guides des musulmans et de leurs simples citoyens ». (Rapporté par Mouslim).

Le premier pas dans la voie vers Allah c’est la véracité, si l’un de nous est véridique et qu’il a enraciné ses pas dans l’amour sincère envers Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et qu’il a renforcé son attache à la corde de sa Tariqa, alors véritablement ni il ne recherche ni il ne convoite aucun autre que lui parmi l’ensemble des Aouliya (que soient sanctifiés leurs secrets) d’entre les vivants ou les morts. Et ce, même s’il rencontre le Pôle de son temps et qu’il constate ses nombreux prodiges montrant son degré particulier dans la sainteté, et bien il restera enraciné dans l’amour sincère envers son Cheikh.

Il a été rapporté de l’un d’entre les membres de cette Tariqa, qu’il a rencontré El Khadir (sur lui la paix) et celui-ci lui dit : « Je suis El Khadir, as-tu une quelconque demande ? » Il lui répondit : « Sache qu’Allah le Très-Haut m’a comblé par celui qui est au-dessus de toi et de tout autre que toi d’entre les Saints, mon Cheikh et mon lien avec mon Seigneur, Sidi Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) »

Allah le Très Haut dit :« Dis : «Si vous aimez réellement Dieu, suivez-moi et Dieu vous aimera et vous pardonnera vos péchés. Dieu est infiniment absoluteur et miséricordieux ». (Sourate 03 La famille d’Imran, verset 31)

Sachez que l’amour de notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) est le fondement essentiel du cheminement au sein de notre Tariqa Ahmediya Mohammediya Ibrahimiya Hanifiya Tidjaniya, il a dit (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « Le maître de l’Existence m’a informé que celui qui m’aime, il est alors aimé du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et qu’il ne mourra qu’en étant un Wali sans aucun doute. »

Il a dit (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « Le maître de l’Existence (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) m’a dit : « Tu es en sécurité et celui qui t’aime est aussi en sécurité, tu es mon aimé et celui qui t’aime est aussi mon aimé. » »

Il a dit (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « Recevez la bonne annonce que celui qui se trouve en notre amour jusqu’à mourir avec, il sera ressuscité parmi les gens du Salut quelle que soit sa situation et tant qu’il ne se croit point à l’abri de la ruse d’Allah. »

Il a été rapporté de Sidi Mohamed ibn ‘Arabi Tazi Damraoui (qu’Allah l’agrée) lui qui faisait partie des gens qui rencontrait le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) vingt-quatre fois par jour, que ce dernier lui a déclaré : « Sache que si ce n’était ton amour envers Tidjani tu n’aurais jamais pu me voir. » Tout comme il a été aussi rapporté par Sidi Mohamed el Ghali (qu’Allah l’agrée), l’un des piliers de cette Tariqa Mohammediya, qu’il a vu le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) en rêve qui lui a dit : « Tu es le fils de l’aimé et tu as pris la Tariqa de l’aimé. »

Cependant, l’amour de notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) implique le juste suivi, car c’est sa condition, or celui qui ne le suit pas convenablement alors c’est qu’il ne l’aime pas véritablement et cela devient une prétention mensongère.

Lorsqu’il fut interrogé (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « Est-ce qu’on mentira à ton sujet ? » il répondit : « Oui », et son juste suivi doit se faire dans toutes les situations, par la parole, le mouvement, l’immobilité, les œuvres et l’état. Certes, Seïdina Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a intensément insisté sur la conformité aux Lois d’Allah, il a dit : « Si vous entendez des propos qui me sont attribués alors pesez-les avec la balance de la Chari’a, s’ils sont conformes, prenez-les sinon rejetez-les ». Et bien, de même au niveau de la Tariqa, on se doit de peser nos œuvres en conformité avec la balance de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), ce qui est en conformité avec ses propos on l’accomplit et ce qui s’en écarte, on le délaisse.

L’imam Rifa’i (qu’Allah l’agrée) a dit à ce propos : « Ô mes disciples ! Sachez que je me désavoue de celui d’entre vous qui m’insulte. » Ils répondirent : « Mais comment oserions-nous t’insulter alors que tu es notre Cheikh ? » Il dit : « En prétendant ce que je n’ai pas dit et en accomplissant ce qui est réprouvé, car si les gens constatent cela de vous ils diront : « S’ils n’avaient pas vu ou entendu cela de leur Cheikh alors ils ne l’auraient pas fait eux-mêmes. »

On constate qu’il y a de nombreux musulmans qui se réclament de cette voie bénie, pourtant ils ne l’honorent point en raison de leur ignorance et de leur égarement.

L’imam Rifa’i (qu’Allah l’agrée) a dit encore : « La voie ne peut être évaluée par le nombre de ses adeptes, mais elle s’évalue seulement par l’œuvre du Cheikh de la voie. »

Par conséquent, c’est seulement par les œuvres de notre maître bien aimé Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) que se délimite la voie droite du cheminement de notre Tariqa bénie. Malheureusement, à notre grand regret son cheminement a été délaissé sauf de ceux qui furent épargnés par la miséricorde d’Allah. De même, j’ai pu constater par rapport à ce que j’ai entendu à travers mes diverses rencontres et mes nombreux échanges, que chacun convoite au travers de cette noble Tariqa Tidjaniya, un profit matériel ou social, ou la position de Cheikh ou de Mouqadem, ou encore la recherche des secrets des Noms Suprêmes Divins ou toutes les autres choses de cette sorte. Ainsi, de ce fait, il n’est préoccupé que par ses désirs passionnels qui l’orientent vers le sentier des convoitises égoïstes ou vers les mirages des souhaits mondains. Or la conséquence de tout cela c’est mon étonnement de l’ignorance, de ce que doit pourtant nécessairement connaître celui qui chemine, afin de ne pas tomber dans l’association par la recherche de biens intéressés.

Et ce qui est encore plus étrange que tout cela c’est que j’ai assisté à des assemblées où les sujets traités s’opposaient entièrement aux propos de notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Cependant qu’il nous éduque à travers cette Tariqa bénie dans un cheminement qui suit entièrement l’éducation parfaite que lui a inculqué notre bien aimé Prophète Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) à l’état de veille et non en songe.

C’est pourquoi il est indispensable à ceux qui fournissent une éducation au sein de cette Tariqa Ahmediya, que leurs paroles soient en tout premier lieu comparées à celle de Seïdina Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret), ce qui est en conformité avec lui on le prend et ce qui s’y oppose on le délaisse. Et cela afin de ne pas être tel que celui à qui notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) dit une fois, lors d’une assemblée rassemblant les plus grands savants de son époque : « Ne soit pas tel celui qui, quelle que soit la charge qu'on lui donne, la prend sans même regarder son contenu ».

Nous devons savoir avant toute chose que cette voie bénie est une voie soufie dont le seul objectif est l’orientation vers Allah et l’abandon de toute autre que Lui. Elle n’accepte ni rajout ni diminution, elle est à l’exemple de l’Islam en tant que religion qui est parfaite et complète, Allah le Très-Haut dit : « Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous. » (Sourate 05 La Table servie, verset 3)

Notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) n’a pas rejoint le voisinage de Son Seigneur sans nous avoir, au préalable, transmis cette Tariqa bénie complète et entière, aussi claire la nuit que le jour, ne peut s’en écarter que celui qui est voué à la perdition. C’est pour cela qu’il est un devoir pour tout tidjani de ne pas se détourner de son cheminement (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et de son éducation, et de ne parler, ni de guider et d’éduquer qu’à travers sa noble langue (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Tout comme on se doit par là même de veiller à délaisser toutes nos passions et d’abandonner toutes nos pensées afin de se conformer à tout ce qu’a apporté Seïdina Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret) dans la généralité comme dans le détail.

Il n’y a aucune parole à rajouter à la sienne (qu’Allah sanctifie son précieux secret), car il parle par la langue de la vérité et il est un guide aussi bien pour le commun que l’élite, et l’élite de l’élite, parmi les hommes et les Djinn. Nos modèles en cela sont les nobles Compagnons du Prophète et les Suivants (qu’Allah les agrée), car malgré leurs immenses degrés, ils se sont contentés de nous transmettre ce qui a été rapporté du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) sans rien rajouter ni diminuer, par crainte d’instituer dans la religion ce qui n’en fait pas partie, et certes le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui apporte dans notre religion-ci une innovation qui lui est étrangère, on doit rejeter tout ce qu’il dit ».

Ainsi étaient-ils (qu’Allah les agrée), et ce, malgré qu’ils avaient atteint des degrés particuliers et qu’ils possédaient une science particulière, tel Abou Bakr Siddiq (qu’Allah l’agrée), ‘Omar ibn el Khattab (qu’Allah l’agrée), ‘Othman ibn ‘Affan (qu’Allah l’agrée), ‘Ali ibn Abi Taleb (qu’Allah anoblisse son visage) au sujet duquel le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Je suis la cité de la science et ‘Ali en est sa porte. », ainsi qu’Ibn ‘Abbas (qu’Allah l’agrée) et Abou Houreyra (qu’Allah l’agrée) à qui le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Si tu désires ne pas devoir t’arrêter sur le Pont Sirat l’instant d’un clignement d’œil alors n’invente rien dans la religion d’Allah en suivant ton avis personnel, et conforme-toi aux commandements du Qoran en suivant ses injonctions et ses interdictions » ainsi que d'autres qu'eux (qu'Allah les agrée).

Il en était de même en ce qui concerne les Compagnons de Seïdina Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret) - et qui peut être comparé à ses nobles Compagnons (qu’Allah les agrée) - qui n’ajoutaient ni ne diminuaient rien en cette Tariqa bénie et en l’éducation qui provenait de notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Et ce, malgré qu’ils avaient atteint des degrés particuliers et qu’ils possédaient une science particulière, hormis bien entendu dans le cas où ils avaient reçu une autorisation particulière de sa part.

On se doit de se comporter avec respect et bienséance envers notre maître bien-aimé Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) tout comme lui-même se comportait envers le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) avec respect et convenance, tel qu’il l’a décrit dans une de ses lettres où il a dit :

« […] sache bien que mon état avec lui (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) est celui du serviteur vis-à-vis du roi, assis auprès de lui en silence et avec convenances (Adeb). Il n'a rien à demander et ne possède rien du roi. Si le roi ordonne il ne fait qu'exécuter. Sinon il se contente d'être assis en présence du roi en silence et avec adeb. Je ne peux rien lui demander et je ne peux pas lui poser de questions, je n'ai envers lui aucune initiative, s’il m'ordonne alors je m'exécute. Il m'a défendu et éduqué dans le sens où je ne peux lui demander ou l'interroger, et ce, depuis plusieurs années […] »

Certes, c’est notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qui est incontestablement le Cheikh dépositaire de cette Tariqa Mohammediya, c’est lui le Pôle Caché et l’héritier Mohammadien connu, c’est lui le Sceau des Saints qui reçoit tout ce qui émane de l’essence des prophètes (sur eux tous la paix) et l’irrigateur de tous les saints depuis le début de la création jusqu’au jour où on soufflera sur la Trompe. Quant à l’ensemble des khalifes, des maîtres spirituels et des Mouqadem, que leur valeur soit grande ou petite, ils ne sont que disciples en sa sainte Présence et il ne leur convient que de s’orienter vers lui, Seïdina Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit : « Mes compagnons ne sont qu’un, et celui qui me connaît, il me connaît seul »

Et surtout qu’aucun d’entre nous ne pense que cela n’était valable que de son vivant et que depuis sa mort c’est interrompu, car notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) continue de voir, d’entendre et de parler, et il déverse sur nous de ses effusions spirituelles, de ses irrigations, de ses lumières, de ses connaissances, de ses sciences et de ses secrets. Il ne nous a point délaissés, mais ce n’est que nous-mêmes qui l’avons délaissé et qui ne le considérons pas présent parmi nous, alors que tout au contraire on se doit d’être certain de sa présence.

Quant à celui qui se méprend en pensant que toute son irrigation s’est interrompue par sa mort comme pour tous les morts, celui-là méconnaît son degré (qu’Allah sanctifie son précieux secret), il a manqué de respect envers lui, et il est à craindre pour lui d’avoir une telle conception. Et certes, Allah le Très Haut dit : « Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n'entendent pas. » (Sourate 07 Al A’raf, verset 179)

Le Chérif Sidi Mohamed el Ghali Abou Taleb (qu’Allah l’agrée) a rapporté qu’il a vu Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) après sa mort et qu’il lui a dit : « Ô Sidi, tu es parti et tu nous as laissés ». Et Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) de lui répondre : « Je ne suis pas absent et je ne vous ai pas quitté, mais ce n’est qu'un passage de la demeure terrestre (Tourabiya) à la demeure lumineuse (Nouraniya) »

Ainsi, on se doit de craindre Allah en nous-mêmes et vis-à-vis de l’ensemble des gens, on se doit de ne rien rajouter à cette voie bénie et de ne rien en diminuer, et Allah le Très Haut dit : « Ô vous qui avez cru ! Craignez Allah. Que chaque âme voit bien ce qu'elle a avancé pour demain. Et craignez Allah, car Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. » (Sourate 59 L’Exode, verset 18)

Et Allah le Très Haut dit : « Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture. » (Sourate 33 Les Coalisés, verset 70)

Et Allah le Très Haut dit : « “Craignez Allah ! ” Voilà ce que Nous avons enjoint à ceux auxquels avant vous le Livre fut donné, tout comme à vous-mêmes. Et si vous ne croyez pas (cela ne nuit pas à Allah, car) très certainement à Allah seul appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah se suffit à Lui-même et Il est digne de louange. » (Sourate 04 Les femmes, verset 131)

Et Allah le Très Haut dit : « Et craignez le jour où vous serez ramenés vers Allah. Alors, chaque âme sera pleinement rétribuée de ce qu'elle aura acquis. Et ils ne seront point lésés. » (Sourate 02 La vache, verset 281)

Et Allah le Très Haut dit : « Ô vous qui avez cru ! Préservez vos personnes et vos familles, d'un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres, surveillé par des Anges rudes, durs, ne désobéissant jamais à Allah en ce qu'Il leur commande, et faisant strictement ce qu'on leur ordonne. » (Sourate 66 L’interdiction, verset 6)

Par conséquent, on se doit d’agir avec respect, par l’écoute et l’obéissance envers notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), Allah le Très-Haut dit : « Ô les croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement. » (Sourate 04 Les femmes, verset 59)

Et le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) dit : « Celui qui m’obéit il a alors obéi à Allah, et celui qui me désobéit il a alors désobéi à Allah, celui qui obéit à mon représentant il m’a alors obéi, et celui qui désobéit à mon représentant il m’a alors désobéi. » (Unanimement reconnu authentique)

De ce fait, il nous faut indispensablement suivre les enseignements de notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) afin de ne point s’écarter de son cheminement. Le célèbre Cheikh ‘Omar Foutiyou (qu’Allah l’agrée) avait reçu du compagnon de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) Sidi Mohamed el Ghali (qu’Allah l’agrée) le livre Djawahirou-l-Ma’ani avec la recommandation de le lire attentivement afin de ne pas s’écarter de la voie de la vérité.

De même cette voie bénie ne façonne pas des êtres pour les prodiges ou pour les éloges. Les prodiges ne sont point un critère infaillible prouvant la sainteté et on se doit même d’y prendre garde et de ne point s’y incliner inconsciemment, car cela peut servir d’accès au Démon pour nous entraîner vers l’égarement et la perdition. Allah le Très-Haut dit : « Sont-ils à l'abri de la ruse d'Allah ? Seuls les gens perdus se sentent à l'abri de la ruse d'Allah. » (Sourate 07 Al A’raf, verset 99) Il a été dit à Abou Yazid Bistami (qu’Allah l’agrée) : « Untel peut se rendre en une nuit à La Mecque. » Il répondit : « Le Démon peut se rendre en un instant de l’Orient à l’Occident tout maudit qu’il est. » On lui a dit aussi : « Untel peut marcher sur l’eau ! » Il répondit : « Et alors ! Les oiseaux peuvent voler dans les airs et les poissons aller sur l’eau. »

Djounaïd (qu’Allah l’agrée) a dit : « Des hommes ont marché avec certitude sur l’eau alors que des hommes meilleurs qu’eux sont morts de soif »

Si tu as compris cela, sache alors que l’objectif primordial du cheminement en cette voie bénie n’est que d’orienter l’individu vers la pure réalité, suivant en cela le sentier de notre Prophète élu (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et de ses nobles compagnons (qu’Allah les agrée tous).

Ibn ‘Ata Allah (qu’Allah l’agrée) a dit : « Il se peut que soit favorisé du don des prodiges quelqu’un dont la conduite n’est pas parfaite. » Or il n’y a pas de plus grands prodiges que la rectitude, notre bien aimé guide Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) cachait les prodiges et n’aimait point les laisser paraître devant ses compagnons (qu’Allah les agrée), par contre on voyait resplendir en lui l'éclat parfait de la rectitude.

Il a été rapporté de Sidi Hajj ‘Ali Tamacini (qu’Allah l’agrée), qui faisait partie de l’élite des élites parmi les compagnons de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) célèbre pour sa Grande Ouverture, qu’il accomplissait des choses miraculeuses montrant la particularité de sa station auprès d’Allah. Une fois il est venu faire la visite à Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) à Fès par le biais du « prodige du pas » jusqu’à ce que Seïdina le réprimanda en lui disant : « Si tu es venu me voir pour Allah, tu dois venir en agissant tel le commun des gens avec des chaussures, une canne et une escorte, tu goûtes à tout ce que ressentent les autres sur le chemin comme soif, fatigue et peur et autre ».

Une autre fois aussi Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) fit la prière du 'Asr la dirigeant devant un groupe de huit compagnons, quand ils eurent fini l'office et qu'il fit face à ses compagnons, ceux-ci ne s'étaient pas rendu compte de la présence d'une rafle de dattes.

Ils ont alors regardé Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret), stupéfaits de l'apparition soudaine et miraculeuse de ces dattes. Quand Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) constatât leur état, il leur dit : « Cela est l'acte de tel homme » et l'a qualifié de pitre ou quelque chose de ce genre tout en le nommant.

Par la suite, quand Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) rencontra Sidi Hajj 'Ali Tamacini (qu’Allah l’agrée), il lui cita ce qui fut arrivé et lui demanda : « Qu'est-ce qui t'a poussé à faire cela ? » Il répondit : « Ô mon maître ! Excusez-moi, j'étais à ce moment-là dans un des mes champs. Les ouvriers étaient en train de cueillir des dattes et voilà que j'ai vu cette rafle, elle me plut et j'ai eu envie qu'elle vous parvienne dans le même état. Ceci m'a poussé à la jeter et à prononcer des paroles secrètes pour qu'elle arrive entre vos mains. » Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) le réprimanda pour cela, et lui défendit de refaire des choses semblables.

Le cheminement au sein de cette Tariqa Hanifiya prépare l'homme, par le bon caractère, à prendre le chemin droit, le chemin de la rectitude, ce chemin que nous demandons sans cesse à Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dans nos prières dans la sourate Fatiha : « Guide-nous dans le droit chemin » (Sourate 01 El Fatiha, verset 06). De même, le cheminement lui permet la réalisation dans l’unicité et la voie des prophètes (sur eux tous la paix), eux qui ont sacrifié leur personne sur le chemin d’Allah.

Allah le Très Haut dit dans le hadith Qoudousi : « Approchez les gens de « Le ileha ila Allah » sous l’ombre de Mon Trône, car Je les aime. »

Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « La meilleure parole que j’ai dite, moi et les prophètes qui m’ont précédé c’est : « Le ileha ila Allah » »

Il a dit aussi (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) : « Il n’y a pas en dessous de la voûte céleste une divinité adorée en dehors d’Allah plus grande qu’une passion suivie. »

Notre voie est une voie qui détient la source de l’éducation Abrahamique, qui incite à se parfaire dans notre lien avec Allah et à s’orienter exclusivement vers Lui, nous détournant de tout attachement autre que Lui. Parmi ce qui montre la servitude parfaite de Seïdina Ibrahim (sur lui la paix) et de son parachèvement dans l’observance des Droits Seigneuriaux, il y a le fait que lorsqu’il fut catapulté vers le bûcher et qu’il eut refusé l’aide de l’ange responsable du vent et de l’ange responsable de la pluie, le confiant Djibril (sur lui la paix) présenta son aide à son tour en disant : « As-tu un besoin ? » Il répondit (que la paix soit sur lui) : « De ta part non, mais d’Allah bien entendu. » Le confiant Djibril (sur lui la paix) lui dit alors : « Demande-lui donc. » Il répondit : « Il me suffit face à toute demande, Il est informé de ma situation. »

C’est du fait que le cheminement est axé essentiellement sur ce noble état, au sein de cette Tariqa bénie, qu’elle fût aussi nommée Ibrahimiya Hanifiya, enraciné dans le Livre d’Allah le Très-Haut et la pure Tradition du Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) qui a parachevé et anobli ce cheminement.

Je voudrais revenir à cette voie bénie, voie de l'essence de la vérité, voie de la réalité de la vérité. C’est à travers elle et ses conditions que l’on voyage vers les stations élevées. Notre unique provision dans ce chemin ne réside que dans l'amour et la dévotion pure et exclusive envers Allah le Très-Haut. Notre vénéré et bien aimé Cheikh Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit : « Allah n'est pas adoré pour un besoin précis, mais du fait qu'il est un Dieu méritant Son Caractère Divin et l’adoration pour Son Essence, de par Ses Qualités élevées et louables, Ses Noms glorieux et c'est en cela que se trouve la noble adoration. De la même façon on ne tient pas compagnie au Cheikh en vue des biens, mais afin que grâce à son alliance avec lui, le disciple soit attiré à l'alliance avec Allah».

Ecoutez mon conseil mes chers aimés en Allah ! On se doit de faire des efforts avec sincérité pour mettre en application les directives de notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) afin que nous soyons dans son véritable suivi. Nous lui devons l’écoute et l’obéissance à lui ainsi qu’aux guides qui ne dévient pas de son enseignement après lui.

L’Imam Ghazzali (qu’Allah l’agrée) a dit : « Le conseil est facile à donner le plus grand problème est qu’il est difficile à suivre, surtout pour les cœurs qui suivent leurs passions et leurs caprices, ainsi le goût du conseil devient amer pour eux,  car les interdits sont aimés par leurs cœurs.»

Je suggère à chacun d’entre nous d’exposer son état par rapport aux enseignements de notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) à travers le texte qui va suivre, et après de méditer et de s’interroger soi-même :

- Premièrement et avant toute chose, est-ce que j’ai pris connaissance des conditions de la Tariqa et m’y suis-je conformé afin de pouvoir me considérer réellement comme un disciple tidjani ? »

- Ensuite, est-ce que j’observe véritablement le tracé du cheminement déterminé par le Pôle caché ? »

- Enfin, est-ce que je m’applique à préserver l’ensemble de ce qu’a enseigné Seïdina Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret) dans l’énoncé ci-après ? :

Notre bien aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a commenté dans un chapitre traitant de ce que doit connaître nécessairement tout cheminant et tout dévot afin de ne pas tomber dans l’association à Allah par desseins intéressés :

« Sache que l’idolâtrie par dessein intéressé est l’une des six catégories d’association. Sa signification pour les gens de la démarche exotérique dans la Loi, c’est d’accomplir une œuvre de bien non pour Allah, mais dans le dessein d’attirer sur soi l’éloge des créatures ou d’obtenir des biens de leur part ou de repousser un préjudice ou de réaliser une alliance ou encore c’est d’œuvrer dans le seul but d’obtenir des palais et des épouses au Paradis et non celui de se conformer à Son Commandement.

En revanche, s’il met l’intention par son adoration et ses œuvres la Noble Face d’Allah –qu’Il soit Exalté- et la conformité face à Son Commandement, l’acquittement des droits de la Seigneurie ainsi que Sa Proximité et que son adoration Lui soit vouée, non pour autre chose, et qu’avec cela, il espère en la grâce d’Allah –Glorifié et Exalté - du fait qu’il soit prédisposé à obtenir au Paradis des Houris, des palais et autres, mais non par le fait de son adoration, mais exclusivement en raison de Sa Grâce, de Sa Générosité et par sa confiance en la promesse véridique d’Allah –Glorifié et Exalté- alors dans ce cas il n’y a aucun mal et aucune altération dans sa sincérité. Par contre, sa sincérité s’évade s’il œuvre seulement pour obtenir ces bienfaits sans désir de la Face d’Allah -Glorifié et Exalté- ou de l’adoration pour Lui. C’est celui-là qui est appelé « l’adorateur de ses passions » et non seulement ses œuvres sont vaines sans divergence, mais en plus il se rajoute des péchés.

Par contre celui qui adore Allah pour Lui ou désirant Sa Noble Face ou recherchant Son Agrément ou pour se conformer à Son Commandement ou être fidèle à Son Commandement en L’adorant ou dans le but de s’acquitter des devoirs de la servitude ou d’accomplir les droits de la Seigneurie ou pour L’honorer ou Le révérer ou par amour envers Lui ou par pudeur qu’Il ne l’observe dans une désobéissance à Son ordre ou par désir ardent ou par gratitude pour Ses Bienfaits, alors celui-là est véritablement sincère et il ne peut être mêlé d’ostentation tant qu’il se dépouille de tous les désirs cités précédemment. Quant à celui qui adore Allah avec l’ensemble de ces aspects de la sincérité, il est dans ces conditions un sincère parfait. Ensuite, même s’il est accompagné d’une espérance dans la Grâce d’Allah et que par cette seule Grâce il espère des Houris, des palais et des délices du Paradis et qu’il croit qu’Allah -Glorifié et Exalté- lui en fera don quand il y sera pour les avoirs dédaignés, et bien pour les gens de la compréhension exotérique de la Loi il n’y a pas, par cela, de déficience dans sa sincérité.

Par contre chez les Connaissants cela constitue aussi une idolâtrie par dessein intéressé. Pour eux, la sincérité n’est restreinte qu’à l’adoration en vue de la Noble Face d’Allah -Glorifié et Exalté- et seulement pour Sa cause, soustraite de toute espérance en dehors de Lui. Ils dédaignent se tourner un instant vers les mondes créés par leur cœur ou s’y fier brièvement ou en aimer quelque chose d’autre avec l’Aimé Suprême, à savoir Allah -Glorifié et Exalté-. Car en réalité ils n’aiment que ce qu’aime Allah et à cause de Lui - qu’Il soit Glorifié, et ils n’aiment rien en dehors d’Allah du fait d’une convoitise, ou d’un dessein intéressé, ou pour la satisfaction d’un besoin ou encore tout cela ensemble. C’est de là qu’ils se différencient des gens de la Loi apparente dans leur amour envers le Paradis et leur fuite de l’Enfer.

En effet, les gens de la Loi apparente aiment le Paradis pour y assouvir leur convoitise et ils fuient l’Enfer en raison de sa désolation ainsi ils agissent pour les mondes créés, les convoitant ou les fuyant selon ce qu’ils contiennent. Tandis que pour les Connaissants l’ensemble des mondes créé est pour eux à égal niveau, ils n’en font aucune distinction particulière de par ce qu’ils contiennent, mais seulement par rapport avec leur Bien Aimé -Glorifié et Exalté.

Ainsi, ils ne fuient point l’Enfer ni ne recherche à s’en préserver en raison de ce qu’il est, ni à cause de sa désolation, mais par le fait que c’est la demeure des ennemis d’Allah et il leur est détestable d’être assimilés aux ennemis un seul instant sans parler de leur fermeté. De plus, c’est aussi par le fait que ses habitants ne peuvent contempler Allah -Glorifié et Exalté-. Or la contemplation d’Allah est le summum de leurs désirs et encore c’est pour se conformer aux Commandements, car Allah -Glorifié et Exalté- leurs ordonne de s’en prémunir et d’implorer à en être préservé.

Allah, qu’Il soit Glorifié et Exalté, dit : « Ô vous qui avez cru ! Préservez vos personnes et vos familles d'un Feu […]» (Sourate 66 L’interdiction, verset 6)

Et il dit qu’Il soit Glorifié et Exalté : « Garde-nous du châtiment du Feu. » (Sourate 03 La famille d’Imran, verset 191)

Par conséquent, ils n’agissent que pour se conformer à Son Ordre et non en raison de ce que l’Enfer contient, ni pour sa désolation. De même, ils n’aiment point le Paradis pour ce qu’il contient, ni même pour assouvir leur convoitise et leurs desseins, mais ils l’aiment, car c’est la demeure des aimés d’Allah - qu’Il soit Exalté et leur lieu de résidence et c’est aussi la demeure de la vision d’Allah. C’est aussi par le fait qu’Allah - qu’Il soit Glorifié l’a aimé de par le décret de Sa Loi en le choisissant pour Ses aimés et par conséquent ils aiment le Paradis en raison de son amour - qu’Il soit Exalté.

En effet, l’amant sincère aime son Aimé et celui qui aime son Aimé, il aime ce qu’aime son Aimé, cela fait partie des conditions de l’amour sincère. Par cela également, ils se conforment à l’ordre d’Allah leur ordonnant de le réclamer (le Paradis) et ils en aiment ce qu’il contient comme Houris, comme servantes et comme voisinage, car ces derniers aiment aussi Allah et Il les aime, et celui qui aime Allah et il aime alors ceux qu’Allah aime en leur amour. Ainsi, leur fuite de l’Enfer est pour Allah et par Allah et non pour eux-mêmes ni par eux-mêmes contrairement aux autres qui lorsqu’ils aiment et fuient ce qu’ils contiennent ce n’est que pour eux-mêmes. Seulement après avoir voué leur adoration à Allah -Glorifié et Exalté, ils s’intéressent aux mondes créés en ce qui n’est point prohibé d’aimer.

Tout cet ensemble ne sort pas du cercle de la Loi, mais les uns n’atteignent point les Connaissants car l’amour des gens de la démarche exotérique de la Loi est le plus grand péché pour les Connaissants comme il a été dit : « Les bonnes actions des gens pieux sont considérées comme des péchés pour les Rapprochés. » En effet, les Connaissants sont consumés dans l’origine du Tout, noyés dans l’Océan de l’Unicité, absents face aux mondes créés par leur contemplation du Roi Suprême. S’ils regardent autre que Lui un instant, ce n’est que pour Lui comme cela a été vu précédemment.

Ils sont avec les mondes créés par leurs corps, mais séparé d’eux par leurs esprits, leurs secrets, leurs cœurs et leurs raisons. Ils n’ont point d’autres desseins en dehors de Lui. En eux, il n’y a pas un grain de moutarde ou plus infime encore qui n’aspire à autre que Lui, leurs secrets les a ravis face à tout autre que Lui, les entravant auprès de Lui dans Sa Présence, attachés à un goût tel qu’ils ne connaissent personne d’autre que Lui et leurs âmes suivent les pas de leurs secrets, il leur est insupportable de s’y opposer. Ils sont tel un oiseau dans un désert de stupeur, son désir ardent ne fait que s’amplifier envers son Aimé et jamais il ne peut s’interrompre. Et leurs cœurs suivent les pas de leurs âmes, il leur est impossible de s’en écarter.

Ils sont constamment en méditation devant l’émerveillement de ce qu’Il a façonné découvrant les secrets de Sa Sagesse dans Sa création, en raison de l’intensité de Sa Connaissance. Leurs âmes et leurs corps s’inclinent de force devant leur raison sans jamais pouvoir s’y opposer, les âmes ont leurs passions réprimées par la domination de Son Immensité et leurs corps se sont consumés pour toujours dans Sa servitude. L’Aimé s’est emparé de leur infimité et de leur globalité et pas un seul de leur atome ne diverge avec Sa Volonté – Glorifié et Exalté- de telle sorte ils étaient pour Allah, par Allah, avec Allah. Qu’Allah par Sa Grâce nous mette parmi eux et nous octroie ce qu’Il leur a octroyé par la valeur de notre maître Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui).

Remarque profitable : Quant aux formules d’évocations pour favoriser la subsistance, ou éloigner la pauvreté, ou pour la destruction d’un oppresseur, ou repousser des maux, ou pour résoudre des besoins et tout autre chose de ce domaine que l’on convoite pour sa propre personne, au travers de ces évocations et adorations, et bien cela constitue aussi de l’idolâtrie par dessein intéressé et cela est unanimement interdit.

Si cela est désiré dans l’objectif d’une aide pour l’adoration en Allah – Glorifié et Exalté – là aussi il y a les deux cas de figure. Ainsi s’il accomplit les évocations et l’adoration que pour la Noble Face Divine – Glorifié et Exalté – tout en gardant avec cela l’espérance de la résolution de ses affaires pour que lui soit facilitée l’adoration de son Seigneur et bien cela est permis sans contrainte. Mais seulement en ayant la ferme conviction qu’Allah est le Seul Agissant par Son unique Choix et non par l’influence de l’évocation, Il agit au moment de l’évocation, mais non sous l’influence de celui-ci, cet aspect-là est valide. »

On demande à Allah -Glorifié et Exalté- qu’Il nous accorde la grâce d’être dans le véritable suivi de notre bien aimé maître Seïdina Ahmed ibn Mohammed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), et qu’Il nous permette d’être tels ceux qui écoutent les paroles puis les mettent en application à la perfection, Il est l’Allié et Le Capable en cela.

« Ô mon Dieu ! Prie sur notre seigneur Mohammed qui a ouvert ce qui était clos, et qui a clos ce qui a précédé, le soutien de la Vérité par la Vérité et le guide sur Ton droit chemin, ainsi qu'à sa famille, selon sa valeur et à la mesure de son immense dignité »

Ecrit par le plus insignifiant des disciples de Seïdina Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret), Mohamed el Mansour Mohiedine Tidjani, qu’Allah lui accorde Sa Douceur.

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe