بسم الله الرحمن الرحيم

اللهم صل على سيدنا محمد الفاتح لما أغلق والخاتم لما سبق ناصر الحق بالحق والهادي إلى صراطك المستقيم وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Questions de Fiqh

asalam aleykoum, je vous ecris aujourd hui car je suis face a une situation assez critique. je suis mariee depuis 16 ans et jai 3 enfants.le problème est que les 7 dernieres annees moi et mon mari n avons plus de relations sexuelles et le refus vient de lui sans aucun pretexte valable.mon mari ne veut pas divorcer et meme quand j aborde le sujet de la separation il me menace de me prendre les enfants et de de me laisser sans revenus comme depuis le debut du mariage je n ai jamais travaille et suis entierement dependante de lui.j ai supporte ses longues annees sans rapprochement physique et la je suis a bout car jai ete a mon avis plus que patiente dans l espoir que la situation se retablisse mais sans succès. donc je voudrais savoir si apres 7 ans est ce que sur le plan islamique nous sommes toujours marie? qu est ce que l islam dit par rapport a la responsabilité de l abandon du lit conjugale du mari et le refus du mari d accomplir son devoir conjugal? est ce que sur le plan religieux j ai le droit de garder mes enfants vu que la situation résulte de son comportement??merci d avance de m aider.

REPONSE:

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, louange a ALLAH avant tout, louange à ALLAH après tout, louange à Allah un nombre de fois égal à celui de Ses créatures, suffisant pour avoir Son agrément, égal au poids de Son Trône et au volume de l'encre de Ses paroles.

Ô mon Dieu ! Prie sur notre seigneur Mohammed qui a ouvert ce qui était clos, et qui a clos ce qui a précédé, le soutien de la Vérité par la Vérité et le guide sur Ton droit chemin, ainsi que sur sa famille, selon sa valeur et à la mesure de son immense dignité. Et qu’Allah agrée Seïdina AHMED TIDJANI et qu’Il nous agrée par son agrément. AMINE

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Je vous remercie pour cette question méritante, qu’Allah le Très Haut vous bénisse.

ALLAH le Très Haut a dit dans son noble Livre : « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. » (Sourate Les romains 30, verset 21)

Le Messager d’Allah (paix et salut sur lui) a dit : « Certes, vous avez des droits sur vos femmes de même qu'elles ont des droits sur vous. » (Rapporté par Tirmidhi, unanimement reconnu authentique.)

ALLAH le Très Haut a dit : « Et comportez-vous convenablement envers elles » (Sourate Les femmes 4, verset 19)

Votre mari se doit de craindre ALLAH le Très Haut concernant sa manière d’agir envers vous, car il rendra compte de cet acte accompli sans motif valable, comme vous l’expliquez dans votre question.

Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : « Je vous enjoins de bien agir envers les femmes, car elles sont des subordonnés auprès vous. » (Unanimement reconnu authentique.)

Ce qui signifie qu’elles sont comme des prisonnières, et cela révèle leur vulnérabilité.

Et examinez le sens de la parole du Prophète (paix et salut sur lui) : « je vous enjoins » en arabe (istawsou), cela comporte le sens d’accepter le testament (wasiya), comme si le Prophète (paix et salut sur lui) disait : « Je vous lègue mon testament pour les femmes, acceptez mes recommandations à leurs sujets ».

Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit aussi : « Recommandez-vous de bien traiter les femmes, car elles ont été créées d’une côte courbée, or la partie la plus courbée de la côte est son sommet, si tu cherches à la redresser, tu la briseras, et si tu la laisses, elle demeurera courbée. Recommandez-vous donc de bien traiter les femmes. » (Rapporté par Boukhari et Muslim, unanimement reconnu authentique)

Et sachez que les dernières recommandations du Prophète (paix et salut sur lui) furent : « (Je vous enjoins) La prière, la prière, et ceux qui sont sous votre gouverne. » Unanimement reconnu authentique.

Cet époux commet un péché en faisant ce qu’il fait, sans craindre Allah et sans accorder le droit à son épouse, sans aucun motif légal valable. Il n’est pas permis au mari de délaisser sa femme à cause d’une dispute ou d’un voyage de plus de quatre mois, et s’il ne revient pas vers sa femme après cette période et sans avoir un rapport sexuel avec elle, elle aura donc le droit de demander le divorce en raison du tort occasionné.

ALLAH le Très Haut a dit :

« Pour ceux qui font le serment de se priver de leurs femmes, il y a un délai d'attente de quatre mois. Et s'ils reviennent (sur leur serment) celui-ci sera annulé, car Allah est certes Pardonneur et Miséricordieux. » (Sourate La vache 2, verset 226)

‘Omar ibn al-Khattab (qu’Allah l’agrée), sortait la nuit pour inspecter l’état de la communauté quand il passa devant une maison et entendit une femme réciter ces vers de poésie :

« Cette nuit s'allonge et est ténébreuse

Il m'attriste d'être sans compagnon avec qui je m’amuse

Car par Allah, si ce n'était la crainte d'Allah seul

Les bords de ce lit seraient remués

Mais mon Seigneur et la pudeur et la dignité de mon mari

Me suffisent pour m’écarter de souiller son honneur. »

‘Omar (qu’Allah l’agrée), se renseigna sur cette femme pour comprendre la source de son problème, et on l'informa que son mari est absent, car il était parti pour le combat dans la voie d’Allah, alors il envoya un ordre pour qu’il puisse rentrer chez lui, puis il demanda à sa fille Hafsa (qu’Allah l’agrée) :

« Combien de temps une femme peut-elle patienter sans son mari ? » Elle répondit : « Gloire à ALLAH ! Comment quelqu'un comme toi peut-il poser une question pareille à quelqu'un comme moi (sa fille) ? » Il dit : « Si je n’avais pas besoin de chercher une solution favorable pour les musulmans, je ne t'aurais pas demandé » ; elle dit alors : « Cinq à six mois. »

‘Omar (qu’Allah l’agrée), ordonna alors à ses soldats de prendre un mois pour se rendre à leur poste, puis d'y rester quatre mois, puis de retourner auprès de leur famille pendant le sixième mois.

Tout comme l’homme désire sa femme, elle aussi elle le désire, et c’est son droit légitime commandé par ALLAH le Très Haut et son Messager (paix et salut sur lui), et celui qui l’a prive de ce droit sans motif légal, il commet un péché grave.

Ibn Qoudama Al-hanbali a dit, ainsi que l’imam Malik : « Avoir des relations charnelles avec sa femme est une obligation pour l’homme, tant qu’il n’a pas un motif valable qui l’empêche de faire.

Le Prophète (paix et salut sur lui) a défendu ‘Abdallah ibn ‘Amr Ibn Al-‘As (qu’Allah les agrée tous deux) de veiller toute la nuit après avoir jeûné toute la journée, car de ce fait il va négliger le droit que sa femme a envers lui.

L’imam Boukhari a rapporté selon Abdallah ibn ‘Amr Ibn Al-‘As (qu’Allah les agrée tous deux) que le Prophète (paix et salut sur lui) a dit :

« Ô Abdallah, j’ai entendu que tu jeûnais le jour et que tu veillais la nuit ». J’ai répondu : « Oui, ô Messager d’Allah ». Il me dit « Ne le fais plus, jeûne et interrompe ton jeûne, veille une partie de la nuit et dort une autre partie, car ton corps a des droits sur toi, tes yeux ont des droits sur toi, ta femme a des droits sur toi ». (Unanimement reconnu authentique.)

L’imam Malik a dit concernant celui qui délaisse les rapports sexuels avec sa femme sans motif valable : « Il faut lui imposer, sinon il faut les séparer. »

L’homme est dans l’obligation d’entreprendre des relations charnelles avec sa femme au minimum une fois après chaque cycle de menstrues, s’il est capable de le faire, sinon il est dans la désobéissance d’Allah, la preuve en est la parole d’Allah le Très Haut :

« Quand elles se sont purifiées, alors cohabitez avec elles suivant les prescriptions d'Allah » (Sourate La vache 2, verset 222)

Maintenant, on arrive à cette importante question : est-ce que le délaissement du droit conjugal par le mari donne le droit à sa femme à demander le divorce ?

Il est mentionné dans le commentaire de Dasouqi (Hashiya) sur le Charh al-Kabir de l’Imam Dardir al-Maliki, ceci : « Si le mari s’abstient d’avoir des relations sexuelles avec sa femme, et que ce délaissement cause du tort à la femme, alors il lui est permis de demander la séparation avec son mari, et le juge donnera une suite favorable à sa demande. C’est cet avis que déclarent les Malikites. »

En vérité, si l’époux délaisse volontairement les rapports charnels avec sa femme sans aucun motif religieux valable, cela indique son désir de lui nuire ; sachant que la nuisance envers autrui est une chose interdite par la loi. Ceci peut donc être une cause valable dans la demande de séparation et plus particulièrement si c’est la femme qui en fait la demande auprès du juge.

Après toutes ces années de délaissement que vous avez mentionné, vous et votre époux êtes toujours mari et femme. Sachant que durant tout ce temps, vous avez enduré cette situation insupportable sans toutefois demander le divorce, Allah vous récompensera à travers la récompense qu’Il accordera aux patients. Sachez ensuite que vous avez le droit de demander le divorce, et que cette demande est un droit légitime selon la législation musulmane.

Il faut aussi savoir que c’est à vous que revient le droit d’élever (droit de garde) vos enfants suivant leur âge. Si ceux-ci sont grands, c’est alors à eux de choisir avec lequel des deux parents ils veulent vivre. Ceci relève d’une affaire juridique. Cependant, dans la législation musulmane, vous avez le droit de voir vos enfants.

En ce qui concerne votre subsistance, vous pouvez vous orienter vers Allah le Très Haut tout en cherchant un travail digne qui pourrait vous aider à subvenir à vos besoins. Dans l’éventualité d’une séparation, ne laissez pas les problèmes financiers vous priver de ce droit, surtout compte tenu des torts occasionnés que vous subissez corporellement et psychologiquement.

Tout ceci ne serait que dans le cas où vous vous sépareriez de votre mari, et qu’il ne reviendrait pas sur ses agissements, mais on demande à Allah par son Nom Suprême et son Messager miséricordieux, qu’Il guide votre mari, qu’Il change sa situation, qu’Il attendrisse son cœur, qu’Il lui rende sa raison, et qu’Il réinstalle entre vous une entente cordiale. Amine.

Dans le cas où vous divorceriez, je demande à Allah le Très Haut pour vous le bonheur, qu’Il vous accorde un mari vertueux, qu’Il éloigne de vous les méfaits du Nefs, du Démon, et des démons humains, et qu’Il vous préserve des péchés. Amine.

Ne m’oubliez pas dans vos invocations à travers la demande de miséricorde et de pardon et qu’Allah nous accepte parmi ses serviteurs vertueux. Amine

Et Allah le Très Haut est l’Immense et plus savant ainsi que son Messager (paix et salut sur lui).

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Dernières réponses

Réponses les plus consultées

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies.