بسم الله الرحمن الرحيم

اللهم صل على سيدنا محمد الفاتح لما أغلق والخاتم لما سبق ناصر الحق بالحق والهادي إلى صراطك المستقيم وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Madrassa Ahmediya

Fi Haqqi Tariqa Tidjaniya

La merveilleuse histoire de la Zaouiya bénie de Sidi Ahmed Tidjani - (qu’Allah sanctifie son précieux secret)

Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) ordonna à Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) de construire la Zaouiya bénie et pour cela, il devait choisir le meilleur emplacement, le plus pur. Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a donc choisi l’endroit où la Zaouiya est actuellement construite.

Autrefois, le quartier s’appelait Dardas et il est connu aujourd’hui sous l’appellation de quartier Blida. Il a acheté ce lieu avec son argent pur et licite. Il s’agissait d’une ruine où il y avait un grand figuier et c’est à cet endroit justement qu’est enterré Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Cette ruine était si effrayante que personne ne pouvait entrer seul à l’intérieur. Il a été rapporté, selon une source fiable, qu’on entendait à certains moments des voix, comme si un groupe était en train de faire du Dhikr et c’était le lieu de visite des Majadhib (les attirés par Dieu).

Avant sa construction, le célèbre majdhoub Sidi Lahbi (qu’Allah l’agrée) mettait son oreille sur la porte et disait au passant : « Venez vers cet endroit pour écouter le Dhikr ». Lorsque la Zaouiya fut construite, ce majdhoub a dit : « Fès s’est renforcé et surtout Dardas ». Il faut savoir que ce lieu béni possède des mérites qui la situent au-dessus de tout autre Zaouiya.

Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), en parlant de ses mérites, a dit : « Si les grands connaissants savaient le mérite que contient cette Zaouiya, ils viendraient y installer leurs tentes ». Souvent, Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) mentionnait la valeur de la Zaouiya, incitant les gens à venir y prier, il dit : « La prière dans la Zaouiya est acceptée sans aucun doute ».

Parmi les mérites contenus encore dans la Zaouiya bénie, il faut savoir qu’au commencement de la construction, Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a fait interdire l’accès, et ensuite, accompagné d’une poignée de l’élite de ses compagnons, il grava sur la pierre le plus grand des Noms Suprêmes et à la suite il écrivit :

« Ô ! Mon Dieu je te demande, Ô ! Mon Maître par la vérité du plus grand de tes Noms Suprêmes, que tu protèges mes compagnons de Qaf à Qaf. » Puis il ordonna que cela soit enfoui dans les fondements d’un des piliers qui s’appelle encore aujourd’hui le pilier d’or.

 

Méthode pour la visite pieuse de notre maître vénéré et aimé Seïdina Ahmed Tidjani -(qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Sur la photo ci-contre, le pauvre en Dieu Mohamed El Mansour El Mohiedine Tidjani (qu’Allah le préserve) dans la zawiya de Fes près du tombeau de Cheikh Tidjani, (qu’Allah sanctifie son précieux secret)

Chaque disciple se doit de connaître les règles relatives à la mosquée (Zaouiya) ainsi que les règles afférant au comportement lors d’une visite pieuse. Sidi Ahmed Tidjani a dit : « Le bon comportement (Adeb) est l’esprit de la Tariqa. »

C’est sur la base de cette Adeb apparent et caché que fut éduqué dès la première fois l’un de ses nouveaux disciples, disciple qui comptera parmi l’élite de ses compagnons, le nommé Sidi Hajj 'Abderahman Berada (qu’Allah l’agrée).

Ce personnage, obèse, trouvait des difficultés à plier ses jambes au cours de son assise. Aussi, lors de sa première assise avec Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret), après avoir pris la Tariqa, il allongea un pied à cause de sa corpulence, Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) l’éduqua en lui disant : « Discipline-toi, ô mon disciple ». Sidi Hajj 'Abderahman Berada (qu’Allah l’agrée) répondit : « Mon maître, en vérité, j'ai honte, car je n'arrive pas à m'asseoir convenablement, comme vous le voyez ; alors je vous demande pardon ». Mais Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) ajouta : « On doit se discipliner en présence des Chouyoukh, car même si je te pardonne, la station, elle, ne pardonne pas à celui qui lui manque de respect ». Depuis ce jour, Sidi Hajj 'Abderahman Berada (qu’Allah l’agrée) suivit la discipline à la lettre, celle qui convient en présence de grands Chouyoukh, malgré l'inconvénient qu'il subissait et il devint par la suite détenteur de la Connaissance d’Allah.

Voilà ce qui est enseigné par le pauvre en Dieu Mohamed El Mansour El Mohiedine Tidjani (qu’Allah le préserve). La préparation aux fins de cette visite pieuse à Fès est elle-même tirée d’un enseignement de notre maître bien-aimé Sidi Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Il est conseillé, en se présentant devant notre vénéré maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), d’avoir à ce moment une intention et un cheminement pure et de n’avoir aucune convoitise vis-à-vis de notre maître bien-aimé Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Cela doit être accompli en vue de l’amour de Dieu et de son Prophète Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui).  En effet, le terme « pieuse » relatif à cette visite implique nécessairement que cela soit accompli sincèrement pour Allah et son bien-aimé Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) seulement. En effet, il ne s’agit pas là d’un monument touristique.

Pense à ces paroles du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) :

« Les actions ne valent que par les intentions et chacun n’a pour lui que ce qu’il a eu réellement l’intention de faire. Celui qui s’est exilé par amour pour Dieu et de son messager, son exile est pour Dieu et son messager. Celui qui s’est exilé pour parvenir à des biens de ce bas monde ou pour épouser une femme, son exile est pour la raison qui l’y a poussé. »

Dans ce hadith, seule la première intention qui est mentionné, la visite est réellement pour Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) alors que pour les autres ce n’est pas pour lui. Or c’est celle-là la seule intention que le disciple se doit d’avoir, réfléchie à cela, si tu es intelligent et doué de compréhension.

C’est à ce sujet que notre très saint et vénéré maître bien-aimé Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), dans une de ses très subtiles et belles paroles, a voulu orienter les cœurs seulement vers un Dieu unique en disant : « Celui qui m’aime pour l’amour d’Allah et de son Messager (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) est béni, mais quant à celui qui m’aime pour une autre raison, je ne suis qu’un simple mortel ».

L’imam Nadhifi (qu’Allah l’agrée) a dit dans un poème :

« Purifie ton intention vis-à-vis du bien-aimé Tidjani (ran). Plante ta tente devant sa porte, ta sécurité est alors assurée. Il est l’intermédiaire à l’immense valeur. Par lui se trouve la guérison des âmes et des corps. Ne le quitte pas, suis-le bien et fais bien attention à la lassitude. Ainsi tu trouveras la guérison et ta santé se rétablira. » Il a dit aussi dans le même poème : « Repens-toi de tes péchés devant Dieu, de l’oubli et de l’insouciance envers son bien-aimé Sceau de la Sainteté afin de garder ton estime auprès de la Vérité ».

Il est de tradition prophétique d’accomplir deux Rak’at (cycle de prière) pour saluer cette Mosquée (Zaouiya) pure et bénie, si l’on est dans une heure où cela est permis.

Cheikh Mohamed El Mansour El Mohiedine Tidjani (qu’Allah le préserve) conseille, d’après sa propre expérience et tirée d’un enseignement de notre bien-aimé maitre Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), de s’orienter vers Dieu afin de se repentir, pour un meilleur profit dans la relation directe avec la pureté de l’esprit de notre très vénéré et bien-aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

En pénétrant dans cette suprême Zaouiya bénie, il est nécessaire de délaisser tous les titres et les positions et d’y entrer en toute humilité. Dans ce lieu, il n’y a plus de Mouqadem ou représentant, dans ce lieu béni, il est la seule représentation reconnue, il est le Khalife du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui).

Tout le monde est considéré comme disciple, c’est ainsi que Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit par rapport à sa position : « Celui qui me connaît, doit me connaître seul ». Cette parole a été dite pour éclairer les disciples Tidjani. Il est le seul à avoir accédé à cette station unique et privilégiée, et cette station ne saurait être partagée avec un autre que lui. Notre bien-aimé maître Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) sert d’intermédiaire béni et incontournable pour orienter les cœurs vers Allah. 

Comment peut-on comprendre que la bénédiction vient d’Allah, mais que l’on doit s’orienter à travers Sidi Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et le très saint Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui). Il faut savoir que lorsque ALLAH veut descendre Son Aide, Sa Bénédiction il le fait selon un conduit institué par sa Sagesse, c’est-à-dire que cela descend sur le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), puis sur notre maître bien-aimé Sidi Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), et de notre maître bien-aimé Sidi Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) cela se départage sur ses disciples les plus proches et les plus véridiques en amour. Celui qui reconnaît ce conduit, il reconnaît la Sagesse instituée par ALLAH et en tire la « bénédiction » et celui qui ne reconnaît pas ce conduit renie la Sagesse instituée par ALLAH et ne peut tirer profit de la « bénédiction ». Mais en tout et pour tout, tout ne provient en vérité que D’ALLAH. Malgré son irrigation universelle bien connue chez les Tidjani et chez certaines catégories de personnes, celle-ci dispose aussi d’une irrigation particulière par laquelle sont touchés les disciples les plus proches et les plus véridiques en amour. Ce sujet a son secret trop vaste et trop subtil pour être révélé. 

Parmi les politesses spirituelles, on se doit d’aller saluer respectueusement la noble descendance de notre bien-aimé maître (qu’Allah sanctifie son précieux secret), s’ils se trouvent dans les lieux. Cela en vue de solliciter leur bienveillance et leur bénédiction pour la visite pieuse et l’autorisation, afin de tirer le maximum de bénédiction, de faveur et de grâce avant de se mettre en présence de l’esprit pur du Pôle caché et intermédiaire scellé, notre très honorable et bien-aimé maître Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Parmi les bienséances spirituelles fondamentales qu’il fallait adopter de son vivant, et qu’il faut toujours respecter aujourd’hui en sa présence, c’est qu’il ne sied pas devant la présence de notre bien aimé Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret) d’avoir d’autres intentions que celle visant Dieu, tels des intérêts mondains ou des convoitises de l’au-delà. (CF Le cheminement par la voie la plus droite dans la Tariqa Tidjaniya - Partie 1 )

Il suffit en tant qu’exemple éloquent, le récit survenu entre le bien-aimé maître et l’un de ses plus valeureux compagnons, celui dont le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) lui-même évoqua à Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) le mérite particulier en lui disant : « Il est pour toi au rang d'Abou Bakr pour moi. », celui que notre bien-aimé maître désigna personnellement comme son « Khalife », celui qui servit d’honorable intermédiaire entre lui et le Prophète (prière et paix d’Allah sur lui), nous voulons parler de Sidi Hajj ‘Ali Harazim (qu’Allah l’agrée).    

Un jour Ali Harazim (qu’Allah l’agrée) voulut se plaindre au sujet de son mauvais état auprès du bien-aimé Cheikh Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), il alla donc le voir.

Le bien aimé Cheikh Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui dit :

« Ne dit rien pour le moment, mais exécute seulement ce que je t’ordonne de faire », il lui fit signe alors de le rejoindre en s’asseyant en sa noble présence bénie.

Il faut savoir que le bien-aimé maitre (qu’Allah sanctifie son précieux secret) connait bien les secrets les plus profonds que recèlent les cœurs.

Lorsqu’Ali Harazim (qu’ALLAH l’agrée) retrouva la paix de l’esprit il lui demanda :

« Ô mon maitre qu’est ce qui est le plus préférable, les œuvres surérogatoires, l’évocation, ou autre chose que cela, ou bien l’assise en présence des maître (les élus d’Allah) ? »

Il me dit (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « L’assise auprès des maîtres (les élus d’Allah) est préférable, aucune chose ne lui est égal, l’assise en présence des élus d’ALLAH est préférable à ce bas-monde et ce qu’il contient, suivant ce qui a été rapporté : « L’assise en présence d’un élu d’ALLAH même le temps que prendrait une traite d’une brebis ».

Il faut méditer sur la façon dont  le bien-aimé maître (qu’Allah sanctifie son précieux secret) éduqua ce valeureux Khalife Ali Harazim (qu’ALLAH l’agrée) au sujet du bon comportement spirituel, celle que l’on doit avoir devant sa noble présence ainsi que devant les élus d’ALLAH par rapport à leurs stations respectives.

Voici encore l’enseignement du bon comportement spirituel que le disciple Tidjani  doit avoir face à la présence du Majestueux sceau de la sainteté Mohammadienne (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lors de la visite pieuse à la Zaouïa de Fès.

Sidi Al ‘Arbi ibn Sa-ih (qu’Allah l’agrée) a dit : « Mohammad ibn Razi m’a dit : « Un jour je ressentis en moi m’envahir un problème parmi les problèmes ayant trait aux affaires de ce  bas-Monde. Je fus alors saisi d’une angoisse et d’une immense gêne qui éveilla en moi la pénible et triste vérité de la situation étroite de ma pauvre vie.Je pris donc la résolution d’aller me plaindre à mon Maître Sidi Ahmad Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Lorsque je suis arrivé,  je suis allé me présenter à lui. À ce  moment précis, mon cœur voulu se plaindre de  l’affaire qui m’affectait, cependant au même instant l’honorable Maître Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) se mit à raconter des histoires merveilleuses et éblouissantes concernant ce bas-Monde et celui de l’au-delà, jusqu’à  évoquer avec exactitude le problème et l’intention pour laquelle j’étais venu le voir ; il dévoila ainsi le secret qui était caché au plus profond de mon être. Puis il dirigea son noble visage radieux vers moi, et il m’adressa des paroles subtiles, pleines de sciences et de sagesses, et il me dit : « Celui qui nous connaît, qu’il nous connaisse pour DIEU (ALLAH) et non pas pour une convoitise quelconque, et sache avec certitude qu’aucun maître n’a le pouvoir de repousser le Destin et le Décret de DIEU (ALLAH). » Ces paroles bénies étaient d’une fraîcheur si intense que mon cœur s’apaisa, dès lors j’ai retrouvé la paix et la sérénité, je l’ai quitté et je suis sorti.  À partir de ce moment-là, ALLAH m’ouvrit des portes que jamais je n’aurais pu imaginer ou même soupçonner l’existence. »

Parmi l’enseignement spécifique de notre bien-aimé maître (qu’Allah sanctifie son précieux secret) sur l’orientation que le disciple doit avoir envers Allah, il aimait à dire : « Le choix d’Allah pour son serviteur est bien meilleur que le choix que le serviteur aurait pour lui-même ou pour autrui. » Sache que la meilleure demande que l’on puisse faire à Allah c’est ce que Lui demande de toi.

Si toutes ces conditions mentionnées sont accomplies, avec un cœur désintéressé et un amour véridique, nous vous garantissons avec la ferme conviction que vous pourrez profiter au maximum de cette visite pieuse à travers la bénédiction, et être touché par l’irrigation bénie et particulière de notre très cher et bien-aimé Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Le disciple Tidjani quel qu’il soit ne doit pas se reposer sur l’acte en lui-même, mais bien sur l’acceptation de cet acte. 

 

Formule à réciter

La formule suivante, bien connue pour le commun et parmi les plus simples que nous avons choisis, est tirée de Kachf El Hijab de l’imam Soukeïrij (qu’Allah l’agrée) :

 

1 - Se mettre face au tombeau et réciter :

« Attahiyêtou lillêh wa zakiyatou lillêh wa taïbatou salawatou lillêh, Assalamou alaïka ayyouha nabi wa rahmatoullah » 7 fois.

Puis à la 8e fois, la réciter entièrement jusqu'à « … wa barakatouh Assalamou ‘alaïna wa ‘ala ‘ibada llahou salihin, Ach-hadou an lê ilêha ila llah wahdahou lê charika llah wa ach-hadou anna Mouhammadan ‘abdouhou wa rassoulouhou. »

 

2 - Puis dire :

« Assalêmou 'alaïka ya khalifatou-llah, Assalêmou 'alaïka ya khalifatou rassouloullah, Assalêmou 'alaïka ya ayyouhal qoutboul maktoum, Assalêmou 'alaïka ya Seïdina wa Cheïkhina wa Maoulana Ahmed Tidjani. »

Traduction :

« Que le salut soit sur toi Ô ! Khalife d'Allah, que le salut soit sur toi Ô ! Khalife du Messager d'Allah, que le salut soit sur toi Ô ! Pôle Caché, que le salut soit sur toi Ô ! Notre excellence, notre Cheikh et notre maître Ahmed Tidjani. »

 

3 - Réciter :

4 fois la Fatiha El Kitêb et réciter 11 fois Salât Fatihi (ou plus selon la capacité de chacun) en offrant la récompense à Seïdina Cheikh Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

 

4 - Dire :

« Allahouma bi haqqi 'ibadika aladhina idha nadarta ilaïhim sakana ghadabouka wa bi haqqil hafina min haoulil 'arch wa bi haqqi Seïdina Mouhammedin wa bi haqqi Seïdina wa cheïkhina wa maoulana Ahmed Tidjani if’al li. (Puis nommer ce qu'on désire) ».

Traduction :

« Ô ! Seigneur par le droit de tes esclaves qui lorsque tu les regardes ta colère est arrêtée, et par le droit de ceux qui entourent le Trône et par le droit de notre excellence Mohammed et par le droit de notre excellence, notre Cheikh et maître Ahmed Tidjani, je te demande. (Nommer ce qu’on désire) ».

 

Recherche, traduction et synthèse par la Zaouiya Tidjaniya El Koubra d'Europe