بسم الله الرحمن الرحيم

اللهم صل على سيدنا محمد الفاتح لما أغلق والخاتم لما سبق ناصر الحق بالحق والهادي إلى صراطك المستقيم وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Questions de Fiqh

Salam a’leykoum wa Rahmatoullah wa barakatouhou,

Avant tout, merci de votre aide précieuse.

Voici une situation particulière :

Après le bain rituel qui marque la fin de mes menstrues celles-ci réapparaissent au bout de 13 à 14 jours, parfois moins.

Sachant que la femme doit être en état de pureté durant quinze jours minimum selon le rite malikite, je me vois dans l’obligation de prier dans cette situation jusqu’au 16ème jour (marquant la fin de la période de pureté) et j'espère que cela est correct.

De ce fait j’aimerai savoir si je respecte bien la jurisprudence :

1 - Dois-je donc (avec ces menstrues qui sont alors considérées comme une maladie) effectuer avant chaque prière obligatoire et surérogatoire des ablutions ? En effet, si je fais deux unités de prières surérogatoires avant dhor cela me fait au total renouveler mes ablutions 3 fois. Dans cette situation je délaisse alors les prières surérogatoires à cause de cela mais aussi du manque d'informations sur ce sujet.

2 - Pouvez-vous nous préciser comment la femme peut être sûre de la fin de ses menstrues avant de se purifier par le bain rituel ? Est-ce à la fin des saignements ou après les pertes suivant le hadith bien connu de ‘Aicha (ra) sur le sujet et en particulier pour les femmes dans ma situation ?

3- Enfin, lors de mes menstrues, puis-je apprendre mes sourates du Coran en tenant le livre (en arabe) ou alors en le récitant avec un support audio ou internet, puisqu’il n’est pas permis à la femme de lire le coran pendant cette période. J'ai cru comprendre que cela était possible sans en être certaine.

Je vous remercie de votre aide car ces questions sont difficiles à poser.

Salam a’leykoum wa Rahmatoullah wa barakatouhou

Réponse :

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, louange a ALLAH avant tout, louange à ALLAH après tout, louange à Allah un nombre de fois égal à celui de Ses créatures, suffisant pour avoir Son agrément, égal au poids de Son Trône et au volume de l'encre de Ses paroles.

Ô mon Dieu ! Prie sur notre seigneur Mohammed qui a ouvert ce qui était clos, et qui a clos ce qui a précédé, le soutien de la Vérité par la Vérité et le guide sur Ton droit chemin, ainsi que sur sa famille, selon sa valeur et à la mesure de son immense dignité. Et qu’Allah agrée Seïdina AHMED TIDJANI et qu’Il nous agrée par son agrément. AMINE

Selon Malik d’après ‘Alqama d’après son père, d’après la mère de ‘Alqama, la servante de la mère des croyants ‘Aïcha (qu’Allah l’agrée) :

« Les femmes envoyaient à ‘Aïcha (qu’Allah l’agrée) des récipients fermés contenant un tampon tâché de jaune, alors elle répondait : « Ne vous pressez pas et attendez que le tampon soit blanc. »

Selon Malik d’après Hicham ibn ‘Orwa, d’après son père : « La femme qui subit un écoulement de sang, fait une seule lotion, puis fait ses ablutions pour chaque prière. »

En commentant le hadith de Hicham Ibn ‘Orwa, Malek a dit : « Ce sont les meilleures paroles que j'ai entendues à ce propos ».

1 – Voici une situation particulière :

"Après le bain rituel qui marque la fin de mes menstrues, celles-ci réapparaissent au bout de 13 à 14 jours, parfois moins. Sachant que la femme doit être en état de pureté durant quinze jours minimum selon le rite malikite, je me vois dans l’obligation de prier dans cette situation jusqu’au 16ème jour (marquant la fin de la période de pureté) et j'espère que cela est correct. De ce fait j’aimerais savoir si je respecte bien la jurisprudence"

Réponse :

Louanges à ALLAH, et qu’ALLAH vous récompense pour votre question et vous rajoute en attention.

Sachez, qu’ALLAH vous préserve, que la détermination de la nature du sang pour savoir si c’est un sang de menstrues ou si c’est un simple écoulement de sang, revient à déterminer la période minimale entre deux menstrues consécutives, une chose qui ne fait pas l’unanimité chez les savants malikites, certains ont dit huit jours, d’autres ont dit dix mais le plus répandu est celle de ceux qui ont dit quinze jours et c'est à quoi se réfère le Moukhtassar de Cheikh Khalil…

Toutefois, le plus plausible c’est qu’il n’existe pas une limite pour déterminer la période minimale entre deux menstrues, la femme dès qu’elle voit le sang foncé connu des règles doit arrêter de prier et de jeûner, à condition que les périodes totales de ses menstrues ne dépassent pas quinze jours. Quant aux pertes jaunâtres ou brunâtres qui peuvent survenir après la fin des règles elles ne sont rien et ne font pas partie d’elles.

2- "Dois-je donc (avec ces menstrues qui sont alors considérées comme une maladie) effectuer avant chaque prière obligatoire et surérogatoire des ablutions ? En effet, si je fais deux unités de prières surérogatoires avant dhor cela me fait au total renouveler mes ablutions 3 fois. Dans cette situation je délaisse alors les prières surérogatoires à cause de cela, mais aussi du manque d'information sur ce sujet"

Réponse :

Dans ce cas-là vous avez une nécessité, donc faites vos ablutions pour chaque prière obligatoire et accomplissez avec celle-ci ce que vous voulez comme prières surérogatoires, si vous sentez un écoulement de sang, votre prière reste valide.

3- "Pouvez-vous nous préciser comment la femme peut être sûre de la fin de ses menstrues avant de se purifier par le bain rituel ? Est-ce à la fin des saignements ou après les pertes suivant le hadith bien connu de ‘Aicha (ra) sur le sujet et en particulier pour les femmes dans ma situation"

Réponse :

Comment peut-elle être sûre de la fin de ses menstrues ?

Il y a deux choses :

La première qui constitue l’avis des juristes et des malikites, c’est que la femme voit l’apparition des sécrétions blanches, ces pertes de couleur blanchâtres annoncent la fin des menstrues généralement, mais pas inévitablement.

La deuxième, c’est la cessation de l’écoulement du sang.

4- "Enfin, lors de mes menstrues, puis-je apprendre mes sourates du Coran en tenant le livre (en arabe) ou alors en le récitant avec un support audio ou internet, puisqu’il n’est pas permis à la femme de lire le coran pendant cette période. J'ai cru comprendre que cela était possible sans en être certaine."

Réponse :

Vous pouvez écouter et réciter le Coran, mais sans toucher le Moushaf - livre du Coran - ou le porter, ALLAH le Très Haut a dit : « Ne le touchent que les purifiés » (56:79), vous pouvez le réciter avec un enregistrement ou sur internet, ce n’est pas interdit, ni déconseillé.

Et ALLAH et son Prophète sont plus savants.

Je demande à ALLAH qu’Il vous guide vers ce qu’Il aime et agrée et qu’Il fasse que vous soyez parmi le parti des femmes pieuses, repentantes et adoratrices, et ne m’oubliez pas dans vos dou’a afin que l’ange vous dise « amine » et que vous en ayez l'équivalent.

Wa Salam Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Dernières réponses

Réponses les plus consultées