بسم الله الرحمن الرحيم

اللهم صل على سيدنا محمد الفاتح لما أغلق والخاتم لما سبق ناصر الحق بالحق والهادي إلى صراطك المستقيم وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Tariqa Tidjaniya

Cheikh Mohamed ibn Abdelwahid Nadhifi (qu’Allah l’agrée) a cité dans « Mabadi el Ichraq… » :

« Ses bienséances sont aux nombres de vingt-deux :

Cinq doivent précéder l’accomplissement du Dhikr 

1. Le repentir : il s’agit de délaisser tout ce qui ne nous concerne pas dans la parole, les actes et l’aspiration.

2. La pureté rituelle et celle du corps, des habits et du lieu.

3. Le silence et l’immobilité.

4. La recherche de l’irrigation en l’aspiration du Cheikh par le cœur au commencement, et son accompagnement par ce biais, car il est certes le compagnon de voyage et quel bon compagnon pour voyager vers Allah. Cela fait partie des bienséances les plus importantes et même si en cas de besoin il appelle l’assistance de son Cheikh par la langue cela est permis.

5. Savoir que l’irrigation de son Cheikh n’est autre chose que l’irrigation du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), car la Présence est une.

Lire la suite...

Dans le livre Mousnad El Firdaous d'Abi Mansour Daïlami, il est rapporté que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Quel bon moyen de rappel que la Soubha ! »

Il est rapporté par Ibn Abi Chaïba, Abou Daoud, Tirmidhi, Nassa-i et El Hakem qui l’a authentifié selon Ibn 'Omar (qu’Allah les agrée) dire : « J’ai vu le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) tenant dans sa main un chapelet (Soubha) avec des nœuds »

Il est rapporté dans le livre Tawasoul wal Wasila de Cheikh Moussa Mohamed Ali dans le chapitre sur « la Soubha et ses preuves dans la Chari’a » : « La Soubha est permise dans l’islam et il ne s’agit point d’une innovation comme l’ont prétendu certains ».

Il est dit dans le commentaire du livre Adhkar de l’imam Nawawi sur le passage : « Ils comptent avec leurs phalanges, car elles seront interrogées et questionnées (les phalanges) » c’est en raison de cela que, les gens s’adonnant à l’adoration et les autres, se sont munis de Soubha.

Ibn El Jaouzi (qu’Allah l’agrée) a « La Soubha est recommandée (Moustahab) en raison du hadith sur Safiya (qu’Allah l’agrée) qui mentionne qu’elle utilisait des noyaux ou des cailloux et le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a accepté ce qu’elle faisait et il n’y a pas de différence du fait que la Soubha serait liée ou détachée »

Le grand Imam Jalaldin Souyouti (qu’Allah l’agrée), dans son livre Minha Fi Isti’mal Soubha, a dit que le chapelet tire son origine du Qoran et de la Sunna, contrairement à ceux qui affirment qu'il s'agit d'une bonne innovation qui est récente.

Lire la suite...

Cette prière particulière fait partie de ce que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a ordonné à Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et cela à l'état d'éveil, en pleine journée, de réciter et de transmettre (cf. commentaire de la rubrique Faq - question n° 15).

Un Pôle l'avait déjà connu, nommé Sidi Mohamed El Bakri (qu’Allah l’agrée). Il avait fait une retraite de plusieurs années à la Mecque dans l'intention qu'Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) lui enseigne la formule de prière sur le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) qui rassemble toutes les autres prières et leurs secrets.

Et certes, elle lui fut révélée, un ange descendit à lui avec un écriteau de lumière où était inscrite Salat Fatihi. Mais cela lui était personnel, car cette prière était réservée pour l'époque du Pôle Caché et ses disciples.

Il faut savoir que pour pouvoir profiter des grâces particulières de Salât Fatihi, il faut remplir deux conditions : la première est que l'autorisation soit donnée par ceux qui en ont l'autorité. La seconde est que la personne en question ait la certitude que Salat Fatihi provient de l'invisible et non pas d'une composition humaine.

En effet, il est rapporté dans le livre Jama’ de Sidi Mohamed ibn Mechri (qu’Allah l’agrée) que Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

Lire la suite...

Sache que l’évocation est la plus honorable des adorations, car l’ensemble des adorations va s’achever avec la fin de ce bas monde sauf l’évocation d’Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté).

En effet, il est cité par Chihab-Din ibn Hajr el ‘Asqalani (qu’Allah l’agrée) ceci :

« Les gens du paradis seront constamment dans l’évocation d’Allah, car l’ensemble des adorations s’achèvera avec la fin de ce bas monde, sauf le Dhikr d’Allah qui ne s’achèvera pas, il persiste pour les croyants dans ce monde et l’au-delà, qu’Allah fasse de nous des évocateurs, des gagnants joyeux, apaisés, pour qui il n’y a ni crainte, ni tristesse ».

Puis il ajouta : « Il a été rapporté que pour les habitants du Paradis, il leur sera inspiré la louange et la glorification comme nous est inspirée la respiration. Ils diront : ‘Gloire et pureté à Allah et louange à Allah’ par délice non par dévotion, comme se régale celui qui est assoiffé lorsqu’il boit de l’eau fraîche ».

L’imam Fakhr Din Razi a dit dans Asrar Tanzil :

« Sache que toutes les adorations cesseront le jour du Jugement Dernier. Quant à l’adoration par la formule « Lè ileha ila llah » et « Louange à Allah », elles ne cesseront pas pour les croyants. Et comment serait possible leur disparition en ce jour alors que le Coran montre qu’ils sont continuellement dans la louange. Et l’implication de la continuité de la louange est donc la continuité du Dhikr.

Nous avons dit la continuité de la louange en raison de la parole d’Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) racontant à propos des croyants dans le paradis : « Louange à Allah […] tristesse » (Sourate 35 Fatir, verset 34). Et Il dit (qu’Il soit Glorifié et Exalté) : « Leurs invocations sont : « Gloire et pureté à toi Ô mon seigneur et leur salut est « paix » » (Sourate 10 Younous, verset 10)

Et le verset :« Le Ilêha Ilê houwa à lui la louange au début et dans l’au-delà » affirme la continuité du Dhikr. Ainsi par cela, on constate que toutes les adorations s’achèveront, sauf celles concernant le Dhikr ».

Lire la suite...