بسم الله الرحمن الرحيم

اللهم صل على سيدنا محمد الفاتح لما أغلق والخاتم لما سبق ناصر الحق بالحق والهادي إلى صراطك المستقيم وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Tariqa Tidjaniya

Voici une lettre que Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a adressée à un juriste parmi ses aimés :

« Après la mention du Nom d’Allah et la prière et le salut sur le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui). De la part du plus misérable serviteur devant Son Maître, le Riche et Digne de louanges, Ahmed ibn Mohammed Tidjani, qu’Allah agisse envers lui de par Sa Grâce. À l’attention de notre aimé en Allah (Exalté), untel fils d’untel, que la paix soit sur toi ainsi que la Miséricorde d’Allah et Sa bénédiction, ensuite :

Concernant ta demande au sujet de l’utilisation du « Cercle Chadhili » avec ses Noms et ses secrets, la réponse à ce sujet est : Sache que le fait de se conformer à ce que contient les écrits des élites comme le « Cercle Chadhili », avec les Noms Divins, les lettres et tableaux, tout cela n’est qu’un mirage dans un endroit au loin, auprès duquel on s’imagine pouvoir étancher sa soif, jusqu’à ce qu’on y parvienne, on constate alors ne rien trouver si ce n’est la fatigue et la convoitise en lesquelles ne se trouve même pas un peu de profit, ni même l’utilité d’un avantage.

En effet, ces secrets-là possèdent des propriétés élevées et des effets immenses, mais seulement, cela est conditionné par le fait d’être dans deux situations, en dehors desquelles personne ne pourra rien en atteindre :

La première situation : C’est la détention de l’Ouverture pour le serviteur, dans une Connaissance parfaite, apparente et cachée. Son détenteur n’est point concerné par l’existence de conditions ou la dissipation d’un obstacle. Lorsqu’il désire une chose, il la trouve en raison de cette seule cause-là.

La seconde situation : Il faut savoir que dans ce genre de secret, il y a des esprits supérieurs, purs et immaculés, qui sont en charge de l’effet de ses secrets, continuellement et durablement occupés à les rendre effectifs. Ces entités spirituelles ont un procédé spécifique. C’est par ce procédé que l’ont peut assujettir son esprit, au point qu’à chaque fois qu’il sera réclamé, il y répondra plus rapidement que le clignement de l’œil. Or, il n’y a que les Aouliya qui connaissent ce procédé.

En outre, il a été pris l’engagement de par le cœur des Aouliya, sur le fait qu’ils ne doivent point faire connaître ses secrets ou une partie d’entre eux à tous ceux qui recherchent la bonne fortune. Celui d’entre eux qui aura transgressé cet engagement en quoi que ce soit, et porté cela à la connaissance de ceux qui recherchent la bonne fortune, sera alors éprouvé par un grand malheur, soit par un meurtre atroce, soit il s’abattra successivement sur lui de la part du Vrai ce qui éradiquera son argent et ses enfants, ou, Allah l’éprouvera avec la pauvreté, mais sans lui accorder avec la moindre patience, ou en étant entièrement dépouillé jusqu’à la mécréance. Nous demandons à Allah la sauvegarde et la préservation contre tout cela par l’honneur du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et de sa famille.

L’image de cela est comme l’exemple d’une immense forteresse remplie de coffres, de trésors, d’argents et de raretés, qui permet de combler tous les désirs. C’est pour cela que la forteresse est dotée de remparts immenses en fer qui est au comble de la dureté et de la fermeté. Ces remparts ne possèdent aucune porte ni aucune ouverture. En fait, ces remparts et cette forteresse possèdent une porte et des voies d’accès qui sont enfouis, et qui conduisent à la forteresse à une distance de six ou sept jours sous terre. Tous ceux qui empruntent l’une de ces voies sont conduits alors jusqu’à la porte de la forteresse qui se trouve sous terre. Il peut ainsi y entrer et prendre tout ce qu’il veut et il retournera par cette même voie, ainsi pour toujours il pourra aller et venir. Les portes extérieures de ces voies sont tenues secrètes et dissimulées et ne peuvent être trouvées que suite à la communication de l’information. Celui qui n’est pas informé au sujet de ces portes, alors il ne peut accéder à celles-ci et donc il ne peut pénétrer la forteresse.

La première catégorie de personne, qui est le détenteur de l’Ouverture dans la Connaissance, à chaque fois qu’il vient à la forteresse, les remparts disparaissent pour lui, sans qu’il ait besoin de se donner du mal et il parvient à ses trésors sans aucune difficulté.

Quant à la seconde catégorie de personnes, ce sont les connaisseurs des voies empruntées pour assujettir les entités spirituelles et les découvrir, et parvenir à travers eux à toute recherche intéressée. Ce sont ceux de la seconde image, ceux qui connaissent les voies enfouies sous terre, dont la porte est cachée.

Quant aux communs qui n’ont rien à voir avec ces deux situations, ils sont similaires à ceux qui tournent tout autour de la forteresse, désirant parvenir à ce qu’elle contient comme trésors, mais sans l’aide d’une porte, ni d’une ouverture. Certes, ils ne récolteront de ses tournées successives que de la fatigue.

Oui, il parvient parfois à une personne des gens du commun, qui pourtant n’a pas la chance d’être dans les deux situations précédentes, d’être exaucée dans une certaine situation qui survient suite au Souffle Divin. Or, ce Souffle provenant de Lui (Glorifié et Exalté) implique nécessairement que tous ceux qui Lui demandent quelque chose à l’instant de ce Souffle, et cela qu’il soit au courant au sujet du Souffle ou ignorant, ou qu’il connaisse son moment ou l’ignore, cela implique donc qu’Il lui accorde à ce moment-là sa demande. Et cela, qu’il soit sur une voie de rectitude ou non, et qu’il soit digne de cette demande ou non. Mais cela ne le suit pas en chaque moment, ou pour chaque demande, car cet exaucement n’est impliqué que suite au Souffle Divin qui émerge du Vrai (qu’Il soit Glorifié et Exalté) sinon cela exigerait de lui, la science de ce secret et de cette particularité.

De ce fait, quant aux détenteurs des deux situations, ils sont suivis d’exaucement en chaque demande et en chaque moment, tandis que pour le troisième cas, il ne lui parvient pas cet exaucement sauf si cela coïncide avec le Souffle Divin selon la règle de la concordance. Et ce que nous t’avons évoqué est suffisant pour celui qui a compris, donc ne te donne point la peine à rechercher les secrets et particularités et conforme-toi plutôt au conseil que nous vous avions prodigué, cela sera plus profitable ».

Extrait de Djawahirou-l-Ma’ani

Recherche et Traduction par la Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe