-46- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Donner pour Allah. »

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « Il l’a dit à l’un de ses compagnons, car lors de la célébration religieuse de la fête d’un saint on venait le voir pour lui demander de donner quelque chose en participation et Seïdina évoqua les propos ci-dessus. » 

Explication : Il est rapporté qu’il s’agissait de Sidi Ahmed ibn Ma’amar connu sous le nom d’ibn Salim Laghouati (qu’Allah l’agrée). En effet, notre personnage interrogea Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) sur une coutume qu’avaient leurs ancêtres et qui était de donner chaque année de l’orge aux descendants du Pôle connu Sidi Abdelqader Ibn Mohamed (qu’Allah l’agrée) enterré dans la ville d’El Bayadh. Il lui demanda : « Que nous ordonnes-tu à propos de cette coutume ? » Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) répondit : « Donnez ou laissez » et il le répéta 3 fois. Sidi Ahmed Ibn Ma’amar (qu’Allah l’agrée) lui redemanda et ajouta : « Ô Sidi ! Si le disciple diverge avec son Cheikh il en récolte alors la perte, informe-nous sur ce que tu nous ordonnes ». Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui dit : « Celui qui veut donner qu’il mette l’intention de donner pour ALLAH ». » (Cf. compagnons)

-47- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Est-ce ainsi que tu pries d’habitude ? » Il répondit : « Non. » Il lui dit alors : « Tu dois recommencer ta prière » et il la recommença. »

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « Il l’a dit à un Imam qui a présidé la prière du vendredi (Djoumou’a) dans un village du désert, et qui a beaucoup prolongé la récitation dans cette prière (du fait de la présence de Seïdina dans les rangs). Lorsque l’Imam l’a achevée, Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) l’interrogea avec les propos précédents. »

-48- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« La bénédiction du plat c’est d’accomplir une prière (Salat surérogatoire et si possible) à l’endroit où on le mange. »

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « C'est-à-dire le plat d’invitation et d’hospitalité. »

-49- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Marche à l’allure de ton époque. »

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « Entre dans ce sens la parole de l’ignorant qui veut parler au moment qui ne convient pas de ce qu’Allah n’a pas voulu manifester. »

Explication : Il est rapporté par Ibn Hibban, qui l’a authentifié, le Hadith suivant : « Il convient au sensé d’être clairvoyant sur son époque. » Le savant et Mouhadith Hajjouji a commenté dans son épitre « Faydh fadlou Allah el Mountachar » cette parole de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « Marche à l’allure de ton époque » en dix-huit aspects.

-50- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Après sa lecture, il ne le prendra pas en considération et ne parlera pas de cette affaire. »

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « Le magistrat de l’époque a fait battre un serviteur de Seïdina par le témoignage de certains débauchés, puis il l’a fait emprisonner. Lorsqu’il apprit cela, il se rendit auprès de ce magistrat et lui dit : « De quel droit as-tu fait frapper le serviteur ? Tu es injuste. » Il lui répondit : « Les musulmans ont témoigné contre lui. » Seïdina lui dit alors : « Par Allah, il n’y a là que des mécréants et leur frère. » Le magistrat a alors établi un constat d’infraction mettant en cause ces propos-là et envoya un courrier au Sultan, puis il informa Seïdina de ses démarches à son encontre. Seïdina dit au magistrat : « Sache que je n’ai fait ce reproche que suite à l’argument venant du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) lui-même qui a dit : « …Ne redevenez pas mécréants en frappant vos cous les uns aux autres… » (Rapporté par Boukhari et Mouslim) Et je l’ai dit comme mise en garde » et ensuite tout se déroula tel qu’il l’avait dit avec le Sultan. »

-51- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Vends-les et garde la somme récoltée auprès de toi. »

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « On lui offrit une boîte à collyre en argent et un Jabadhour en or, il les confia à l’un des juristes parmi ses compagnons en lui disant : « Vends-les… » Ensuite il l’interrogea au sujet du Jabadhour pour savoir qui l’avait acheté, il lui répondit qu’il s’agissait d’un musulman, et il réprouva cela. Alors il ordonna que la somme obtenue par ses deux éléments ne soit dépensée que pour l’entretien de la zaouiya, et c’est ce qu’il fit. »

-53- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Un certain chasseur avait attrapé trois perdrix, il en attacha deux puis sacrifia le troisième et commença à le déplumer, or ses yeux pleuraient à cause d’une maladie. L’une des deux perdrix le regarda et dit à l’autre : « C’est un pauvre homme et son cœur s’est attendri pour nous, il se peut qu’il nous délivre. » L’autre lui dit : « A quoi sais-tu cela ? » Il répondit : « Je viens de voir ses yeux qui pleurent. » Il dit alors : « Regarde plutôt ce que font ses mains et ne regarde pas ses yeux. »

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « Il a dit cela en rapport avec une personne qui prétendait à l’amour avec sa langue, alors qu’il faisait le contraire de ce qu’il prétendait. Et bien tout comme les yeux du chasseur ne pleuraient qu’à cause d’une maladie, la langue de ce prétendant n’enjolivait sa prétention avec sa langue qu’à cause d’une maladie intérieure. »

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe