-120- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Le Grand (Homme de Dieu) voit le don Divin venir de loin. Il lui prépare les plus beaux atours et parures avec lesquels il l’accueille et l’embellit. Puis, cela retourne auprès d’Allah le Très Haut dans la plus parfaite des situations ».

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « Les termes de « plus beaux atours et parures » expriment – et Allah est le plus savant – l’acceptation, l’agrément, la patience et la plus belle des bienséances dans ce qui est réclamé comme Adeb, liés à ce que sa station lui permet d’accomplir et de réaliser. Le terme de « don Divin » quant à lui exprime – et Allah est le plus savant – les grands malheurs et les maladies corporelles qui sont accueillies avec ce qui correspond à sa station comme effusion ».

-121- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Le Grand (Homme de Dieu) est comme un canon, il tire de loin ».

-122- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Ce sont des hommes qui ont atteint la perfection, ils sont avec Allah le Très Haut sans être délimité par un emplacement. Ils ne sont pas établis dans une station ni ne dépendent d’elle et leur perfection les place comme le commun des gens, au rang de ceux qui suivent »

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « Il fut interrogé au sujet de certains vers de Boussaïri – qu’Allah lui fasse miséricorde – dans son « Daliya », lorsqu’il dit :

« Celui qui n’a pas de station alors sa perfection

Le place dans le rang de ceux qui suivent. » »

-123- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Si les grands Pôles constataient ce qu’Allah a préparé pour nos compagnons au Paradis, certes ils pleureraient en disant : « Ô notre Seigneur ! Nous n’avons rien eu ».

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « Il en fit mention lorsqu’il évoqua les bienfaits d’Allah le Très Haut et afin que cela soit un conseil et une exhortation à ceux qui ont pris cette Tariqa Mohammediya. Que les meilleures prières et les plus pures salutations soient sur celui par qui elle nous est parvenue »

Commentaire : Sidi Mohamed el Hafidh Misri (qu’Allah l’agrée) a commenté : « Ces propos sont exprimés dans un cadre général bien que ne visant qu’un cadre particulier. Il invoquait, pour ses compagnons et lui-même, le ‘Illiyine conformément à ce qu’a ordonné le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) en disant : « Demandez le Firdaous ».

Nous avons déjà mentionné quels sont ceux qui sont désignés comme étant ses compagnons (Extrait N°3 : 4). Il s’agit des véridiques dans leur engagement envers Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) et qui en ces temps reculés, se sont conformés aux plus hautes stations de perfection, jusqu’à atteindre le summum des degrés de la Connaissance. Celui qui est conforme à cette description fait partie d’eux, quant à ceux qui ne correspondent pas à ces caractéristiques, ils ne sont pas inclus dans ces propos. Et certainement la grâce d’Allah peut s’étendre. »

-124- Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit :

« Si vous saviez ce que contient la Wadhifa comme mérite vous viendriez à son assemblée, dussiez-vous ramper pour cela ».

La cause : Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) a dit : « Un des frères trouvait pesant ses aller et retour pour la Wadhifa, à cause de son âge avancé, de la lourdeur de son corps et de l’éloignement de sa maison. De plus, c’était la période hivernale alors il lui présenta ses excuses en raison de sa situation. Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui répondit par les propos précédents.

Complément : Sidi Mohamed el Habib (qu’Allah l’agrée), fils de Seïdina, dans une lettre de conseils à l’intention des frères mentionne ces propos prophétiques rapportés par Sidi Hajj ‘Ali Harazim (qu’Allah l’agrée) à l’égard de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) :

« Toute personne qui prend mon oraison et pénètre dans mon enceinte ne doit pas délaisser la Wadhifa (en groupe) en se contentant du Ouird (lazim). Celui qui s’impose l’accomplissement de mon Ouird et de ma Wadhifa, alors mon intercession devient obligatoire pour lui et elle ne l’abandonnera jamais, pas même l’instant d’un clin d’œil, jusqu’à ce qu’il soit dans mon voisinage. Celui qui veut le Ouird mais qui délaisse la Wadhifa, il ne pourra pas atteindre cette particularité immense, car elle est réservée à l’accomplissement du Lazim et de la Wadhifa ensemble.

Quant à toi, ô mon bien-aimé, ne laisse aucun de tes compagnons sans lui ordonner la récitation du Lazim et du Wadhifa, sauf si cela provient d’une excuse valable. Le Ouird peut être accompli où qu’il soit, quant à la Wadhifa elle doit s’accomplir dans la Zaouiya (en groupe). Leur récitation ensemble contient des secrets et des particularités. Parmi elles, il y a le fait qu’elle est une sûreté pour la région où elle est récitée, c’est-à-dire une protection par sa récitation contre toutes les formes de malheur. Et méfie-toi de laisser ceux qui ont pris ton Ouird ne pas venir à la récitation de la Wadhifa. De plus sa récitation, comme je l’ai déjà dit, doit se faire correctement. Comportez-vous avec bienséance et méditez autant que possible […] »

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe