La Noble conduite Prophétique de notre bien-aimé Cheikh Tidjani (ran) envers les limites sacrées et les droits d’ALLAH

ALLAH le Très Haut a dit :

« Dis : Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » (Sourate 03 Al 'Imran<, verset 31)

ALLAH le Très Haut a dit :

« […] Voilà les limites ordonnées par Allah. Ne les transgressez donc pas. Et ceux qui transgressent les limites d'Allah ceux-là sont les injustes. » (Sourate 02 La vache, verset 229)

Il dit aussi gloire à LUI : 

« […] Voilà les lois d’Allah, ne vous en approchez donc pas (pour transgresser) […] » (Sourate 2 La vache, verset 187).

Il dit Gloire à LUI : 

« […] Telles sont les lois d’Allah, quiconque cependant transgresse les lois d’Allah, se fait du tort à lui-même […]» (Sourate 65 Le divorce, verset 1).

Il dit gloire à LUI :

« Et quiconque désobéit à Allah et à son messager, et transgresse ses ordres, il le fera entrer au feu pour y demeurer éternellement, et celui-là aura un châtiment avilissant » (Sourate 4 Les femmes, verset 14) 

Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Il y a des gens qui viendront le Jour du Jugement avec des bonnes actions telles les montagnes de Touhama, puis lorsqu’elles seront présentées elles se transformeront en poussières dispersées. » 

Ils lui dirent : « Ô Messager d’Allah ! Décris-les-nous car par Allah nous craignons d’être parmi eux. »

Il dit (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) : « Par Allah ! Certainement ils jeûnaient, ils priaient, et ils s’épuisaient en dévotion une partie de leur nuit, mais lorsqu’ils apercevaient une chose illicite ils se précipitaient dessus. Dès lors Allah annula leurs œuvres et les jeta en Enfer. »

Selon Abou Hourayra (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit: « Savez-vous qui est l’homme ruiné ?

Ils (les compagnons) répondirent : « l’homme ruiné est celui qui n’a ni dirham ni biens. »

Le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) dit : « l’homme ruiné dans ma communauté est celui qui arrive le jour du Jugement dernier avec ses prières, son jeûne, son aumône, mais qui arrive en ayant insulté telle personne, accusé à tort telle personne, a pris à tort la fortune de telle personne, a fait couler le sang de telle personne, a agressé telle autre. On lui prend de ses bonnes actions (hassanates) et les donne à telle personne et à telle autre ; s’il ne lui reste plus de bonnes actions, on leur prend de leurs péchés et on les lui ajoute pour qu’il soit jeté en Enfer. »

ALLAH le Très Haut a dit :

« Ô gens ! Nous vous avons créés à partir d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus afin de vous connaître les uns les autres. Certes, le plus honoré d’entre vous auprès d’Allah, c’est le plus pieux. » (Sourate 49 Les appartements, verset 13)

Selon Abou Tha’laba Al khouchani Djourthoum ibn Nachir (qu’Allah l’agrée) le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Allah - qu'Il soit exalté - a prescrit des devoirs ; ne les négligez pas ! Il a institué des limites ; ne les outrepassez pas ! Il a prohibé certaines choses ; ne les transgressez pas ! Il s'est tu au sujet de certaines choses par miséricorde, non par oubli, ne cherchez pas à les connaître ! »

Le bien aimé Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Vous êtes tous [les fils] d’Adam et Adam est de terre, le meilleur d’entre vous est celui qui craint le plus Dieu. » 

Notre bien aimé cheikh Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) répétait souvent : « La meilleure des évocations (dhikr) c’est le souvenir d’ALLAH lors de ses commandements et de ses interdits, préservant ainsi les droits d’ALLAH ». 

Voici transcrites quelques lignes d’une lettre de conseils aux disciples de notre bien aimé Cheikh Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) sur notre sujet :

« Je vous recommande ainsi qu’à moi, ce qu’Allah commande et ordonne et qui est de préserver les limites sacrées, de veiller à l’accomplissement de l’ordre Divin, selon vos efforts et à la mesure de votre capacité, car certes, à cette époque, les principes de l’ordre Divin se sont écroulés totalement ou en détail et les gens aiment passionnément ce qui leur est pourtant nuisible dans ce bas monde. On constate que plus aucun éveil ne permet d’orienter les cœurs vers Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) ni même de s’arrêter aux limites sacrées d’Allah dans le domaine des commandements et des interdictions. Il ne reste plus désormais à quiconque et à notre époque, le pouvoir d’appliquer l’ordre d’Allah dans l’ensemble de ses aspects, excepté pour celui revêtu de la parure de la Connaissance d’Allah ou celui qui s’en approche […]».

Notre bien aimé Cheikh Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) orientait par ces propos celui qui se présentait à lui avec la prétention de l’amour Divin : « Sache que Le signe de l’amour c’est de cheminer en œuvrant dans ce qui satisfait le bien aimé (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) en se conformant à ses commandements, ses interdits et en suivant ses paroles et ses actes ».

Il clamait après cela une citation qui disait : « Tu désobéis à ALLAH tout en manifestant son amour. C’est une absurdité dont la comparaison étonne, car si ton amour était véridique tu lui obéirais. N’est-il pas vrai que l’amant est obéissant envers son bien aimé ?».

Il faut savoir que l'insouciance est à l'origine de toutes les désobéissances. Par contre, un cœur présent à Son Seigneur ne peut que Lui obéir.

Sahl Tustarî (qu’ALLAH lui fasse miséricorde) disait : « Je ne connais pas une désobéissance plus grave que celle d’oublier Son Seigneur. » Car elle conduit à toutes les autres, c'est le sens du hadîth dans lequel le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) dit : « Au moment de commettre la fornication, le fornicateur n'est pas croyant.»

On questionna Saïd ibn Joubayr, qu’ALLAH lui fasse miséricorde, sur la crainte révérencielle, il dit : « La meilleure des craintes, c’est que tu craignes ALLAH d’une crainte qui s’interpose entre toi et la désobéissance jusqu’à ce que celle-ci t’attire à l’obéissance. »

Quant à l’obéissance à ALLAH :

Sache que celui qui obéit à ALLAH l’a évoqué (dhakarahou) et celui qui lui désobéit ne l’a pas évoqué et il ne peut être considéré comme un évocateur (dhakir).

L’évocation (dhikr) d’ALLAH :

C’est en réalité la crainte bénéfique, alors sache que celui qui lui désobéit n’est pas un évocateur d’ALLAH, et ce, même s’il abonde dans les glorifications (tasbih) ou dans la récitation du Coran.

Les meilleurs cœurs sont les plus réceptifs.

ALLAH le Très Haut dit :

« Ceux qui ont cru, et dont les cœurs se tranquillisent à l'évocation d'Allah. N'est-ce point par l'évocation d'Allah que se tranquillisent les cœurs ? » (Sourate 13 Le Tonnerre, verset 28)

D’après An-Nou’man ibn Bachir (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :

« En vérité, ce qui est licite est clair, et ce qui est illicite est clair ; et entre les deux se trouvent des choses douteuses ; peu sont les gens qui connaissent si elles relèvent du licite ou de l'illicite. Celui qui s’éloigne des choses douteuses a certes préservé sa religion et son honneur, et celui qui y choit finira par commettre l’interdit à l’exemple d’un berger qui fait paître son troupeau autour d’un domaine réservé, proche est le moment où il y pénètrera. Ecoutez ! Chaque roi dispose de son domaine réservé et le domaine réservé d'Allah sur Sa terre est constitué de ce qu'Il a interdit. N’est-ce pas qu’il y a dans le corps un bout de chair qui, s’il est pur, purifie tout le corps et s’il est corrompu, corrompt tout le corps. N’est-ce pas que c’est le cœur.» (Rapporté par Al-Boukhari et Muslim)

Abou Hourayra, qu’Allah l’agrée, a dit : « Le cœur est le roi des membres du corps : s’il est bon, les membres du corps seront bons et s’il est mauvais le reste des membres du corps seront pervertis. »

Le cœur et les actes sont liés de telle sorte que si le cœur est bon, le reste des membres du corps seront bons et ils accompliront des actes d’obéissance à Allah tout en s’abstenant de toutes désobéissances.

Et si le cœur est corrompu (mauvais), le reste de tous les membres du corps le seront aussi, ils commettront des péchés et seront insouciants. Ils négligeront sans aucun doute possible l’accomplissement des bonnes œuvres, ils transgresseront certainement les limites sacrées et les droits d’ALLAH.

Ibn ‘Ata ALLAH, qu’ALLAH lui fasse miséricorde, a dit : « L’un des signes de la mort du cœur, c’est l’absence de tristesse après avoir négligé l’accomplissement d’un des devoirs et l’absence de regret après avoir commis une faute »

L’Envoyé d’ALLAH (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) disait : « Ô Toi qui disposes des cœurs, incite nos cœurs à ton obéissance »

 

Les critères d’élections ne sont pas d’aspects physiques, mais bien dans la pureté du cœur.

ALLAH le Très Haut a dit :

« Et quand tu les vois, leurs corps t’émerveillent […] » (sourate 63 Les hypocrites, verset 4)

« Combien de générations, avant eux, avons-Nous fait périr, qui les surpassaient en biens et en apparence ? » (Sourate 19 Maryam, verset 74)

Abou Hourayra (qu’Allah l’agrée) a dit : « Le Messager d’ALLAH (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « ALLAH -qu’il soit exalté- ne regarde ni vos corps ni vos apparences, mais Il regarde vos cœurs et vos actions. » (Mouslim)

Dans un autre Hadith du bien aimé prophète Mohammad (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), on peut lire : « Dieu ne regarde pas vos visages, mais vos cœurs »

Le cœur est le lieu des lumières Divines.

Le bien aimé Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Lorsqu’ALLAH désire du bien pour son serviteur il ouvre la serrure de son cœur ».

D’après Ibn Mass‘oud (qu’Allah l’agrée) : « Lorsque la lumière pénètre dans le cœur celui-ci se dilate et s’élargit.» On demanda  « Quel est le signe qui atteste de cela ?> »Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) répondit : « c’est le fait de se tourner vers la demeure éternelle, de s’éloigner avec désintéressement de la demeure de l’illusion et de se préparer à la mort avant qu’elle n’arrive »

Ibn ‘Ata ALLAH, qu’ALLAH lui fasse miséricorde, a dit : « Les lumières sont les montures des cœurs et des secrets ».

Il dit aussi, qu’ALLAH lui fasse Miséricorde : « La lumière est l’armée du cœur, de même que l’obscurité est l’armée de l’âme passionnelle. Lorsqu’ALLAH veut faire triompher Son serviteur, Il envoie à son secours l’armée des lumières afin de détourner de lui les torrents des ténèbres et des tracas »

Ainsi le dhikr par la langue est une recherche, un entraînement pour les sens extérieurs afin d'arriver à unir la pensée sur ALLAH, jusqu'à ce que le cœur vive perpétuellement en Sa Présence.   

Ibn ‘Ata ALLAH, qu’ALLAH lui fasse miséricorde, a dit : « N’abandonne pas le rappel (dhikr) sous prétexte que pendant que ta langue évoque ALLAH, ton cœur n'est pas présent. En effet, plus grave serait l'interruption complète de l’évocation d’ALLAH que son évocation même sans la présence du cœur. Il se peut qu’ALLAH t’élève de la présence distraite de l’évocation à la présence de l’évocation avec éveil, puis à la présence de l’évocation avec présence du cœur jusqu’à l’évocation avec présence dans la disparition de tout si ce n’est l’évoqué ».

Notre bien aimé Cheikh Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit : « La présence est l’esprit des œuvres »

Voilà un exemple de l’un des disciples particuliers de notre bien aimé Cheikh Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), le maître et noble Mohammad Al Ghali Boutalib (qu’Allah l’agrée).

Il était connu pour son effort dans l'obéissance envers Allah le Très Haut. Un jour, tandis qu’il évoquait ses oraisons, orienté et absorbé dans la présence, sa petite fille tomba du haut de la maison. Malgré cela il ne fit pas attention à elle et sa stabilité dans son assise ne subit aucun changement non plus. Rien de son état ne fut perturbé, mais au contraire il resta ainsi immobile jusqu’à la fin de ses oraisons.

Parmi ses belles habitudes, il embellissait toutes ses adorations avec un soin tout particulier en les psalmodiant. Il est dit qu’après avoir fait la prière du ‘Icha il évoquait seulement son oraison du Lazim, sans rien rajouter à cela et il la récitait durant deux heures environ dans un état de révérence, lui donnant ainsi son droit en la psalmodiant, tant il était absorbé dans la présence Divine.

Al-Qushairi, qu’ALLAH lui fasse miséricorde, disait : « Le dhikr par la langue fait arriver le serviteur à la constance du dhikr par le cœur. Si le serviteur évoque son Seigneur par sa langue et son cœur, il atteint la perfection de son état. »

Ainsi la première étape de l’évocation (dhikr) est celui de la langue, si celle-ci ne permet pas aux lumières d’ouvrir la porte du cœur afin de l’éveiller c’est qu’il est défectueux. Et un cœur qui n’est pas réceptif aux évocations d’ALLAH prononcé par la langue est dans un état d’insouciance, et dans un tel état il ne peut gouverner. Ainsi le cœur est comparable au roi qui ordonne et les membres dans leurs totalités ne sont que les soldats qui obéissent et exécutent les ordres.

Il faut savoir que les lumières descendent comme une pluie salvatrice sur les évocateurs d’ALLAH. Si le cœur est réceptif, la porte s’ouvre et les lumières y pénètrent pour le remplir, s’y loger et l’irriguer de profondeur en profondeur suivant l’intensité des lumières. Il profite ainsi des dons Divin, des connaissances, des secrets etc.…

Mais si le cœur n’est pas réceptif, donc insouciant aux évocations d’ALLAH, c’est que réside en son sein autre qu’ALLAH le Très Haut, alors dans ce cas les lumières ne peuvent y pénétrer. Dans cette situation bien précise, elles retournent à leur source d’origine et cela se répète en permanence.

Nûrî qu’ALLAH lui fasse Miséricorde a dit :

« La première chose qui apparaît dans le cœur de celui dont ALLAH veut le bonheur, c’est une lumière. Cette lumière devient ensuite une clarté, puis un rayon, puis une lune et puis enfin un soleil. Lorsque la lumière apparaît dans le cœur, le monde et tout ce qu’ils contiennent perdent toute valeur à ses yeux ; quand elle devient une lune, l’homme renonce à l’Au-delà et à ce qu’il contient. Et quand elle devient un soleil, il ne voit plus ni le monde ni ce qui est en lui, ni l’Au-delà et ce qu’il contient : il ne connaît plus que son Seigneur. Alors son corps est lumière, son cœur est lumière et lumière est aussi sa langue – « lumière sur lumière, ALLAH dirige vers sa lumière qui Il veut ! » ». La transmutation de l’homme ordinaire en homme spirituel complet se trouve ainsi achevée.

Il est dit :

« Le soleil du jour se couche par la venue de la nuit ;

Le soleil des cœurs ne se couche jamais. »

Ce sujet est très vaste, profond et subtil, nous ne pouvons nous y attarder.

Et ALLAH est le plus Savant.

ALLAH le Très Haut a dit :

« Le rappel d'Allah est certes ce qu'il y a de plus grand [...] » (Sourate 29 l’Araignée, verset 45)

Un homme a dit à Salman al-Fârisî (qu’Allah l’agrée) : « Quelle est la meilleure œuvre ? »

Salman (qu’Allah l’agrée) lui a répondu : « N'as-tu pas lu ce verset du Qoran qui dit : « Le rappel d'Allah est certes ce qu'il y a de plus grand » »

Et ALLAH le Très Haut a dit : « Évoquez-moi, je vous évoquerai […]» (Sourate 2 La vache, verset 152)

D’après Abou Hourayra (qu’Allah l’agrée) qui a dit : « Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « ALLAH le Très Haut a dit : « Je suis avec Mon serviteur selon l'opinion qu'il se fait de Moi, et je suis avec Lui lorsqu'il M’évoque. S'il M’évoque en lui-même, Je l’évoquerai en Moi-même, et s'il M’évoque dans une assemblée, Je l’évoquerai dans une assemblée meilleure que la sienne. S'Il se rapproche de Moi, d'un empan, Je Me rapprocherai de lui d'une coudée, et s'il se rapproche de Moi d'une coudée, Je Me rapprocherai de lui d'une brassée ; s'il vient à Moi en marchant, je viendrai à lui avec empressement » ».  

Il est dit dans une tradition selon laquelle ALLAH a dit dans l’un de Ses Livres Révélés : « A celui qui Me mentionne et ne M’oublie pas, J’active son cœur pour M’aimer si bien que lorsqu’il parle, il parle pour Moi et lorsqu’il se tait, il se tait pour Moi. »

Les versets du saint Qoran et les hadiths prophétiques sur les mérites de l’évocation sont tellement nombreux que l’on ne peut les dénombrer ou les compter.

L’évocation d'ALLAH (Dhikr) c’est lorsque la personne se libère et se débarrasse de l’insouciance et de l’oubli en constante présence du cœur avec le Vrai. 

Qu’ALLAH fasse miséricorde à Yahiya ibn Mou’adh pour ce qu’il a dit : « Le Dhikr (l’évocation d’ALLAH) est plus grande que le Paradis parce que L’évocation (dhikr) est la part qui revient à ALLAH et le Paradis est la part qui revient au serviteur, parce que dans l’évocation (dhikr) réside l’agrément d’ALLAH et dans le Paradis réside la satisfaction des serviteurs. »

On a demandé à Abou Bakr Al-Wassiti : « Désires-tu de la nourriture ? »

Il répondit : « oui. »

On lui a demandé : « Laquelle ? »

Il répondit : « Une bouchée d’évocation (dhikr) d’ALLAH, avec la pureté de la certitude, sur la table de la connaissance spirituelle, mangeant avec les doigts de la bonne opinion sur ALLAH, dans l’assiette du contentement d’ALLAH qu’Il soit Glorifié. »

On rapporte qu’ALLAH, qu’Il soit Exalté, a dit à l’ami Abraham (sur lui la paix) :

« Sais-tu pourquoi Je t’ai choisi comme ami ? »

Abraham (sur lui la paix) Lui dit : « Non Seigneur. »

ALLAH le Très Haut lui dit : « Parce que ton cœur n’est jamais insouciant à Mon égard et quels que soient tes moments, Je vois que tu ne M’oublies jamais. »

« Seigneur ! Si Tu ne nous avais par ordonnés de Te mentionner, qui oserait Te mentionner ? Par respect et révérence pour Toi, Gloire à Toi ! »

On rapporte cette parole de Moïse (sur lui la paix) :

« Ô Seigneur ! Comment pourrais-je reconnaître celui que tu aimes de celui que tu détestes ? »

ALLAH le Très Haut répondit :

« Ô Moïse ! Lorsque j’aime un serviteur, je le distingue par deux signes. »

Il dit (sur lui la paix) : « Ô Seigneur ! Et quels sont-ils ? »

ALLAH le Très Haut lui dit : « Je lui inspire Mon évocation (Dhikr) afin que Je fasse son évocation (son Dhikr) dans le royaume céleste et Je le protège des choses que J’ai rendues illicites afin que Je ne permette pas la descente de Mon châtiment et de Mon courroux sur lui. »

Jésus, fils de Marie (sur lui la paix) a dit : « Heureux est celui qui a mentionné ALLAH et n’a mentionné qu’ALLAH. Heureux est celui qui craint ALLAH et qui ne craint qu’ALLAH. »

Cheikh Ahmed Rifa’i, qu’ALLAH lui fasse miséricorde, a dit : « Fais en sorte que la mention d’ALLAH soit la Qibla de ton souci et un éclairage pour l’oratoire de ta pensée, et sache que la réalité du confort par la mention du Bien Aimé, c’est d’oublier tout ce qui n’est pas LUI. En effet, celui qui s’absorbe dans la mention d’ALLAH qu’Il soit Exalté, s’éteint par rapport à la mention d’autrui. Il devient stupéfait devant les merveilles de Sa création. Son entité fond devant la beauté de Sa Bienveillance et il s’absorbe dans les océans de la mention de Sa Bonté. »

Voici un conseil, et quel bel exemple, de celui qui a dit qu’ALLAH lui fasse miséricorde : « Fasse que ta bonne relation avec ALLAH le Très Haut soit à l’exemple de celle que tu aurais avec ton serviteur dont la conduite te satisfait. Ainsi ton esprit sera tranquille car tu ne trouveras en lui aucune gêne, ni d’esprit de contrariété ou de colère. Alors, ce que tu ne veux pas qu’on te fasse et que tu n’agrées pas pour toi-même de la part de ton serviteur, ne le fait pas et ne l’agrée pas non plus pour ALLAH le Très Haut, car Il est ton Vrai Maître, et sache que Lui aussi Il ne l’agrée pas et ne l’accepte pas pour Lui-même. » Fin de citation

Lors d’une fête religieuse l’imam ‘Ali, qu’ALLAH anoblisse son visage, a dit : « Ce jour est un jour de fête pour celui dont ALLAH a accepté son jeûne et récompensé l’accomplissement de toutes ses prières, et tous les jours où ALLAH n’est pas désobéi est une fête. »

L’obéissance représente le moyen d’accès (wassila) à la connaissance (ma’rifa) qui reste, pour celui qui est arrivé, l’œuvre d’obéissance la plus parfaite.

Mon Dieu ! à Toi la louange et à Toi le remerciement autant que l'ensemble de Ta Science peut cerner de Tes attributs et de Tes noms et de Tes louanges par lesquelles Tu t'es loué Toi-même par Ta propre Parole, et par lesquelles t'ont loué chacune de tes créatures, avec toutes les expressions de louange par lesquelles Tu t'es évoqué Toi-même et par lesquelles t'ont évoqué l'ensemble de tes créatures et à la dimension de ce que cerne Ta Science et pour tous Tes bienfaits à notre égard que Ta Science englobe. 

Louange et remerciement infinis à ALLAH le Très Haut qui ne cesse de nous combler de ses bienfaits à travers la Miséricorde et la bénédiction particulière de notre bien aimé prophète Mohammad (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), le secret de l’existence, le sceau et Maître incontesté de tous les Prophètes et l’imam des Messagers, et de notre éducateur parfait, l’irrigateur Universel, le Sceau Seigneurial de tous les Saints, à la station privilégiée et unique Seïdina Ahmad Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).   

Le pauvre serviteur besogneux en ALLAH le Très Haut, Mohammad al Mansour al Mohiedine Tidjani.

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe