« Parmi les propos de Seïdina Ahmed Tijani, il a dit (qu’Allah sanctifie son précieux secret) :

« La quintessence des œuvres de la Loi et le summum de leur élévation, résident dans l’attachement à Allah -qu’Il soit Exalté-, sans fissure et sans tremblement, et ce, même s’il est assailli par une épreuve sombre et difficile, qui n’a comme échappatoire que le fait de s’extraire et de se détacher de toute emprise hormis celle d’Allah -Exalté-. Il s’agit là de la finalité et de l’aboutissement de l’équité. En effet, c’est là que réside l’instruction dans la religion (Al Fiqhou fi -ddin).

Allah -Glorifié et Exalté- dit, concernant cette caractéristique, au moment où Il a évoqué l’état des hypocrites dans leurs mauvaises opinions d’Allah et de Son Messager (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et ce qui les a atteints comme suprême étroitesse : « Quand ils vous vinrent d’en haut et d’en bas [de toutes parts], et que les regards étaient troublés, et leurs cœurs remontaient aux gorges, et vous faisiez sur Allah toutes sortes de suppositions {10} Les croyants furent alors éprouvés et secoués d’une dure secousse {11} Et quand les hypocrites et ceux qui ont la maladie [le doute] au cœur disaient : « Allah et Son Messager ne nous ont promis que tromperie. » » (Sourate 33 Les coalisés, versets 10, 11 et 12)

Allah -Glorifié et Exalté- a dévoilé l’état des hypocrites lorsqu’Il a informé au sujet de leurs mauvaises opinions d’Allah et de Son Messager (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) ; ainsi que le mensonge concernant leur situation, en disant :« Certes Allah connaît ceux d’entre vous qui suscitent des obstacles, ainsi que ceux qui disent à leurs frères : « Venez à nous », tandis qu’ils ne déploient que peu d’ardeur au combat {18} avares à votre égard. Puis quand leur vient la peur, tu les vois te regarder avec des yeux révulsés, comme ceux de quelqu’un qui s’est évanoui par peur de la mort. Une fois la peur passée, ils vous lacèrent avec des langues affilées, alors qu’ils sont chiches à faire le bien. Ceux-là n’ont jamais cru. Allah donc, rend vaines leurs actions. » (Sourate 33 Les coalisés, versets 18 et 19).

Allah a aussi informé au sujet d’un autre groupe qui disait : « « Nos demeures sont sans protection », alors qu’elles ne l’étaient pas : ils ne voulaient que s’enfuir. » (Sourate 33 Les coalisés, verset 13).

Ensuite, Allah a informé au sujet des plus grands croyants en disant : « Il est, parmi les croyants, des hommes qui ont été sincères dans leur engagement envers Allah. Certains d’entre eux ont atteint leur fin, et d’autres attendent encore ; et ils n’ont varié aucunement (dans leur engagement). » (Sourate 33 Les coalisés, verset 23)

Il a dit aussi à leurs sujets : « Et quand les croyants virent les coalisés, ils dirent : « Voilà ce qu’Allah et Son Messager nous avaient promis ; et Allah et Son Messager disaient la vérité ». Et cela ne fit que croître leur foi et leur soumission. » (Sourate 33 Les coalisés, verset 22).

C’est ainsi que s’affirme l’attachement à Allah sans relâchement ; quand on est assailli par les vagues des épreuves difficiles. Cela n’est que la caractéristique des Connaissants en Allah -Exalté- et là est l’instruction dans la religion. C’est sur ce genre de personne que descendent la sérénité et la limpidité de la certitude. L’essence de l’instruction dans la religion ce n’est pas ce qui en est évoqué communément, mais il s’agit plutôt du dévoilement intérieur des Attributs d’Allah et de Ses Noms ésotériques, avec une parfaite observation de leurs droits et des bienséances requises à leurs égards. Certes, c’est là que réside l’instruction dans la religion ; et elle sort du domaine des jurisconsultes.

En effet, l’essence de l’instruction ne peut être atteint que par les prophètes (sur eux la paix), les Connaissants et les Véridiques, c’est cette instruction qui est stipulée dans le hadith où le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) dit : « Allah n’est pas adoré par une chose meilleure qu’une instruction dans la religion et un seul instruit est plus redoutable pour le démon que mille dévots. » ». Fin.

Texte tiré et traduit du livre Djawahirou-l-Ma’ani

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe