Chers frères (...) Excusez moi de revenir encore, mais je ne peux me l'empêcher car là où nous sommes au Québec, vous êtes notre source d'abreuvement si nous avons soif de réponses à des questions précises c'est chez vous que nous accourrons. Je discutais avec un frère musulman qui n'est pas soufi ou même qui est contre le soufisme. Quand je lui ai dit le Prophète Mouhammad (prière et paix sur lui) est la meilleure des créatures et le premier à être créé, il me dit que cela ne tient pas et me demanda des références authentiques. Personnellement j'en avais pas et que c'est une chose qu'on m'a apprise au Sénégal depuis étant tout jeune. Je sollicite donc votre avis sur ces questions. (Nous répondrons ici qu'à une seule de ses questions)

REPONSE

Il faut savoir qu’ALLAH (qu’Il soit Glorifié et Exalté) est le créateur de toute chose, Il est le seul à être éternel. ALLAH (qu’Il soit Glorifié et Exalté) n’a pas créé les créatures en une fois, mais cela suit une chronologie. Croire en l’antériorité de certains éléments par rapport à d’autres dans la création ne représente pas de problème, car il ne touche pas à la croyance en la perfection de Dieu ou en celle du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) puisqu’il est loin de posséder des attributs divins d’ALLAH.

Sachons que les esprits sont créés avant les corps, le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) nous a informés avec le consensus de tous les savants tels qu’Abou Ishaq, Ibn Qayim, Ibn Hazm (qu’Allah les agrée) au sujet de la parole d’ALLAH (qu’Il soit Glorifié et Exalté) : « Et quand ton Seigneur préleva des fils d’Adam, de leurs reins leur progéniture et les rendit témoins sur eux-mêmes. Ne suis je pas votre seigneur ? Mais oui ! Nous en témoignons » (Sourate 07 Al A’raf, verset 172), que le pacte est réel et n’est pas fictif comme certains l’ont pensé.

L’imam Malek (qu’Allah l’agrée) a rapporté que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit au sujet de ce verset : « ALLAH a créé Adam puis a passé la main sur son dos afin de sortir sa progéniture, Il a dit : « J’ai créé ceux-là pour le paradis et ils œuvreront les œuvres des gens du paradis », puis Il a passé la main une deuxième fois et une deuxième catégorie de sa progéniture sortit et Il a dit : « J’ai créé ceux-là pour le feu et ils œuvreront les œuvres des gens de l’enfer ». Un homme a dit : « Ô Messager de Dieu, pourquoi alors œuvrons-nous ? ». Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a répondu en disant : « ALLAH lorsqu’Il crée son serviteur pour le paradis, il le fait œuvrer des œuvres des gens du paradis afin qu’il meurt sur une action de ces gens-là ce qui lui permettra d’accéder au paradis, lorsqu’il crée un serviteur pour le feu, il le fait œuvrer les œuvres des gens du feu afin qu’il meurt avec les œuvres des gens de l’enfer aussi il rentrera au feu ».

ALLAH (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « Certes nous vous avons créé puis Nous vous avons façonné puis Nous avons ordonné aux anges : « Prosternez-vous devant Adam ! » […] » (Sourate 07 Al A’raf, verset 11). D’après ce verset coranique, les esprits existaient avant les corps. Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) disait dans un hadith authentique : « J’étais un prophète alors qu’Adam était entre l’esprit et le corps ». ALLAH a voulu la prophétie alors qu’Adam était entre l’esprit et le corps, car la volonté précède la création des corps. L’aspect véridique de l’esprit du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) que nous appelons (El Haqiqa rouhia) « la réalité spirituelle » existait dans le monde des esprits tout en étant prophète.

Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Je suis le premier à être créé parmi les hommes et le dernier à être envoyé ». Abou Hourayra (qu’Allah l’agrée) rapporte que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Je suis le premier sur qui s’ouvrira la terre, je mettrais un habit du paradis puis je me dirigerais à la droite du Trône, personne n’aura le statut que j’aurais ». Dans le Sahih de Mouslim, il a dit aussi (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) : « Je suis le seigneur des fils d’Adam le jour de la résurrection, le premier pour qui s’ouvrira sa tombe, le premier intercesseur ».

Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) est le premier à faire passer sa communauté sur le pont Sirat. Anas (qu’Allah l’agrée) rapporte que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « J’irai vers la porte du paradis le jour de la résurrection, je demanderais qu’on m’ouvre la porte, on me dira : « Qui es-tu ? » Je dirais alors : « Mouhamed ». On me répondra : « Il m’a été ordonné de n’ouvrir à personne avant toi »(Mouslim).

La primauté du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) est claire, il serait logique qu’il soit la première des créatures, les créatures lui sont redevables sans que lui-même ne le soit vis à vis d’eux, loin de tout trait divin. Le degré le plus élevé dans les créatures c’est le degré du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), car il est le seigneur des créatures. Le fait que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) soit le premier à exister cela veut dire qu’il a le plus haut degré et qu’il englobe toutes les formes de perfection intérieure et extérieure.

Rien dans l’islam et dans la logique ne s’oppose à ce que son esprit soit la première des créatures, et celui qui prétend que cette conviction est proche de celle des chrétiens concernant ‘Issa Ibn Myriam (paix sur lui), celui-là n’est pas savant. Il y a une très grande différence au sujet de ce qu’on rapporte sur l’esprit du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), qui est créé loin de tout trait divin, et ce qui a été dit au sujet du messie, c'est-à-dire qu’il est un dieu éternel incréé.

En effet, le terme « créature » est à lui seul largement explicite pour comprendre qu’il est le fruit de la création d’Allah et ceux qui se focalisent en prétendant que les Soufis affirment la préexistence éternelle de l’esprit du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)>, soit ils sont entièrement sots soit ce sont de grands menteurs.

Même si la lumière du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) n’était pas la première création alors ce serait la Plume ou le Trône ou bien l’eau ou encore le vent, mais quoi qu’il en soit il y a forcément eu une première création et cette conception de première création n’implique en rien qu’elle est considérée comme divinité ou fils de Dieu ou même qu’elle possède un attribut parmi les attributs réservés seulement à la Divinité.

Il est rapporté par Mouslim dans son Sahih selon Abdallah ibn Amr ibn El ‘As (qu’Allah l’agrée) que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Allah a décrété le destin de la création avant même de créer les cieux et la terre de cinquante mille années ». De ce fait, la Réalité Mohammedienne fut créée avant son corps béni et à partir de cette réalité Allah le Créateur façonna l’ensemble de sa création, c’est pour cette raison que son nom fut inscrit partout comme le montre de nombreux récits :

El Hakem a dit dans son El Moustadrak : « Il m’a été rapporté par Abou Sa’id ‘Amrou ibn Mohammed ibn Mansour El ‘Adl selon Abou-l-Hassan Mohammed ibn Ishaq ibn Ibrahim El Handhali selon Abou-l-Harith Abdallah ibn Mouslim El Fahri selon Isma’il ibn Maslama selon Abdrahman ibn Zayd ibn Aslem selon son grand-père selon ‘Omar (qu’Allah l’agrée) qui a dit que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :

« Après qu’Adam ait commis sa faute, il a dit : « Ô mon Seigneur, je T’implore par le droit de Mohammed pour que Tu me pardonnes. » Allah lui dit : « Ô Adam, comment as-tu connu Mohammed alors que je ne l’ai pas encore créé !? » Il répondit : « Ô mon Seigneur, car lorsque Tu m’as créé de Tes mains et que Tu as insufflé Ton esprit, j’ai alors levé ma tête et j’ai vu inscrit sur les piliers de Ton Trône « Il n’y a point d’autre divinité qu’Allah Mohammed est le Messager d’Allah » j’ai su que celui que tu as joint à Ton Nom ne peut être que la créature que Tu aimes le plus. » Allah lui dit : « Tu as dit vrai, ô Adam, il est la créature que j’aime le plus, tu m’as imploré par son droit alors certes, je t’ai pardonné et si ce n’était pour Mohammed je ne t’aurais pas créé ».

El Hakem l’a déclaré authentique et de même pour l’Imam Souyouti. Il a aussi été rapporté par El Baïhaqi dans son livre Dalaïl An-Noubouwwa dans lequel il ne cite jamais de hadith inventé comme il l’a indiqué dans l’introduction. Il a aussi été déclaré authentique par El Qastalani et ainsi que Zarqani dans Mawahib Ladouniyya de même pour Soubki dans Chifa Saqam. El Hafidh El Haïthami a dit : « Il a été rapporté par Tabarani dans El Aousat et il comporte des rapporteurs que je ne connais pas ».

Ce hadith est rapporté par une autre voie de transmission selon Ibn ‘Abbas (qu’Allah l’agrée) avec les termes : « et si ce n’était pour Mohammed je n’aurais pas créé Adam ni le Paradis ni l’Enfer ».

Il est rapporté par El Hakem dans El Moustadrak qui a déclaré la chaîne authentique et de même pour Cheikh El Islam El Balqini dans ses Fatwa, quant à Cheikh Ibn El Jaouzi il l’a rapporté dans son livre El Wafa et Ibn Kathir l’a retranscrit dans El Bidaya.

Certains savants divergent à ce sujet et ils ont parlé sur le degré de validité du hadith en le jugeant et le considérant pour certains de la catégorie des hadiths forgés comme Dhahabi et d’autres, certains le jugent faible et certains comme réprouvé. On constate qu’il n’y a pas d’unanimité dans leur propos sur une seule sentence, leur recherche vacille entre ce qui est établi et ce qui ne l’est pas, entre le rejeté et l’accepté, vu les divergences existantes dans l’établissement des échelons des hadiths.

Cela est en ce qui concerne la chaîne de transmission, mais en ce qui concerne l’acceptation du sens de ce hadith voici ce qu’en dit Cheikh Ibn Taïmiya qui a rapporté deux hadiths afin de les appuyer ; il a dit :

« Il est rapporté par Abou Faraj Ibn Jaouzi avec sa chaîne remontant à Maïsara (qu’Allah l’agrée), qui a dit qu’il a demandé au Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) : « Ô Messager d’Allah, quand étais-tu Prophète ? » Il répondit : « Lorsque Allah créa la terre et qu’Il a établi et façonné le ciel en sept cieux, et Il créa le Trône en y inscrivant dessus « Mohammed est le Messager d’Allah et le sceau des prophètes » et Allah créa le Paradis que devaient habiter Adam et Eve et Il inscrivit mon nom sur les portes, les feuilles, les coupoles, les tentes alors qu’Adam était entre l’esprit et le corps, lorsqu’Il lui donna vie il regarda le Trône et il vit mon nom, alors Allah l’informa : « Il est le seigneur de tes enfants ». Puis, quand Chaïtan les égara, il se repentit en prenant mon nom comme moyen d’intercession ».

Il est rapporté par El Hafidh Abou Nou’aïm dans le livre Dalaïl An-Noubouwa et par la voie de Cheikh Abou-l-Faraj, il est rapporté par Souleïman ibn Ahmed, selon Ahmed ibn Rachid selon Ahmed ibn Sa’id El Fahri selon Abdallah ibn Isma’il El Madani selon Abdrahaman ibn Zayd ibn Aslam selon son père selon ‘Omar (qu’Allah l’agrée) que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :

« Lorsque le péché survint à Adam, il leva sa tête puis il dit : « Ô Seigneur, par le droit de Mohammed ne me pardonnes-tu pas ? » Il lui fut inspiré : « Et qui est donc Mohammed ? » Il dit : « Ô Seigneur, lorsque Tu as fini ma création j’ai levé ma tête vers les piliers de Ton Trône et il y était inscrit dessus : « Il n’y a point d’autre divinité autre qu’Allah Mohammed est le Messager d’Allah » j’ai alors su qu’il s’agissait pour Toi de ta meilleure créature puisque Tu as accroché son nom au Tien. » Allah dit : « Oui en effet, Je T’ai pardonné, sache qu’il est le dernier Prophète de ta descendance et que sans lui (ou- si ce n’était pour lui) je ne t’aurais pas créé », et ce hadith vient appuyer le précédent.

Nous constatons que ce hadith, pour Ibn Taïmiya, est apte à servir d’argument et de prise en compte. Or cela n’est pas la règle auprès des maîtres en hadith pour les hadiths de la catégorie des forgés et faux qui ne peuvent en aucun cas servir d’argument. Par conséquent, étant donné que Cheikh Ibn Taïmiya l’a utilisé dans son commentaire, c’est que pour lui il n’est pas considéré de cette catégorie-là.

Quant à celui qui s’oppose en affirmant que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) est né corporellement à la Mecque à une époque bien déterminée, celui-là a une vision limitée par le corps, nous parlons ici de la naissance spirituelle qui est loin des conventions de ce bas monde de matière.

Voilà cher frère, tu nous excuseras si jamais les réponses n’étaient pas celles que tu attendais, mais tu nous contacteras si tel est le cas. Aussi, un conseil que nous te procurons, malheureusement tu rencontreras beaucoup de musulmans qui ont une vision tronquée du Soufisme. Pour la plupart, ce ne sont que des gens qui se contentent de répéter ce qu’ils ont entendu. Sans avoir une connaissance approfondie de ce qu’ils critiquent, ils se permettent de le rejeter. Or le grand Imam d’une des quatre écoles de jurisprudence de l’Islam, l’Imam Chafi’i, a dit que tout rejet ou contestation d’une chose sans connaissance approfondie de celle-ci est une forme d’association (Chirk).

Ainsi, les quatre grands imams fondateurs des quatre grandes écoles juridiques de l’Islam et maîtres en matière de science exotérique, ont partagé leur science et recueilli celle des grands maîtres soufis (connaissant). L’imam Chafi’i (qu’Allah l’agrée) avait l’habitude de s’asseoir comme un jeune élève près de Chaïban Al Ra’i (qu’Allah l’agrée) auquel il était très attaché et il lui posait des questions. Lorsqu’on lui demanda comment un savant comme lui pouvait interroger un berger, il répondit : « Celui-ci fut conduit (par Allah) vers ce que l’on a négligé. » Ce qui fut une façon modeste d’attester la supériorité de Chaïban (qu’Allah l’agrée) sur le plan de la connaissance spirituelle.

On sait que l’imam Chafi’i (qu’Allah l’agrée) fréquentait les soufis, s’attachait à eux et les révérait. Lorsqu’on lui en demanda la raison, il répondit ceci : « J’ai appris de maîtres soufis ces deux aphorismes que nul autre ne m’a enseignés : « L’instant est comme une épée : si tu ne le tranches pas, c’est lui qui le fera » et « occupe ton âme avec le bien sinon elle t’occupera avec son contraire » ».

Un jour l’imam Ahmed ibn Hanbal qui se trouvait en compagnie de l’imam Chafi’i (qu’Allah les agrée), interrogea Chaïban (qu’Allah l’agrée) sur le cas d’un homme qui aurait oublié de faire l’une des cinq prières sans se rappeler laquelle. Chaïban (qu’Allah l’agrée) lui répondit : « Cet homme est distrait de Dieu, ce qu’il faut c’est l’éduquer ». À partir de ce jour, l’imam Ahmed (qu’Allah l’agrée) en vint à révérer les soufis. Sa considération était telle que lorsqu’un problème complexe et subtil se posait à lui, il envoyait quelqu’un auprès d’Abou Hamza El Baghdadi (qu’Allah l’agrée) le soufi pour lui demander son avis et ce dernier lui transmettait alors ce que Dieu lui avait enseigné à ce sujet.

De même, l’Imam Ibn Hanbal et Yahya Ibn Mou’ïn (qu’Allah les agrée) avaient l’habitude, lorsqu’ils étaient en désaccord sur un point de la science, d’aller trouver Ma’rouf Karkhi (qu’Allah l’agrée) un grand soufi et pourtant il était loin d’avoir leur niveau en sciences exotériques.

De même, l’amitié entre ibn Hanbal et Bishr al Hafi le soufi est restée célèbre (qu’Allah les agrée). Selon l’auteur de la Nusra Al Nabawiya, le Cheikh Qutb al Din Ibn Ayman (qu’Allah l’agrée) raconte également que l’imam Ahmed ibn Hanbal (qu’Allah l’agrée) incitait son fils à fréquenter les soufis lui disant : « Ils ont atteint un degré de pureté d’intention qui nous fait encore défaut. »

Quant à l’Imam Malek (qu’Allah l’agrée) il a dit : « Quiconque pratique le soufisme (tasawouf) sans la Loi est hérétique, quiconque suit la Loi sans pratiquer le soufisme a dévié ; seul celui qui joint les deux réalise la vérité ».

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe