Je voulais savoir qui sont les femmes des enfants de Seïdina Ahmed Tidjani (Allah sanctifie sont précieux secret) ?

REPONSE

En ce qui concerne votre question au sujet des femmes des enfants bénis de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), c'est-à-dire Sidi Mohamed el Habib et Sidi Mohamed el Kebir (qu’Allah les agrée), en voici un aperçu :

-Sidi Mohamed el Habib (qu’Allah l’agrée) eut comme épouse au cours de sa vie :

1- Saïdat Hasna fille de Mohamed ibn Moussa Turki : C’est Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qui le maria à elle quelques jours avant son décès. Il se fit représenter pour contracter le mariage par le mouqadem Sidi Taïeb Sefiani (qu’Allah l’agrée) qui rapporte d’ailleurs dans son El Ifada Al-Ahmediya que Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret), quelques jours avant son décès, lui a dit : « Fais venir nos compagnons demain, si Allah le veut, et tu contracteras le mariage entre Mohamed el Kebir et la fille de mon frère Fatima, et tu me représenteras pour tous les deux. De même fais venir Sidi Ahmed ibn Moussa Turki afin de compléter avec sa sœur Hasna et qu’ainsi tu conclus le mariage entre Sidi Mohammed Seghir et elle. »

Elle fut sa première épouse qu’il épousa à Fès au mois de Chawwal de l’an 1230, alors qu’il était âgé d’une quinzaine d’années. Le père de cette noble dame était parmi les disciples particuliers et estimés de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret), toujours à son service. Après la mort de son père, Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) l’a prise sous sa tutelle et l’a recueillie au sein de sa maison, puis avant son décès il a conclu le mariage avec son fils. Il eut une fille avec elle : Lalla ‘Aïcha.

2. Parmi ses épouses il y a ‘Aïcha bint Qadour Madaouiya Tidjaniya avec qui il eut deux filles : Lalla ‘Aïcha et Lalla Halima.

3. Saïdat Darbala qui décéda six mois après son mariage

4. Saïdat Safra bint Ma’amar Madaoui qu’il répudia par la suite.

5. Saïdat Halima Semghouniya avec qui il eut Lalla Mama.

6. Parmi les gens de ‘Aïn Madhi il épousa Saïdat Zoubida Tidjaniya avec qui il eut 3 filles : Lalla Moubarika, Lalla Khadidja Ka-ina et Lalla Khadidja el Kebira.

7. Il eut aussi des concubines parmi ses servantes, dont Saïdat Fariha avec qui il eut Sidi Mohamed el Bachir et Sidi Khalifa qui mourut à ‘Aïn Madhi vers l’âge de quatre ans.

8. Il y eut Saïdat Zahra el Habachiya qu’il ramena de son Hajj en l’an 1265 h (1848 ap. JC). Au cours de son voyage avant de prendre le bateau en Tunisie, l’un des compagnons de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), Sidi Youssuf ibn Dhanoun el Bija-i Tounsi (qu’Allah l’agrée), détenteur de la Grande Ouverture, lui dit : « Ô Sidi Mohamed El Habib ! Ce bateau va se briser à tel emplacement, mais ne crains rien tu seras en sécurité et tu en sortiras sain et sauf, si Allah le veut. Tu te marieras avec une femme de l’Orient appelé Zahra El Habachiya qui va enfanter pour toi un garçon que tu appelleras par le nom de Seïdina Cheikh » et cela se déroula effectivement comme il l’avait annoncé, elle donna naissance à un garçon qui fut appelé Ahmed ibn el Habachiya. Ce dernier mourut du vivant de son père et Sidi Mohamed el Habib (qu’Allah l’agrée) ordonna que lorsqu’il mourrait à son tour il soit enterré avec son fils ce qui fut fait.

À la suite des funérailles de son fils, il dit ceci : « Tous ceux qui ont assisté à la cérémonie funéraire de mon fils entreront au Paradis ! ». Il lui a été fait remarquer que 'Ali Zalat un consommateur de drogue et Chemha la juive avaient également assistés à la cérémonie, il répondit : « Même eux ». Il s'est avéré plus tard que 'Ali Zalat avait arrêté la consommation de drogue et il eût l'apparition du Fath. Quant à Chemha elle tomba malade après la mort de Sidi Mohamed El Habib (qu’Allah l’agrée) et elle demanda à ses enfants de l'emmener à 'Aïn Madhi. Dès qu'elle arriva à côté du tombeau de Sidi Mohamed El Habib (qu’Allah l’agrée) elle proclama l'attestation de foi à haute voix et elle ne cessa pas de la répéter malgré les coups infligés par ses enfants, cela jusqu'à sa mort.

9. Il eut aussi sa servante Saïdat ‘Afiya qui lui donna Sidi Ahmed ‘Ammar dont elle accoucha dans les environs de Constantine, elle quitta ‘Aïn Madhi durant sa grossesse. De ce fait Sidi Ahmed ‘Ammar n’a jamais pu rencontrer son père de son vivant, et c’est son demi-frère Sidi Mohamed el Bachir qui retrouva sa trace bien après le décès de son père, il prit un soin tout particulier de lui. Il lui laissa même la charge du Khilafa bien qu’étant plus âgé que lui, que Sidi Mohamed el Bachir n’assuma de nouveau qu’après le décès de son demi-frère.

Il a eu d’autres filles : Bira, Oum Koulthoum, Hafsa, Yamina, ‘Aïcha el Hourat, Mama Thaniya, Fatima el Birri, Fatima Ka-ina.

- Quant à Sidi Mohamed el Kebir (qu’Allah l’agrée) il eut comme épouse :

1. Saïdat Fatima sa cousine, fille de son oncle Sidi Mohamed surnommé Ibn ‘Omar, petit frère de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Elle était sous la tutelle de Seïdina qui la maria à son fils à Fès en même temps qu’il maria son autre fils Sidi Mohamed el Habib, quelques jours avant son décès.

Il eut deux filles : Lalla Roqaya qui fut enterré dans la tombe réservé à son noble père à ‘Aïn Madhi, vu que son corps ne fut jamais retrouvé après son martyr à Ghriss (aux environs de Mascara –Algérie). Il eut aussi Lalla Fatima.

2. Il épousa aussi, après le décès de sa première femme et cousine, la fille de Sidi Hamimou Madaoui (qu’Allah l’agrée) qui s’appelait aussi Saïdat Fatima, il l’aimait intensément.

3. Lorsqu’il fut sous la tutelle de Sidi Hajj ‘Ali Tamacini (qu’Allah l’agrée) il le maria à une de ses filles, mais Sidi Mohamed el Kebir (qu’Allah l’agrée) la répudia une fois qu’il retourna à ‘Aïn Madhi.

Pour information il existe un ouvrage en langue arabe écrit par notre frère Sidi Mohamed Erradi Genoun s’intitulant Nissa Tijaniyate consultable sur la bibliothèque virtuelle de la Tariqa : www.cheikh-skiredj.com

Une traduction en langue française de cet ouvrage est envisagée sous le titre : « Les Compagnons féminins tidjani » toujours sur ce site, qu’Allah récompense les efforts de leurs auteurs.

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe