Pouvez-vous nous conter quelques visions de Sidi Chérif ?

REPONSE

Sachez que les visions de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) sont trop nombreuses pour être répertoriées, que ce soit en l’état de veille ou en songe. En effet, le plus grand honneur qu’il reçut dans le domaine des visions c’est celui de voir le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) à l’état de veille, et ce, tout au long de sa vie. De son enfance à son lit de mort, il l’a encouragé, orienté, éduqué, conseillé et rassuré. Mais avant de mentionner quelques-unes de ces visions, voyons ce qu’il en est pour celles vues en songe, car la vision faite par les prophètes (sur eux la paix) et les Saints ne peuvent être assimilées à celle du commun.

Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « La bonne vision d’un saint homme est l’une des quarante-six parties de la prophétie. » (Rapporté par Boukhari selon Anas ibn Malik)

Les gens sont de trois catégories différentes par rapport aux visions :

  • Les prophètes (sur eux la paix) : Toutes leurs visions sont authentiques, et parfois il leur parvient des choses nécessitant une interprétation.
  • Les Saints : La plupart de leurs visions sont authentiques et parfois il leur parvient des choses qui ne nécessitent aucune interprétation.
  • Le commun des gens : Leurs visions sont parfois authentiques et parfois confuses et ils se départagent en trois catégories :
  • Les voilés : pour la plupart leurs états s’équilibrent entre les deux

  • Les désobéissants : la plupart de leurs visions sont confuses et peu sont authentiques

  • Les infidèles : Rarement leurs visions sont authentiques

L’imam Qourtoubi a dit au sujet des songes : « C’est les musulmans sincères, pieux et croyants qui voient leur état relié à celui des prophètes (sur eux la paix) et ainsi ils sont honorés par des spécificités par lesquelles sont honorés les prophètes (sur eux la paix), comme l’accès à la connaissance de l’Inconnaissable (Ghayb)… »

Il est rapporté par le savant Ibn Moubarak el Lamti (qu’Allah l’agrée) dans son livre El Ibriz qu’il questionna le Pôle Abdelaziz Dabbagh (qu’Allah l’agrée) au sujet de la vision véridique et celle mensongère, il lui répondit : « La vision véridique est celle du visionnaire dont le cœur est branché sur la vérité pendant son sommeil, comme s’il l’était en état de veille. La vision mensongère au contraire est celle où le cœur de son auteur est voilé dans son sommeil comme il l’est en état de veille. »

Ainsi en est-il pour la vision à l’état de veille par le biais d’un cœur purifié, il a été dit par Ibn Qayyim El Jaouzi, dans son livre Kitêb Rouh : « …Le regard clairvoyant est le compagnon intime du cœur assaini et purifié, exempt de souillures. Celui-ci voit par la lumière que Dieu a placée dans son cœur. Il est rapporté par Tirmidhi et autres selon Abou Sa’ïd (qu’Allah les agrée) que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Craignez le regard clairvoyant du croyant, car il voit par la lumière d’Allah ». Ce regard est implanté suite à sa proximité d’Allah, car si le cœur s’approche d’Allah alors il se détache de toutes les mauvaises oppositions qui empêchent d’accéder à la connaissance du Vrai et de parvenir à Lui. Il le reçoit de la niche de la proximité d’Allah autant qu’il s’en approche, et Il l’éclaire de Sa lumière proportionnellement à sa proximité et par cette lumière, il voit ce que ne peut voir celui qui est éloigné d’Allah et qui est voilé.

Comme il est confirmé par le hadith authentique, selon Abou Houreyra (qu’Allah l’agrée), qui a dit que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) rapporta de la part de son Seigneur : « Mon serviteur ne s’est pas rapproché de Moi par meilleur que ce que Je lui ai ordonné de faire, et Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi jusqu’à ce que Je l’aime, et lorsque Je l’aime, Je deviens son ouïe par laquelle il entend, sa vue par laquelle il voit, sa main par laquelle il saisit, ses pieds avec lesquels il marche, par Moi il entend, par Moi il voit, par Moi il saisit et par Moi il marche » (Rapporté par Boukhari, Baïhaqi, Zoubadi, Ibn ‘Asaker, Abou Nou’aïm) ».

Pour en revenir aux visions de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) , qu’elles soient en songe ou à l’état de veille, elles l’ont accompagné depuis son jeune âge.

Ainsi un jour de son enfance, en sortant de ses cours, il vit une lumière immense devant lui qui montait jusqu'au ciel, puis le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) apparut et l'encouragea en ces termes : « Continue, car tu es dans la vérité ».

Parmi les visions qu’il eut (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et qui indiquait son destin : « J’ai vu alors que j’étais encore enfant et avant la puberté, comme si on m’avait dressé un trône royal sur lequel j’étais assis et je possédais une vaste armée dont je disposais pour répondre aux besoins à l’image d’un roi. » Il eut cette vision à Aïn madhi.

Une autre fois encore il a dit : « J’ai vu le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) chevauchant un cheval, et je me suis dit en allant (en marchant) à ses côtés : « Si je le salue alors qu’il se trouve sur son cheval je ne pourrais atteindre mes espérances qu’avec beaucoup de difficultés, mais si je le salue alors qu’il n’est plus sur sa monture je pourrai atteindre mes espérances sans difficulté. Lorsque je le rejoignis (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), il descendit de son cheval et je le saluai. Après l’avoir salué, il pénétra dans le jardin d’un homme de Aïn madhi puis prononça la sacralisation et entra en prière, j’ai alors voulu prononcer la sacralisation avec lui, mais je me trouvais encore à placer mon intention et je n’ai pu prononcer la sacralisation qu’après qu’il se soit incliné et prosterné. Je n’ai donc prononcé la sacralisation en le rejoignant qu’à la deuxième (rak’a) que je complétais avec lui jusqu’à ce qu’il prononce le salut final, j’en concluais que la première partie de ma vie serait peine perdue et que je ne pourrais rien atteindre alors que pour la seconde moitié j’atteindrai mon espérance. Et ce fut ainsi. »

Et également : « Je me suis vu à l’image d’un roi alors que les gens me prêtaient serment d’allégeance. J’avais beaucoup de créatures et ils m’ont dressé un trône de lieutenance (commandement) sur une terrasse surélevé, vêtu d’un habit royal. Lorsque la prière se présenta, et c’était la prière du Dhohr, j’ai voulu ordonner à quelqu’un de la diriger comme à mon habitude en état de veille, mais j’ai réfléchi et me suis dit : « C’est le khalife qui doit diriger les gens ». Alors je me suis avancé et j’ai dirigé la prière des gens, jusqu’à la compléter et la clôturer par la salutation. J’ai raconté ma vision à un proche et je lui ai dit : « Et je pense qu’Allah – Glorifié et Exalté – veut m’octroyer la Qotbaniya […]»

De même ce fut le Prophète lui-même (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) qui lui confirma l’authenticité de son rang de Chérif. Il est rapporté par Sidi Mohamed el Mechri (qu’Allah l’agrée) dans Raoud el Mouhib fani :

« Quant à son origine, elle remonte à Hassan ibn ‘Ali. Sa généalogie est authentique, car Seïdina ne se contentait pas d’écouter ce qui se dit de la part des gens, ni ne se fiait à ce qui était mentionné dans le certificat généalogique, et ce, jusqu’à ce qu’il interroge le Prophète lui-même (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) : « J’ai interrogé le maître de l’existence (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) au sujet de mon ascendance, suis-je un Chérif ou pas ? Ainsi qu’en ce qui concerne la tribu de la ville où je suis né, car elle se déclare Chérif. Il m’a répondu : « Certainement tu es mon fils, certainement tu es mon fils, certainement tu es mon fils » et il l’a répété trois fois ».

Quant aux habitants de son village Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret) m’a dit : « Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) s’est tu à leurs sujets et il ne m’a nullement confirmé l’authenticité de leur appartenance généalogique. » Cheikh n’est pas de leur origine, car son ancêtre s’est installé brusquement auprès d’eux et ils n’ont aucun lien de parenté si ce n’est par les femmes, il ne fut en effet apparenté à leur tribu qu’en raison de l’installation de son ancêtre parmi eux. C’est ce dont m’a informé Seïdina… »

Il vit aussi le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) l’encourager durant ses différents voyages à la recherche d’Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) , il a dit (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « J’ai vu le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) en Tunisie qui m’a dit : « Invoque la Connaissance ou toute autre de tes désirs et moi je dirai « Amine » à tes dou’a » alors j’ai invoqué et le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) disait « Amine » ensuite il a récité la sourate « Wa Douha » et lorsqu’il arriva au verset qui dit : « et certes ton Seigneur t’accordera et tu seras satisfait » il me fixa de son noble regard puis il compléta la sourate (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) ».

De la même façon c’est le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) qui lui enseignait, lui confirmait ou lui précisait une science que ce soit dans le domaine du hadith, celui de la jurisprudence ou autres. Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret ) a dit : « Une fois où j’ai vu le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et je l’ai interrogé au sujet du hadith sur Seïdina ‘Issa (sur lui la paix), je lui dis : « Il est rapporté de toi deux versions authentiques, une où tu dis : « Il restera après sa descente quarante (ans) et l’autre où tu dis : « il restera sept (ans) » laquelle des deux est juste » Il me répondit : « C’est celle de la version sur les sept (ans) » ».

Une autre fois il dit (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « Je l’ai interrogé (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) au sujet du hadith affirmant qu’une seule prière sur lui équivaut à la récompense de quatre cents expéditions, et que chacune de ces expéditions équivaut à quatre cents pèlerinages, est-il authentique ou non ? » Il répondit (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) : « Il est bien authentique. » »

Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit encore : « J’ai vu le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et je l’ai interrogé au sujet de la Zakat que prélève de force les gouverneurs injustes parmi les musulmans, est-ce que cela est suffisant ? Il répondit : « C’est moi qui leur ais ordonné de leur obéir » je lui ai dit : « Et quant à ceux qui peuvent donner à autrui sans craindre un mal de leur part (de ces gouverneurs injustes) » Il dit : « S’ils leur donnent malgré tout, ils ont alors sur eux la malédiction d’Allah » »

Il a dit également (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « Je me compliquais la tâche et me restreignais durement avec l’eau qui était altérée par les ablutions, car je refusais de m’ablutionner avec, jusqu’au jour où je vis le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) faire ses ablutions avec un récipient qui contenait de l’eau déjà altérée par les ablutions, et il me dit : « Je suis Mohamed le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) » et depuis ce jour je cessai de me restreindre et je m’en rassurais. »

Pareillement, sans que cela soit nécessaire de le préciser, c’est des mains bénies du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) qu’il a reçu le dépôt de la Tariqa Tidjaniya et qu’il fut éduqué. Il a dit que suite à sa grande Ouverture à Boussemghoune, le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) lui a dit :

« Je suis désormais ton initiateur, ton Maître, aucun être humain ne prétendra être ton initiateur. Il te faut en conséquence abandonner tout ce que tu as précédemment pris de l’ensemble des voies, personne n'aura de reproche à te faire, car c'est moi qui serai ton intermédiaire auprès d'Allah et aussi ton aide »

Et : « Maintiens-toi dans cette Tariqa sans te retirer du monde, ni cesser d’être en relation avec les hommes jusqu'à ce que tu atteignes la station spirituelle qui t'es promise, tout en gardant ton état, sans grande gêne, ni difficulté, ni effort cultuel excessif, renonce désormais à tous les saints ».

Et Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) d’ajouter : « Je ne récite aucune évocation sans qu’elle ne me soit planifiée et spécifiée par le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui). »

Il a vu également d’autres prophètes (sur eux la paix) qui l’informèrent sur des évènements passés, il a dit à ce sujet : « J’ai vu Seïdina Moussa (sur lui la paix) et je lui ai dit : « Il nous a été rapporté que Qaroun avait vu l’emplacement où tu avais écrit le Nom Suprême d’Allah et que tu avais lancé dans la mer afin qu’apparaisse la tombe de Seïdina Youssef (sur lui la paix), ensuite Qaroun s’est emparé de cet emplacement et il le lançait là où se trouvait un trésor qui ainsi lui apparaissait et c’est pour cela qu’il a pu rassembler tout ce qu’il a rassemblé comme excès de richesse » Il me dit : « Certes. » Je lui demandais : « Et est-ce que le connaissant a un choix dans le fait de faire et de laisser ? » Il me dit : « Non, sauf s’il a atteint telle station » » mais Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) ne mentionna pas la station en question.

Ainsi ce genre de vision ne le quitta guère un seul instant, et ce, jusqu’au moment de rendre son âme bénie. En effet, à l’instant où Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) s’est avancé du moment de sa mort, à l’approche du Fajr, il s’est tourné vers les gens présents et il leur a dit : « Le Prophète est présent avec les quatre Khoulafa, levez-vous et sortez ».

Qu’Allah nous immerge dans l’amour de ce maître majestueux, notre lien et guide vers Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) , Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe