1. Je suis confus par rapport à ma situation, je vis en concubinage depuis longtemps avec ma compagne sans jamais m’être marié (ni civilement, ni religieusement) et en même temps j’aspire à une vie spirituelle intense, puis-je prendre la Tariqa, j’ai l’impression que cela n’est pas incompatible vu que Ibn ‘Arabi a évoqué tout une dimension spirituelle qu’il est possible de vivre par le biais de la liaison conjugale et même du rapport intime.

Concernant votre question et la confusion dans laquelle vous vous trouvez, nous allons essayer, avec l’aide de Dieu, de vous rendre les choses plus claires.

Il y a un fait très important qu’il faut prendre en compte et qu’en aucun cas il ne faut écarter, sinon l’Islam et le Soufisme seraient considérés comme deux choses différentes dans leur source et leur nature alors qu’ils ne font qu’un, et que sans l’un ou l’autre il y a danger et surtout impossibilité d’atteindre le domaine des réalités. En effet, le départ de toute démarche ésotérique ne peut se faire sans avoir avant tout rempli nos engagements exotériques, c’est-à-dire s’engager à remplir les conditions de la Loi, en obéissant aux ordres d’Allah et en fuyant ses interdits. La voie intervient alors pour nous perfectionner en cela, par la prise en considération à la fois des exigences extérieures et intérieures, la Haqiqa étant le fruit de l’alliance entre la Chari’a et le cheminement spirituel (Tariqa) sans lesquels elle ne peut être.

L’expérience des grands maîtres tel que Ibn ‘Arabi (qu’Allah l’agrée) sont le fruit de cette alliance grâce à laquelle ils ont pu atteindre des stations spirituelles inimaginables et des connaissances imperceptibles pour la plupart des intelligences, mais leurs propos ne peuvent être perçus et compris dans leur réalité que si la personne se conforme au même principe de fidélité envers la Loi et la Voie.

Par rapport à votre situation, d’une part il y a infraction de la Loi Divine or chaque infraction signifie le rejet de Dieu, et d’autre part le désir de rechercher Dieu. Votre solution est de transformer l’acte illicite en acte licite par le mariage religieux afin d’être en conformité avec vos aspirations, et si cette solution n’est pas possible nous ne pouvons que vous exhorter à cesser ce péché en vous repentant auprès de Dieu, car dans cette situation vous faites face à Sa colère et vous perdez votre estime auprès de Lui.

La voie n’est utile et salutaire que dans le cadre de la Loi, votre situation actuelle ne vous empêche pas de vous affilier à la Tariqa tout comme elle n’invalide pas la prière du musulman, mais elle reste incompatible avec son objectif spirituel qui est de nous dépouiller de notre âme bestiale et de son asservissement sensuel afin de la purifier et qu’ainsi elle retrouve son état originel et nous notre réalité (consulter sur le site dans rubrique enseignement : « la science de l’âme »). Lorsqu’on est encore sous l’emprise de nos passions, on ne peut goûter à la saveur réelle et profonde du dialogue avec le Divin, à l’extase de l’envol vers Lui, prisonnier que nous sommes des chaînes de la concupiscence qui nous empêchent de nous élancer dans les hautes sphères des connaissances, ainsi l’éphémère l’a emporté sur l’éternité, l’insipide sur la saveur et le délice, le limité sur l’illimité, les ténèbres sur la lumière tout cela en raison du voile dressé par les passions.

C’est pour cela que le noble Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Il n’y a pas en dessous de la voûte céleste une divinité adorée en dehors d’Allah plus grande qu’une passion suivie. »

Et comme il a dit aussi (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) : « Il existe trois causes de salut et trois causes de perdition :

- Quant aux causes du salut elles sont la crainte d'Allah (Taqwa Allah) en secret et en public, la parole véridique dans l'agrément comme dans la colère, et toujours cheminer vers le but que ce soit dans la richesse ou dans la pauvreté.

- Quant aux causes de la perdition elles sont une avarice obéie, une passion suivie, et l'autosatisfaction de son opinion. »

Il faut comprendre que l’esprit est envahi du désir ardent de retourner à sa source et à son état originel, c’est un appel spirituel, pur et lumineux, mais en raison de la densité des souillures qui le couvrent cet appel est détourné dans un but sensuel, malsain et ténébreux d’où la nécessité de la voie pour la purifier. Cependant, ce cheminement concentré sur le dépouillement de l’âme bestiale a son lot de sacrifice, d’amertume et de souffrance dû à l’abandon et la séparation de ce que l’âme bestiale et corrompue désire pour ce que Dieu seul désire, c’est ainsi qu’on répond au véritable appel comme Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit dans sa noble parole :

« Ô vous qui croyez ! Répondez à Allah et au Messager lorsqu’il vous appelle à ce qui vous donne la vie, et sachez qu’Allah s’interpose entre l’homme et son cœur et que c’est vers Lui que vous serez rassemblés » (Sourate 08 Le butin, verset 24)

  1. Est-ce que le délaissement des oraisons me fait perdre mon affiliation à la tariqa ? Que dois-je faire ?

En ce qui concerne le délaissement de l'accomplissement des oraisons il faut savoir que :

- Si l'abandon de l'accomplissement des oraisons est dû à un rejet de la Tariqa ou en raison d’un doute à son sujet alors dans ce cas vous avez perdu votre affiliation et il est nécessaire de le renouveler après vous être repenti de votre rejet ou de vos doutes. Le doute mentionné ici n’est pas le simple doute satanique (waswas) que l’on ne prend pas en considération, il s’agit de celui qui est suivi par les actes, et dans notre cas ici le fait que l’on abandonne l’accomplissement des oraisons à cause de ces doutes.

- Si l'abandon est dû à de la paresse, mais sans rejet de la voie alors dans ce cas l'affiliation est toujours valide, alors vous pouvez et devez, reprendre leurs accomplissements, mais par contre vous êtes redevables de toutes les oraisons non accomplies durant cette période, à savoir il faudra rattraper par jour manqué 2 Lazim et 1 Wadhifa (quant au 'Asrou/Heïlala il ne peut pas être rattrapé). Par exemple, si vous avez arrêté durant vingt jours vous devrez alors 40 Lazim et 20  Wadhifa à accomplir selon votre rythme.

Si vous ne connaissez pas la période exacte manquante alors vous devrez rembourser approximativement en privilégiant ce qui est le plus sûr. Par exemple vous hésitez entre 10 jours ou 15 jours de rattrapage, alors vous devez rattraper 15 jours afin d'enlever tout doute.

Enfin dans le cas où la période à rembourser est trop large pour pouvoir l'évaluer ou que son rattrapage vous parait au-dessus de vos capacités alors dans ce cas (et seulement dans ce cas) il est possible de renouveler votre affiliation (Tajdid) et ainsi vous repartirez d'un nouveau départ à zéro.

Il est important de prendre conscience de la responsabilité de tenir ses engagements dans la voie. En effet, comme l'a dit le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) à Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) : « Celui qui prend de nous le Ouird et qui le délaisse complètement ou le néglige, celui-là sera puni et châtié »

Dans le livre El Ifada Ahmediya  de Sidi Taïeb Sefiani, Chérif hassanite, où sont rassemblées les paroles de Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) il est dit : « Celui qui a délaissé le Ouird après l'avoir pris, il récoltera la perte dans ce bas monde et dans l'au-delà. »

En effet, l'affiliation à la Tariqa et notamment l’accomplissement de ses oraisons se fait par le biais du vœu pieux et si on abandonne la voie alors on aura enfreint le pacte que l’on s'est engagé à respecter et on s'expose par là même à l'infraction des commandements Divins suivants : « […] et qu'ils respectent leurs vœux pieux […] » (Sourate 22 Le pèlerinage, verset 29)

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « Ô ! Vous qui avez cru, respectez vos engagements [...] » (Sourate 5 La table servie, verset 1)

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « Respectez le pacte d'Allah si vous vous engagez […] » (Sourate 16 Les abeilles, verset 91)

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « […] Si vous parlez soyez juste même s'il s'agit d'un proche parent et respectez votre pacte avec Allah […]» (Sourate 6 Les bestiaux, verset 152)

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « C'est abominable auprès d'Allah que de dire ce que vous ne faites pas. »  (Sourate 61 Le rang, verset 3)

  1. Pourriez-vous nous donner quelques renseignements et mérite sur les oraisons de Hizbou-l-Bahr, Sayfiyou, Mousaba’at et l’invocation « ya man adhhara el jamil… » ?

Concernant votre question au sujet de Hizbou-l-Bahr, nous nous contenterons de vous fournir quelques renseignements à son sujet, car son affaire est trop vaste pour pouvoir la cerner.

Cette "oraison de la mer" fait partie de ce que l'Imam Chadhili (qu'Allah l'agrée) reçu de la part du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui), par l'intermédiaire de celle-là il a pu protéger tout un pays. Le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) donna l'autorisation à Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) pour l'accomplir à son tour et très peu de ses compagnons (qu’Allah les agrée) en reçurent l'autorisation de son vivant.

Parmi les mérites qui sont mentionnés à son sujet, il y a : Elle contient le Nom Suprême d'Allah ; elle contient les protections spéciales pour qui se trouve sur la terre ou en mer; elle est une protection contre toutes les créatures d'Allah y compris les animaux, contre les ennemis, les envieux ; elle ôte tous les problèmes de ses qualités subtiles de l'Invisible ; celui qui la lit dans un lieu précis sera en paix face à tout problème et sera protégé ; celui qui la lit tous les jours au lever du soleil, Allah lui acceptera ses demandes et lui enlèvera tous ses problèmes ; il l'élèvera au-dessus des gens ; il élargira sa poitrine dans l'Unicité d'Allah ; il facilitera son affaire et le sortira de toute étroitesse ; cela lui suffira contre le mal des Djinn et des hommes ; il sera protégé contre toute nuisance de la part des gens de la nuit et du jour ; tous ceux qui le regarderont l'aimeront...etc.

En ce qui concerne Hizbou Saïfiyou appelé aussi Hirzou Yamani : Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) a dit : « Jibril (sur lui la paix) a dit au Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) : « Le Saïfiyou contient 12 000 particularités, 6000 en ce monde et 6000 en l’au-delà ; celui qui sera assidu dans sa récitation il récoltera l’ensemble de ses particularités mondaines et celles de l’autre monde. » »

Parmi les mérites de Saïfiyou il y a le fait que celui qui la récitera régulièrement matin et soir Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) l’aimera d’un amour particulier, de plus il ne lui sera pas inscrit de péché, et Allah lui pardonne ses péchés passés et futurs, celui qui l’a récité une fois au cours d’une année il ne lui sera pas inscrit les péchés accomplis dans l’année entière, de plus une année entière lui est comptée comme adoration, et s’il le récite deux fois il lui sera inscrit deux années d’adoration et ainsi de  suite, de plus Allah lui inscrit le mérite du mois de Ramadan, de plus Allah lui compte pour une seule récitation la valeur de l’adoration de la nuit du Destin (Laylatou-l-Qadr) …

Il faut savoir aussi que la récitation de Hizbou Saïfyou plongera la personne qui l'a récitée dans la pauvreté, mais par cela il accédera à l'amour particulier.

Pour ce qui est du mérite de Mousaba’at el ‘Achra : Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) a interrogé le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) sur les mérites de Mousaba’at el ‘Achra, il lui dit : « Celui qui l’a dit une fois il ne lui sera pas inscrit les péchés durant une année »

Il a dit (qu'Allah sanctifie son précieux secret) : « Le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) m’a dit : « Il y a le mérite de tous les Adhkar et le secret de tous les Adhkar, il y a en lui aussi le Grand Nom Suprême. » »

Il est dit parmi ses mérites qu’elle contient la lumière des secrets pour les cheminants qui débutent et les lumières Seigneuriales pour les cheminants qui aboutissent, et celui qui persiste dans sa récitation Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) lui ouvrira les portes des bienfaits, du rajout, cela lui soulagera l’ardeur de sa concupiscence, il obtiendra la bénédiction pour sa religion, dans sa vie mondaine et sa vie future…etc.

Enfin, en ce qui concerne l’invocation « Ya man adhhara el jamil… » : Il est rapporté que Jibril (sur lui la paix) vint auprès du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et lui a dit : « Je suis venu t’apporter un cadeau », il lui répondit (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) : « Quel est donc ce cadeau ? »  Et il évoqua la dou’a  « ya man adhhara el jamil… ». Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) lui demanda : «  Quelle est sa récompense ? » Jibril (sur lui la paix) lui dit : « Si tu rassemblais l’ensemble des anges des sept cieux pour qu’ils la décrivent, ils ne pourraient y arriver jusqu’au jour du Jugement Dernier, et chacun décrirait ce que n’a pas décrit l’autre et pourtant ils n’y arriveraient pas, et parmi l’ensemble de cela c’est qu’Allah dit : « Donnez-lui au nombre de ce que j’ai créé dans les sept cieux, ainsi que dans le Paradis et le Feu, ainsi qu’au Trône et au Piédestal, ainsi qu’au nombre de gouttes dans l’océan et de grains de sable et de poussière. » Parmi ses mérites également c’est qu’Allah lui donne au nombre de ses créatures, et Il lui donne aussi la récompense de soixante-dix prophètes qui étaient tous des Messagers et d’autres choses encore. » (Rapporté par El Hakem  qui a authentifié sa chaîne selon ‘Abdallah ibn ‘Amr ibn El ‘As (qu'Allah l'agrée))

Pour évoquer ces formules de Dhikr il est nécessaire d'avoir reçu l'autorisation particulière par un Mouqadem habilité à cela. Toutefois, il est important de prendre conscience d'un fait, il faut savoir que ces dhikr ont un statut méritoire. Il est vrai qu’en dehors des oraisons essentielles de la voie, Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) donnait quelques dhikr particuliers à certains de ses compagnons (qu’Allah les agrée), que cela soit des dhikr de protection ou autres, mais tout le nécessaire est à travers le Lazim, la Wadhifa et le Heïlala sans besoin d’aucun autre dhikr. De plus, celui qui a des dhikr particuliers autres que le Lazim, la Wadhifa et le Heïlala n'est pas un meilleur Tidjani ou plus complet ou encore n’a pas de plus grandes chances d'aboutir, celui qui pense cela s'est trompé et celui qui le dit à d'autres, il les a égarés.

De plus, même si vous possédiez cette autorisation, il faut que vous sachiez que de nombreux Gens de l'ouverture dans cette Tariqa Mohamediya ont déconseillé de prendre le Hizbou Saïfiyou comme oraison en raison des nombreuses épreuves dont elle est la cause et des conditions nécessaires ainsi que de la vigilance qu'elle réclame dans son accomplissement. C'est pour cela que seules certaines élites l'accomplissaient autrefois alors qu'aujourd'hui trop de personnes l'ont eue sans connaissance profonde des difficultés de cette oraison. En revanche, tous sont unanime en conseillant ardemment de se tourner vers l'accomplissement excessif de la Salat Fatihi car elle dépasse en mérite le Hizbou Saïfiyou et ne contient pas tous ses dangers.

En effet, une seule Salat Fatihi équivaut par exemple à 6000 Sayfiyou et il en est de même pour les autres dhikr comme Mousaba’a el ‘Achra ou Hizbou-l-Bahr…etc.

Seïdina Ahmed Tidjani a dit (qu'Allah sanctifie son précieux secret) : « Personne ne peut s’orienter vers Allah par une œuvre meilleure qu’elle [c'est-à-dire Salat Fatihi], et ceci quelle qu’elle soit, ni ne peut s’orienter par une œuvre plus aimée et plus immense auprès d’Allah par son bénéfice, sauf pour une seule station c’est celle où l’on s’oriente vers Allah par Son Nom Suprême Immense mais seulement cela, car il s’agit du summum des orientations et du plus élevé des degrés dans l’ensemble des formes d’adorations. De ce fait, il n’y a pas d’achèvement à son mérite ni d’aboutissement à son degré.

Quant à cette Salat Fatihi elle lui succède, dans le degré et l’orientation, dans le mérite et le succès de l’obtention de l’amour d’Allah pour son évocateur et dans la meilleure issue. Celui qui s’oriente vers Allah –Exalté- [par la Salat Fatihi] en croyant en sa valeur, il a alors triomphé par l’obtention de l’agrément d’Allah, et ses récompenses en ce monde et dans l’au-delà surpassent la somme de ce que peuvent atteindre toutes les adorations. »

Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a dit : « Toute la vie des gens s'est épuisée pour rien, sauf la vie des compagnons de Salât Fatihi, car elle les a fait réussir par les gains de ce bas monde et de l'autre, et il n'y a que le bienheureux parmi les gens qui peut être attaché à elle ».

Il ne faut envisager le rajout dans les évocations méritoires qu'une fois que toutes les conditions permettant le meilleur accomplissement possible des oraisons obligatoires que sont le lazim, la wadhifa et le Heïlala sont accomplies. C'est-à-dire les effectuer dans leurs temps d'accomplissements, en ce qui concerne les hommes se réunir au moins une fois par jour pour la wadhifa et le vendredi pour le Heilala, accomplir ses prières en groupe autant que faire se peut, accomplir régulièrement un certain nombre de Salat Fatihi par jour en plus de nos oraisons...et d'autres conditions liées à notre affiliation. C'est celui qui préserve cela qui peut recevoir un rajout dans des oraisons méritoires, et si Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) incitait ses compagnons (qu’Allah les agrée) à ses oraisons c'est justement parce qu'ils avaient préservé ce que l'on vient d'évoquer. 

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe