1. Est-ce possible de devancer le Lazim du soir ?

Oui il est possible de devancer le Lazim du soir, mais uniquement si les trois conditions suivantes sont réunies :

  1. Il ne peut être devancé lui aussi qu’avant le Fajr (donc au cours de la nuit qui va précéder le jour et jamais avant le ‘Asar du même jour).
  2. Il ne peut être devancé que suite à un empêchement qui, penserons-nous, couvrira toute la période du temps préférable du Lazim du soir (donc du ‘Asar au ‘Icha). Si toutefois il s’avère que l’empêchement en question prend fin au cours de cette période, le Lazim qui a été devancé reste tout de même valide.
  3. Il faut respecter l’ordre d’accomplissement avec le Lazim du matin et effectuer son devancement en priorité et ensuite, on peut accomplir le devancement de celui du soir.

Si ces trois conditions susmentionnées ne sont pas réunies, alors le Lazim qui a été devancé n'est pas valable. (Vous pouvez consulter la rubrique "fiqh de la Tariqa" dans le site.)

  1. Dans quel pays fut principalement implanté la Tariqa tidjania ?

Il y a de nombreux pays à travers le monde où l’on peut trouver la présence de disciples Tidjani. Les principaux pays où fut implantée la Tariqa sont bien sûr avant tout les pays dits "historique" car ils ont vu naître et évoluer la Tariqa avec la présence des compagnons (qu’Allah les agrée) et des descendants de Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) : Algérie, Maroc, Tunisie.

Puis viennent les pays où la Tariqa s'étendit géographiquement et où le nombre des adeptes de la voie se développa. Il s'agit entre autres des pays d'Afrique Subsaharienne. Dans ces régions ce fut la Mauritanie qui abrita en premier lieu les premiers disciples de la voie, avec notamment le célèbre compagnon de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), Sidi Mohamed el Hafidh Chinguitti (qu’Allah l’agrée). Puis de la Mauritanie, la Tariqa traversa les frontières du Sénégal et s’installa également dans d’autres pays, dont le Tchad et le Nigéria par le biais de l’illustre Cheikh Maouloud Fall (qu’Allah l’agrée).

Cependant, c’est avec la phénoménale vague suscitée par Cheikh ‘Omar Foutiyou Tall (qu’Allah l’agrée) que la Tariqa a pris une tout autre envergure dans beaucoup d’autres pays tels que le Mali, le Niger, la Guinée. Cet élan fut suivi par l’aura et l’engagement de Hajj Malick Sy (qu’Allah l’agrée) qui préserva l’effort entrepris par ces prédécesseurs. Ainsi, depuis cette vague le Sénégal est devenu symbolique et figure en tête de liste dans la représentation de la Tariqa Tidjaniya en Afrique Subsaharienne, même si le Nigéria compte en Afrique plus d’adeptes Tidjani qui est évalué à plus d’une cinquantaine de millions.

Il faut également noter le rôle prééminent du grand savant Cheikh el Islam Ibrahim Niass (qu’Allah l’agrée) de Kaolack (Sénégal) qui bien plus tard conforta la présence de la Tariqa Tidjaniya surtout en dehors des frontières du Sénégal, au Ghana, Nigéria, Cameroun, Sierra Léone, Togo et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. Ainsi son engagement exceptionnel aurait trouvé écho dans le cœur d’une centaine de millions de membres à travers ces pays.

En s'approchant du Moyen Orient, la Tariqa est moins présente en dehors de l'Égypte où elle est à la fois ancienne et bien implantée. Elle fut représentée là-bas par de grands compagnons de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qui y vécurent avec notamment Sidi Mohamed ibn ‘Abdelwahid Bannani, Sidi Hajj Moufadal Saqqat et Sidi Mohamed Saqaf (qu’Allah les agrée). Depuis cette période reculée, l’Égypte a toujours bénéficié en son sein d’éminents savants de la Tariqa en chaque époque, tel que le Cheikh Azharite et maître en Hadith, Cheikh Mohamed el Hafidh El Misri (qu’Allah l’agrée).

On retrouve au Moyen Orient la présence d’autres grands érudits notamment au Hidjèz avec le regretté Cheikh Mohamed el Maliki el ‘Alawi (qu’Allah l’agrée) qui fut à la fois un éminent savant et un redoutable défenseur devant les détracteurs. Il y a une communauté Tidjani en Arabie qui est formée à la fois d'émigrés et de Saoudiens de souche. De célèbres et grands savants vécurent dans les lieux saints depuis l’époque de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) avec notamment Sidi Mohamed el Ghali (qu’Allah l’agrée). Il y eut aussi Hajj Mohamed ‘Abdelmalek ‘Alami et le Cheikh du Hadith et petit-fils de Cheikh ‘Omar Foutiyou, Cheikh Alfa Hachim (qu’Allah les agrée). Bien évidemment, depuis les lieux saints, la Tariqa se propagea dans de nombreux autres pays, tels le Chèm, l’Irak, le Yémen, le Soudan. Ainsi était connu à Jérusalem le Cheikh Ahmed Dadsi, Imam Tidjani, et de là-bas la Tariqa atteignit la Jordanie. Mais aussi à Haïfa avec le Cheikh martyr Sidi 'Azzedine Al Qassam et Cheikh Hassan Efendi (qu’Allah les agrée).

Si nous mentionnons les Chouyoukh c'est que leur présence est entourée de nombreux disciples, nous avons eu l'occasion de rencontrer des Tidjani à Jérusalem originaires de là-bas. On trouve aussi des Tidjani en Syrie avec le Cheikh el Islam et savant Sidi 'Ali Daqr (qu’Allah l’agrée) qui fut célèbre pour le déclenchement du mouvement d’indépendance face à l’occupation française, et en Turquie où nous avons rencontré des Turques Tidjani depuis plusieurs générations. En Asie la présence de Tidjani est à noter, nous n'avons pas beaucoup d'informations à leurs sujets hormis avec l'Indonésie, leurs nombres s'évalueraient à plus d'un million d'adeptes. La Tariqa a pris naissance là-bas au début du 20ème siècle, elle fut apportée par la cause du Pèlerinage à la Mecque. On trouve aussi une communauté en Malaisie, en Inde au Pakistan. Il est à prendre en compte, comme phénomène récent, le nombre toujours plus élevé de disciples Tidjani en Occident, de l’Europe à l’Amérique. Pas seulement par le seul fait de la présence d’immigrés et étudiants, mais aussi par le fait de la propagation des conversions à l’Islam suivi de nombreuses affiliations à la Tariqa Tidjaniya. Ce n’est qu’un aperçu d’ensemble mais il est impossible de retracer en quelques lignes toute l‘étendue de cette évolution géographique, ni d’évoquer tous ceux qui furent les causes de cette propagation.

Généralement les gens de la Tariqa sont réputés pour être bien instruits en Islam et de bons pratiquants, le nombre de ses savants dans les diverses disciplines du savoir de l'Islam est remarquablement prééminent. Le grand érudit et maître en Hadith mais également Cheikh éminent de la Tariqa Sidi Hajjouji (décédé en 1951(qu’Allah l’agrée)) avait entrepris déjà à son époque de les recenser dans un ouvrage qui a atteint jusqu'à neuf tomes.

Toutefois, la Tariqa doit également faire face aux préjugés et aux fausses rumeurs qui circulent à son sujet, y compris dans ses terres d’origine. Elles sont dues d’une part à cause d'une ignorance de ses détracteurs et d’autre part en raison d'une grande négligence ainsi que d'une mauvaise instruction des Mouqadem et des disciples qui revendiquent de la voie ce qui pourtant n'en fait point partie.

C’est pour cela qu’au-delà de la quantité, il est plus que primordial de s’affairer à se parfaire dans la qualité de son engagement au sein de la Tariqa Tidjaniya, afin que l’on ne soit pas seulement « Tidjani de nom », mais avant tout et surtout « Tidjani de conviction ».

  1. Quelle est l’invocation à faire après la Wadhifa ou le Heïlala ?

En ce qui concerne votre question, sachez qu’il n'y a aucune invocation spécifique que Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) récitait ou faisait réciter à la fin des séances de Wadhifa ou Heïlala. Il n'y a aucune recommandation particulière de Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) à ce sujet. Chacun est libre d'invoquer Allah comme bon lui semble. Certains Chouyoukh ou dans certains pays, les gens ont pris l'habitude d'invoquer avec des formules spécifiques ou en récitant certains poèmes et ils sont libres de le faire tant que ce n'est pas imposé. Sachez aussi que la meilleure Dou'a n'est point celle que l'on récite comme une récitation, mais c'est plutôt celle dont la langue est en conformité avec le cœur et pour cela peu importe la formule utilisée.

  1. J’ai une question qui est une personne suivant la voie tidjaniya et qui du jour au lendemain s'en abstient car elle a su qu'elle n'était pas sur la voie de la sunna authentique pourquoi après cela les personnes qu'elle fréquentait lui disent tu es sorti de mon cœur, on ne se connait plus à partir d'aujourd'hui ? Ceci prouve que c'est une division à la communauté car les musulmans ne sont que des frères et qu'ALLAH LE TRES HAUT fait entrer qui IL veut dans sa miséricorde et IL châtie qui il veut et IL est infiniment PARDONNEUR et MISERICORDIEUX et dire le contraire ressemblerait à de la mécréance ! Personnellement je suivais cette voie et grâce à ALLAH je ne suis plus cette secte, mais j'essaie au maximum de suivre la sunna du Prophète (saw) en rapport avec le coran qui est clair ! Le Messager d'ALLAH a même dit : « Celui qui innove ou abrite un innovateur, que la malédiction d'ALLAH soit sur lui ainsi que celle des anges et de tous les gens. » Rapporté par al-Bukhârî (12/41-42, 13/281- al -Fath) et Muslim (9/140, 141, 142, 143 et 145, al-Nawawî). IL a également dit (saw) : « Je n'ai délaissé aucune chose de ce qu'ALLAH vous a commandé sans que je ne vous le commande, ni aucune chose qu'IL ne vous a interdite sans que je ne vous l'aie interdite. » Authentique de par ses autres voies (Sahih li ghayrih)...Il y a certaine voie qui ressemble à la voie légale islamique mais dans l'aspect extérieur ce sont des adorations particulières dont on ne trouve pas une telle spécification dans la législation. BarakALLAHoufik de bien comprendre qu'on ne peut rien ajouter à la sunna du Messager de DIEU (saw) qui est l'imam des  imams, l'imams des prophètes et que nul être ne saura faire mieux que lui. PS : veuillez répondre à mes questions barakALLAHoufik

Nous avons bien reçu votre mail et pris en compte vos remarques. Avant tout nous sommes désolés d’apprendre les propos désobligeants de certains à votre égard suite à votre abandon de la voie. Souvent, dans le cadre d’un échange de lien fraternel intense, il n’est pas rare d’entendre de durs propos à l’égard de celui ou ceux qui semblent l’avoir brisé et qui s’en écartent. C’est comme dans une grande famille, parfois les enfants peuvent avoir des propos de rejet envers celui d’entre eux qui semble renier cette famille qui l’a hébergé et dans laquelle ils ont vécu ensemble. Mais dans de tels contextes il faut dédramatiser, car le fait que les paroles dépassent le cadre du convenable, cela est personnel au tempérament de chaque individu et ce genre de dérives n’impliquent que leurs auteurs. Ni la Tariqa, ni Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) ne peuvent être mis en cause ou suspectés de diviser la communauté, car vouloir accuser l’ensemble des gens véridiques de la Voie pour les fautes des autres rendrait valable l’argument de toute personne reniant l’Islam à cause du comportement malveillant de certains musulmans pourtant non conforme et non soutenu par l’enseignement du Qoran et de la Sounna.

Maintenant le fait, selon votre témoignage, que certains aient agi injustement envers vous n’implique pas que vous n’ayez aucun reproche à vous faire pour avoir délaissé la Tariqa. À eux d’assumer leurs fautes et à vous d’assumer les vôtres. Nous ne savons pas comment vous vous êtes affilié à la voie, mais il semble que vous manquiez cruellement d’initiation et d’éducation car vous en êtes arrivé à la conclusion qu’elle n’était pas sur la voie de la Sunna authentique. Ce constat est un manque de discernement certain et au moins, par humilité, auriez-vous pu émettre des réserves. N’oubliez pas que des milliers de savants en science juridique, des maîtres de Hadith, des Exégètes, des Ousouli (maîtres en fondements juridiques), des maîtres en doctrine (‘Aqida), des Moufti… ont cheminé et cheminent sur cette voie et se réclament de cette identité spirituelle, et pourtant ils n’ont jamais conclu qu’elle n’était pas sur la voie de la Sunna authentique, bien au contraire. Et cela sans parler de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), cet homme surgissant du désert qui émerveilla les savants renommés de Fès, en raison de l’étendue de son savoir et de la profondeur de sa compréhension dans tous les domaines de la science islamique, en exégèse Qoranique, en hadith, en science spirituelle…

Avez-vous seulement envisagé qu’il se peut que votre constat soit dû à une déficience de votre compréhension ou alors pensez-vous peut-être que vous avez dépassé toutes ces personnalités et sommités dans les différents domaines des sciences de l’Islam ? Pensez-vous réellement qu’il suffit de lire un verset ou un hadith et d’en tirer une compréhension personnelle pour pouvoir être guidé sur la route de la Sunna authentique ? En tout cas c’est ce qui semble émaner de vos propos, mais peut-être nous sommes-nous trompés sur le sens de votre message. Mais quoi qu’il en soit les termes « secte » et « innovateur » ne laissent présager rien de très positif.    

Sans aucun doute le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) est la meilleure créature d’Allah, celui qui Le craint le plus, celui qui Le connaît le mieux, celui qui Lui est soumis le plus totalement et parfaitement. Il est le modèle parfait à suivre pour celui qui espère en Allah et en Sa rencontre au Jour Dernier. Il a transmis le message de Son Seigneur, il a éduqué et purifié ses compagnons (qu’Allah les agrée) qui ont ainsi atteint l’agrément d’Allah, devenant ainsi les meilleures de sa communauté à tout jamais inégalable par qui que ce soit.

Et certainement, la soumission à Allah demande que nos paroles et nos actes doivent être conformes à l’enseignement du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), mais pour nous la soumission à Allah demande plus que cela encore ; il faut aussi, par la purification, que notre cœur et notre état intérieur soient conformes à l’enseignement du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui). En effet, Allah ne regarde ni nos formes, ni nos images, mais Il regarde nos cœurs comme l’a indiqué le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et le hadith : « Sûrement il y a un morceau de chair dans le corps, s’il est bon tout le corps est bon et s’il est corrompu tout le corps est corrompu et c’est le cœur» dans Boukhari.

Certes l’Islam a été parachevé, et pour vous cela signifie qu’il n’y a rien à rajouter. Pour nous cela signifie que tout y est placé pour le développement des sciences lui étant liées. Dans ce cadre ce n’est donc point un rajout ou un hybride qui aurait poussé parallèlement aux enseignements de l’Islam, voulant lui faire de l’ombre, mais c’est seulement des cours d’eau qui proviennent de la même source. Pour être plus clair, l’Islam a vu des sciences naître en son sein, non pas parce qu’elle était imparfaite et incomplète, mais simplement parce qu’elle a été donnée dans cet objectif et avec ce potentiel. Ainsi, au cours du siècle des Suivants et celui des suivants des suivants (Tabi’ Tabi’in), de nombreuses sciences liées à l’Islam se sont développées et organisées, bien qu’elles n’existaient pas sous cette forme à l’époque du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et des compagnons (qu’Allah les agrée), tels la science liée au Qoran, à sa lecture, la science des hadiths, la jurisprudence et ses fondements…etc.

Aussi cher frère ou sœur, prenez garde, suite à votre compréhension, de ne pas commettre le pire des péchés en montrant du doigt des membres de la communauté bénie du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) tout en disant « secte » et « innovateurs »  car le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Le plus léger des usures (dans la gravité) est similaire au fait d’avoir des rapports sexuels avec sa mère, et le pire de tous est celui qui s’en prend injustement à l’honneur de son frère. » (Rapporté par Abou Cheikh dans Taoubikh selon Abou Houreyra (qu’Allah l’agrée) bon-Hasan)

Et Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « Ne te laisse pas aller à ce dont tu n’as aucune science […] » (Sourate 17 Le voyage nocturne, verset 36)

Nous ne savons pas si vous avez été initié à la voie comme il se doit, c’est à dire en vous lisant et expliquant ses conditions d’affiliations avant de la prendre. Si c’est le cas alors vous devez savoir que votre affiliation a été prise sous le statut du vœu pieux (Nadhr) et vous devrez en rendre des comptes pour l’avoir abandonné :

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « Ô ! Vous qui avez cru, respectez vos engagements [...] » (Sourate 5 La table servie, verset 1)

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « Respectez le pacte d'Allah si vous vous engagez […] » (Sourate 16 Les abeilles, verset 91)

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « […] Si vous parlez soyez juste même s’il s’agit d’un proche parent et respectez votre pacte avec Allah […] » (Sourate 6 Les bestiaux, verset 152)

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « C'est abominable auprès d'Allah que de dire ce que vous ne faites pas. » (Sourate 61 Le rang, verset 3)

Et II a dit aussi (qu’Il soit Glorifié et Exalté) : « […] et qu'ils respectent leurs vœux pieux […] » (Sourate 22 Le pèlerinage, verset 29)

Ainsi que le hadith rapporté par ‘Aïcha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui fait le vœu d'obéir à Allah, il doit alors Lui obéir et celui qui fait le vœu de Lui désobéir, il ne doit pas Lui désobéir. » (Rapporté par Malik, Ahmed et les six hormis Mouslim)  

Et dans l’exégèse de Nawawi sur le Sahih Mouslim il a dit : « Les musulmans sont unanimes sur l'authenticité du vœu pieux et l'obligation de le respecter si on a fait le vœu d'une obéissance. » 

Dans l’exégèse de Qastalani sur Sahih Boukhari, il a dit : « Les vœux pieux dans la Loi, c'est l'engagement pour se rapprocher par des actes qui n'étaient pas obligatoires, mais qui, par ceux-là, sont rendus obligatoire, dans le hadith qui dit : « Celui qui fait le vœu d'une obéissance à Allah, qu’il Lui obéisse…» »

Maintenant, si cette initiation n’a pas eu lieu, vous n’avez alors aucun lien d’obligation envers cette éducation spirituelle et vous n’avez rien à craindre de l’avoir laissé. Par contre, vous restez responsable de vos dires et de vos accusations, le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) ne nous a-t-il pas assez mis en garde en disant : « Les plus nombreux péchés du fils d’Adam se trouvent dans sa langue. » (Rapporté par Tabarani, Baïhaqi selon Ibn Mess’oud (qu’Allah l’agrée) bon-Hasan)

Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Soyez humbles au point qu’aucun de vous n’opprime son frère ou ne s’enorgueillisse à son encontre. » (Rapporté par Mouslim selon ‘Iyad ibn Himar)

Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Quand quelqu’un dit : « les hommes sont perdus » il est celui qui est, d’entre eux, le plus en perdition. » (Rapporté par Mouslim selon Abou Houreyra)

C’est-à-dire ceux qui le disent avec mépris tout en étant satisfait d’eux-mêmes.  

Laissons donc en paix ceux qui ont décidé d’entreprendre le meilleur combat comme l’a dit notre bien aimé Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) : « Le meilleur combat, c’est que la personne combatte son Nefs et ses passions. » (Rapporté par Ibn Najjar selon Abou Dhar - Authentique.) 

Ne limitons pas Allah et Sa Majesté Infinie à notre seule compréhension et à notre pauvre conception, ne limitons pas la perfection de l’Islam à de simples controverses qui ne font que nous éloigner davantage d’Allah. Allah est au-dessus de tout cela, Il est Celui à qui conviennent les plus belles descriptions et rien ne Lui est comparable. Nulle imagination ne Le conçoit, nulle intelligence ne Le mesure, nulle demande ne Le gêne, nul don ne diminue Ses trésors. Il est le Premier sans qu'Il n'ait eu de commencement, le Dernier sans qu'Il n'ait de fin. Allah est Unique comme Il s'est décrit lui-même, personne ne Le contrecarre dans son empire. Il n’y a de Dieu que Lui, Son Existence précède toutes choses. Il est avant que les créatures n'aient songé à Le décrire. Il est Eternel, Il transcende le temps. Gloire à Celui pour qui toutes les merveilles de la création sont un témoignage de Son Existence.

  1. Est-ce vrai qu’en récitant trois Istighfar et la djaouharatoul kamel on peut réparer le manque de concentration dans les œuvres ?        

Concernant la récitation des Djaouharatou-l-Kamel, effectivement celui qui n’était pas en état de Présence (Houdour) lors de l’accomplissement d’un acte obligatoire ou méritoire, il peut réparer cela en récitant trois fois Djaouharatou-l-Kamel avec l’intention de réparer (niya jabr) après l’accomplissement d’un tel acte (Seïdina (qu'Allah sanctifie son précieux secret) n'a point mentionné la récitation de trois Istighfar).

La Présence est l’âme des œuvres, c’est pourquoi les trois Djaouharatou-l-Kamel doivent être lues avec toute la Présence possible comme l’a dit Seïdina (qu'Allah sanctifie son précieux secret). Cette réparation de la Présence, par Djaouharatou-l-Kamel, est particulière aux gens de cette voie. Ainsi, celui qui répare son manque de Présence avec cette méthode, son adoration lui est comptée avec la Présence et il est récompensé pour son adoration comme l’est le Connaissant plongé dans la Présence Divine.

Il faut bien noter que cette réparation par la Djaouharatou-l-Kamel ne concerne que l’état de présence, elle ne peut pas servir à réparer les manquements ou rajouts dans la prière, ou celle dans les oraisons. À chaque chose il faut appliquer la règle lui correspondant.

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe