Sidi Hajj ‘Ali Harazim (qu’Allah l’agrée) a dit : « J’ai interrogé Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) sur la définition de la vanité (Al ‘oujoub), il a répondu comme suit :

« Il s’agit d’être saisi d’admiration pour ses œuvres tout en oubliant qu’Il s’agit là d’une grâce d’Allah à son égard. Quant à la définition de l’insincérité (Ar-riya-a) c’est d’œuvrer en vue des gens dans l’espoir de tirer un quelconque profit d’eux, profit matériel ou spirituel, ou encore afin d’en repousser une nuisance ou par la crainte que l’on a d’eux.

Quant à l’œuvre authentique, c’est celle qui est accomplie par conformité extérieure et intérieure à l’ordre d’Allah, avec l’intention de s’orienter vers Allah par le suivi de Son commandement. Pour ce qui est du cas de celui qui oeuvre pour Allah en étant orienté vers Lui, en espérant de Sa part à être récompensé pour son œuvre, ce point est un sujet de divergence entre les hommes (parmi les Connaissants). Certains disent que son œuvre devient vaine et qu’il ne tirera aucune rétribution, d’autres affirment que l’œuvre est valide ainsi que la rétribution, et enfin d’autres disent au contraire que l’œuvre est vaine si on n’en espère pas une rétribution. L’exactitude entre tout cela c’est que d’œuvrer pour Allah -qu’Il soit Exalté- sincèrement, sans attendre une rétribution et sans convoitise, est ce qu’il y a de meilleur et de plus élevé.

Parmi ce qui vient le confirmer il y a Sa Parole -qu’Il soit Glorifié et Exalté- qui a été rapportée dans les Psaumes où Il dit : « Mes amis les plus intimes ce sont ceux qui se vouent à mon adoration, sans attendre d’autres récompenses que de rendre à la Seigneurie ce à quoi elle a droit. » Il a été rapporté qu’Il a dit encore dans l’un des livres révélés : « Et qui est plus injuste à mon égard que ceux qui m’adorent en vue du Paradis ou par crainte de l’Enfer, si je n’avais créé ni Paradis, ni Enfer n’aurais-je donc pas été digne d’être adoré ? »

Pour ce qu’il en est de ceux qui en espèrent une convoitise et une rétribution, leur œuvre reste valide et acceptée et ils en seront rétribués. »

Ici se termine ce qu’il a déversé sur nous, qu’Allah l’agrée. »

Texte tiré et traduit du livre Djawahirou-l-Ma’ani

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe