On a interrogé Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) sur le nombre des souffles de l’être humain, il répondit :

« Les souffles de l’être humain sont au nombre de 24 000, la moitié entre et l’autre moitié sort.

Quant aux pensées (khawatir), elles sont au nombre de 70 000 et, tous les jours, elles traversent fatalement le cœur et pas une seule n’y échappe. Le cœur est similaire à la « Maison Peuplée » (Baït el Ma’mour) en laquelle pénètrent chaque jour 70 000 anges, et lorsqu’ils en sortent, ils n’y reviennent plus jamais.

Il en est de même pour le cœur en lequel pénètrent 70 000 pensées chaque jour et l’ensemble (de ces pensées) est partagé en 4 catégories, se rapportant aux cœurs voilés :

- Une catégorie est revêtue par le démon lorsqu’elle pénètre dans le cœur, et par elle, il dépose ses insufflations ;

- Une autre catégorie est revêtue par le Nefs (âme souillée) ;

- Une catégorie entre en compagnie d’un ange ;

- Et enfin une catégorie avec laquelle rien ne rentre.

C’est pour cela que les pensées se départagent en 4 catégories :

1- Les pensées Sataniques (Chaïtani)

2- Les pensées liées au Nefs (Nafsani)

3- Les pensées Angéliques (Maliki)

4- Les pensées Seigneuriales (Rabbani)

Quant à leurs éclaircissements :

- En ce qui concerne le démon, il n’ordonne que la désobéissance et il n’insiste sur aucune, il passe d’un ordre à un autre, et sa tromperie est faible comme Allah l’a dit : « car la tromperie du Diable est certes faible » (Sourate 04 An-Nissa, verset 76).

- Quant à la pensée liée au Nefs, elle n’ordonne que l’immersion dans les passions, qu’elles soient interdites ou permises. Il lui est difficile de se défaire de ce à quoi elle s’est habituée. Elles ne peuvent disparaître que par les efforts intérieurs.

- Quant à l’angélique, il n’ordonne que le bien dans les actes ou les paroles.

- Quant au Seigneurial, il n’ordonne que l’attachement à Allah et le détachement de tout autre que Lui.

C’est cela la différence existante entre ces pensées pour celui qui veut les connaître afin de les évaluer. Or, ne peuvent les évaluer que ceux qui s’imposent un examen de conscience, mais pour les insouciants ils ne peuvent en avoir connaissance.

Quant au cœur dépouillé, c’est le cœur de ceux qui connaissent leurs pensées et le tout ne se ramène alors qu’à une seule catégorie de pensée. Elles ne viennent qu’avec le bien et elles n’ordonnent que cela, en raison de la pureté de la maison qui a repoussé et l’a éloigné du Nefs et du démon.

Quant au cœur qui se trouve entre ses deux états, c'est-à-dire entre le voilé et l’éveillé, cela va et vient (entre les différentes catégories de pensées), variant en fonction de son état ». Ici se terminent les propos de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Texte traduit de Djawahirou-l-Ma’ani

Recherche et Traduction par la Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe