Notre secours Abou-l-‘Abbas Tidjani (qu’Allah l’agrée) a interrogé ceux qui prétendent maîtriser la science en ces termes : « Comment définir la tête de la science, le cœur de la science et les ailes de la science ? »

Puis il répondit (qu’Allah l’agrée) :

« Il est correct d’attribuer à celui qui connaît la réponse à cette question l’érudition. Cependant, celui qui n’est pas capable d’y répondre se verra exclure de la sphère des hommes savants, car celui qui connaît le chemin de sa guidée, de son assainissement et de son salut ; puis il emprunte un autre chemin, celui-là est considéré d’un point de vue religieux comme un sot.

Par conséquent, il n’est pas permis de s’asseoir en sa compagnie et encore plus de discuter avec lui au sujet des prescriptions religieuses, étant donné qu’il est détesté auprès d’Allah et on cherche protection auprès de Lui contre cet état ».

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « C’est une grande abomination auprès d’ALLAH que de dire ce que ne vous faîtes pas ! » (Sourate 61 Le rang, verset 03).

Il dit aussi, (qu’Il soit Glorifié et Exalté) : « Malheur, donc, à ceux qui de leurs propres mains composent un livre… » (Sourate 02 La vache, verset 79).

Ainsi que d’autres versets de ce genre. L’autre argument est que le prétendant au triomphe de la Loi Divine, seulement par la parole sans se conformer à ses préceptes, est un menteur. Car en vérité, il ne fait que chercher le triomphe de son Nafs.

Le Très Haut (qu’Il soit Glorifié et Exalté) a révélé à son encontre le verset suivant : « Commanderez-vous aux gens de faire le bien et vous oubliez vous-même de le faire » (Sourate 02 La vache, verset 44). Celui qui est de la sorte est aussi un ignorant, car la science est endiguée par la crainte d’Allah.

Le Très Haut (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « Parmi ses serviteurs seuls les savants craignent Allah » (Sourate 35 Le Créateur, verset 28). Donc, quiconque ne craint pas Allah sa science est une preuve contre lui dans l’au-delà.

À ce sujet, on rapporte ce hadith :

« La science est de deux sortes : une sur la langue, elle est l’argument d’ALLAH contre le fils d’Adam ; et une dans le cœur, et c’est bien elle qui est la science bénéfique ».

Sofiane (qu’Allah l’agrée) a dit :

« Si je pratique ce que je sais, je suis alors le plus savant d’entre les hommes. Par contre, si je ne pratique pas ce que je sais, il n’y a guère plus ignorant que moi ».

Il ne reste plus à celui qui a compris cela que de plonger dans cet océan afin de se purifier de ses impuretés. Ainsi, il pourra récolter ses perles précieuses. Il aura alors, la réussite dans ce bas monde et dans l’au-delà.

Celui qui a compris cela, mais qui se détourne, il n’y a plus de parole pour lui, car il est noyé dans l’océan de ses passions et il est un serviteur de son Nafs. [Puis il conclut] : Ces paroles suffisent largement et que la paix soit sur vous ».

Ensuite, il a répondu (qu’Allah l’agrée) en ces termes, suite à notre questionnement concernant l’interrogation précédente :

« Quant à la Tête de la science pour les gens de la vérité, c’est le fait de ne plus avoir qu’Allah en sa raison, son savoir et sa subjectivité propre à chaque instant.

C’est ce que demandait Cheikh Maoulana ‘Abdsalam Ibn Machich (qu’Allah l’agrée) en disant :

« Immerge-moi dans l’océan de l’œil unique, afin que je ne voie, je n’entende, je ne sente et je ne découvre que par cela ».

Puis, il doit être attaché à Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) extérieurement et intérieurement, dans l’apparent et le caché, en étant complètement détaché de tout ce qui est autre que Lui. Ceci constitue la quintessence même des œuvres prescrites et sa sommité.

Quant au Cœur de la science, c’est le fait d’adorer l’Essence Divine sans être conscient d’autre chose qu’elle.

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit dans certains livres révélés : « Quelle pire injustice que de m’adorer en vue du Paradis ou de l’Enfer ? ! Si Je ne les avais pas créés, ne suis-Je pas digne d’être adoré ? ! »

Donc, l’adorateur ne doit point espérer une rétribution quelconque par l’acquisition des bonnes œuvres ou par la crainte du châtiment. Mais il doit adorer son Seigneur par amour et dans l’espoir de son agrément, détaché de tout culte voué à autre que Lui.

Ainsi, seulement, il parviendra à la véritable servitude. Ce serviteur se doit d’être complètement assujetti au cours du destin, sans la moindre contestation face à Celui qui détient le pouvoir absolu sur son royaume ainsi que le véritable choix.

Quant aux Ailes de la science, c’est le fait de s’ôter tout choix d’éloigner un mal ou d’attirer un bien en étant complètement satisfait de la gérance du véritable Intendant.

Ibn ‘Abbas (qu’Allah l’agrée) a dit :

« Les serviteurs sont voilés de leur Créateur à cause de leur préoccupation à régler leurs propres affaires. Mais s’ils délaissaient cela ils verraient Allah de leurs propres yeux ».

Cheikh ‘Abdelsalem Ibn Machich (qu’Allah l’agrée) a fait allusion à cela en disant :

« Ne choisis rien de tes affaires ; et choisis de ne point choisir ; fuis loin de ce choix ; et pour Allah, fuis à la fois ton choix et ta fuite de toute chose ».

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit : « Et ton Seigneur crée ce qu’Il veut et choisit, il ne leur a jamais appartenu de choisir ». (Sourate 28 Le récit, verset 68). Ici finissent les propos de Seïdina (qu’Allah l’agrée).

Même si certains passages de ce texte rapportent le sens de ses paroles, nous disons celui qui sait et met en pratique, cela est authentiquement porteur de la science véritable, et il est rattaché à elle. Car le Livre d’Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) et la Sounna à travers la parole prophétique font l’éloge de ce genre de personne.

Par contre, celui qui n’a pas acquis cela, sa véritable nature est l’ignorance ainsi le préjudice qu’il cause à sa personne est plus important que le profit.

Et que la prière et le salut d’Allah soient sur notre maître Mohammed ainsi que sur sa famille et sa descendance.

Texte tiré du livre Jama’ de Sidi Mohamed ibn Mechri (qu’Allah l’agrée)

Recherche et Traduction par la Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe