Le détenteur de la grande maîtrise, à la station élevée, Abou-l-Abbas Sidi Ahmed ibn 'Asaker El Djaza'iri (qu’Allah l’agrée). Ce maître était immergé dans l'amour de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qui l'aimait aussi eu égard à son sincère et complet amour.

Notre personnage demandait souvent à Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) de lui garantir l'acquisition de la station identique à celle du célèbre et grand connaissant, le wali Abou Zayd Sidi Abdrahman (qu’Allah l’agrée). Cependant, Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) le mettait en garde contre cela.

Un jour, il accepta finalement sa requête en lui disant (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « Tu auras cela, mais à une condition, c'est que tu acceptes les épreuves de sa station ». Il lui répondit : « Ô mon maître, certes j'accepte ». Conformément au décret d'Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté), des évènements survinrent entre les Turcs et lui (qu’Allah l’agrée), évènements qui aboutirent à son exécution.

Au cours d’une période durant laquelle il visita Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) à Fès, il rencontra également la célèbre Majdhouba Lalla Mannana (qu’Allah l’agrée). Lors de cette entrevue, elle lui dévoila en premier lieu son nom puis elle lui raconta d'autres choses jusqu'à lui dire : « Le mal te viendra dans ton jardin ».

Il s'avéra qu'en retournant à Alger, les Turcs passèrent dans son jardin et trouvèrent quelque chose qui les poussa à le tuer par erreur, qu'Allah lui fasse Miséricorde.

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe