Sidi Ahmed Dadouch (qu’Allah l’agrée) faisait partie des aimés de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et de ceux qui avaient pris la Tariqa auprès de lui, dès son début. Il éprouvait pour Seïdina un amour sincère en sa présence comme en son absence et n’hésitait pas à renier ses détracteurs. Il était fermement attaché à la corde de cette Tariqa et il accomplissait ses oraisons avec lesquelles il dépensait ses nuits et ses jours.

Il visitait souvent Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) en effectuant le déplacement du village de Aouled Moussa à ‘Aïn Madhi, même si les habitants de son village le critiquaient pour cette raison. Un jour, ceux qui s’acharnaient contre lui allèrent le dénoncer auprès de quelques personnes qui avaient déposé chez lui une partie de leurs récoltes. Ils affirmèrent que notre personnage les avait consommés, ce qui poussa ces derniers à venir réclamer leurs dépôts. Or, il en avait presque consommé l’intégralité, mais dans l’intention d’un emprunt qu’il aurait restitué au moment de la récolte.

En effet, il était persuadé que les gens lui avaient donné l’autorisation d’en faire usage, mais voilà qu’à présent, ils lui demandaient expressément de leur restituer leurs biens. Face à ces circonstances, il partit voir Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et l’informa sur sa fâcheuse situation. Seïdina lui remit alors quelques cailloux en lui ordonnant de les mettre dans la récolte. Il devait après ça peser le poids de l’ensemble de ce qui était en dépôt chez lui, tout ceci sans la présence de quiconque, et enfin, il ne devait plus accepter de les reprendre. C’est ainsi qu’il exécuta les recommandations de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), puis il rendit l’intégralité des dépôts. Les dénigreurs furent surpris de constater qu’il n’avait rien consommé et ils se sont dit : « Mais de quoi se nourrissait-il alors ? ».

Les propriétaires des dépôts reconnurent que les dénonciateurs n’étaient que des menteurs et ils demandèrent à Sidi Ahmed Dadouch (qu’Allah l’agrée) de reprendre leurs biens chez lui, mais il refusa. Après cela, il se rendit chez Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et le trouva en compagnie de quelques-uns de ses compagnons. Il commença alors à danser en signe de joie devant ce prodige qui venait de lui arriver, ce qui provoqua un sourire à Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et à ses compagnons (qu’Allah les agrée). Certains frères l’interrogèrent au sujet de ce qui s’était passé, il leur répondit : « J’avais l’impression que la récolte augmentait quand je la déposais sur la balance, alors que je ne déposais pas grand-chose ! ».

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe