Le Waly parfait, le connaissant relié doté de la majestueuse bénédiction, Sidi Ahmed ibn Abdrahmane Semghouni(qu’Allah l’agrée), l’une des élites parmi les compagnons de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Il était caractérisé par une aspiration élevée et il était très considéré au sein des élites comme des communs.

Il a été rapporté que lorsque notre personnage a rencontré l’immense Khalife Sidi Hajj ‘Ali Tamacini (qu’Allah l’agrée) à Boussemghoume, il lui a évoqué le cas des enfants de Seïdina Ahmed Tijani(qu’Allah sanctifie son précieux secret)jusqu'à ce qu’il lui dise : « Je pense que personne ne pourra les ramener de Fès, car il ne désire point en sortir pour se rendre dans le désert, sauf par le biais d’un secret. » Sidi Hajj ‘Ali (qu’Allah l’agrée) lui dit alors : « Je vais les ramener par le biais d’un secret et tu le constateras de toi-même. »

Il se rendit donc à Fès et y trouva les enfants de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lassés et tracassés par l’évènement survenu avec le fils du Sultan et ils étaient fort désireux de s’en aller. Or les compagnons de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qui vivaient à Fès lui déclarèrent qu’ils ne laisseraient jamais partir les enfants de Seïdina Ahmed Tijani avec lui. La situation paraissait sans issue au point que la seule solution fut de porter cette affaire au prince de l’époque Maoulana Sultan Souleïman (qu’Allah sanctifie son âme au Paradis).

Une fois devant lui, les disciples de Fès argumentèrent en disant : « Les enfants de Seïdina Ahmed Tijani sont nés à Fès (en fait seul Sidi Mohamed El Habib y est né) et c’est le lieu où ils sont installés, ils ne doivent pas en sortir. » Seïdina Hajj ‘Ali (qu’Allah l’agrée) dit alors : « Leur origine est de ‘Aïn Madhi et leur irrigation ne se trouve pas dans cette ville, mais elle est dans le désert. » faisant allusion à la parole de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret)qui avait dit : « Il n’y a que le désert qui convienne à mes garçons, ils s’y assainiront et y vivront. » Le verdict trancha en faveur de Sidi Hajj ‘Ali (qu’Allah l’agrée) mais à la condition toutefois que les enfants de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret)désirent effectivement voyager. La situation s’apaisa et s’arrangea entre Sidi Hajj ‘Ali (qu’Allah l’agrée) et les disciples.

Parmi les propos qu’ils s’échangèrent, ils lui demandèrent : «  aimerions que tu nous informes sur l’identité de celui d’entre les membres de cette Tariqa Mohamediya qui est apparu conformément à la parole de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qui avait dit : « Il y a certain d’entre mes compagnons que, si on rassemblait l’ensemble des Pôles de cette communauté, on ne pourrait les peser devant l’étendue d’un seul cheveu de leurs océans. » et il a dit que l’un d’entre eux est apparu et qu’il est de père et de mère Fèsi (originaire de Fès) mais sans pourtant le nommer, le dissimulant entièrement. » Sidi Hajj ‘Ali (qu’Allah l’agrée) leur dit : « Mais que feriez-vous donc avec lui si vous le voyez ? » Ils répondirent : « Nous l’honorerions et nous nous conformerions à ses ordres. » Il leur demanda : « N’est-ce pas qu’il ne serait qu’un serviteur de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et de ses enfants ?! » Ils dirent : « Oui, en effet. »

Il leur dit alors : « Il vous suffit alors d’honorer les enfants de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et de vous conformer à leurs ordres en priorité vu ce que cela implique comme observance des commandements de Seïdina Ahmed Tijani. Or ses enfants vous ordonnent de renoncer à votre opposition hostile au sujet de leur voyage si vous désirez réellement l’agrément d’Allah par la satisfaction de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret). »

C’est à cet instant que les disciples abandonnèrent leurs contestations pour ce départ. Sidi Hajj ‘Ali (qu’Allah l’agrée) put ainsi partir avec les enfants de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) laissant derrière eux les yeux des disciples en pleurs, leurs cœurs consumés par cette séparation. Les gens restèrent ébahis devant ce départ, car ils étaient convaincus de son impossibilité.

Cet événement laisse entrevoir deux faits particuliers :

Le premier est que Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) avait informé que seul le désert conviendrait à ses garçons, qu’ils s’y assainiront et y vivrons, quant aux filles il n’y a que la ville qui leur conviendrait. Il est rapporté dans El Ifadat-l-Ahmediya que la cause de ses propos est qu’une personne proposa sa fille pour Sidi Mohamed El Habib (qu’Allah l’agrée), alors Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) s’excusa en lui déclarant ces propos-là et il ne s’est pas écoulé une année qu’ils s’y sont effectivement rendus.

Le second est que Sidi Hajj ‘Ali (qu’Allah l’agrée) avait affirmé à Sidi Ahmed ibn Abdrahman Semghouni (qu’Allah l’agrée) qu’il allait ramener les enfants de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) dans le désert par le biais d’un secret et c’est ce qui s’est déroulé.

Remarque : Sidi Arbi ben Sa-ih (qu’Allah l’agrée) fut interrogé sur cette personne originaire de Fès dont a parlé Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Il répondit : « Par cette insinuation il ne veut pas désigner la ville de Fès mais il insinue en fait par la mère la Tariqa et par le père l’esprit de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).»

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe