Le Wali parfait, le Connaissant relié au cœur sain et à la grâce immense, le majestueux Mouqadem Abou ‘Abdallah Sidi ‘Abbas Charqawi (qu’Allah l’agrée), une élite parmi les compagnons de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Seïdina Cheikh l’autorisa, de son vivant, à transmettre la noble Tariqa Mohammediya à tous ceux qui la réclameraient et il accomplit son rôle de la meilleure manière. Il faisait également partie des neuf personnes qui furent choisies afin de réciter des formules de protection, conformément à l’ordre que reçut Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) de la part du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui).

Avant son entrée dans la Tariqa, il exerçait la profession de témoin instrumentaire agrégé dans les témoignages. Lorsqu’il prit la Tariqa, Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui ordonna d’abandonner cette profession (en raison de l’étendue de la corruption qui y sévissait) et il lui dit : « Sois porteur ou marchand de charbon, mais surtout ne t’approche pas de cette fonction ». À la suite à cet ordre, notre personnage délaissa sa charge, mais il ne parvenait pas à trouver un autre métier qui lui aurait permis de subvenir à ses besoins. Il se rendit donc auprès de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) afin qu’il l’autorise à réintégrer son métier d’origine. Il se plaignit à lui en disant : « Ô mon maître, regarde ma situation ». Seïdina lui répondit : « Retourne chez toi et restes-y, ta subsistance t’y rejoindra ». Et depuis, chaque mois, il recevait ce qui pouvait lui suffire en quantité de grains, de nourriture et autres besoins provenant de la part de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Seïdina ordonnait également à certains de ses compagnons de visiter notre personnage chez lui et on rapporte à son sujet des faits extraordinaires. Le grand Wali Moulay Mohamed Ben Abi Nasr El ‘Alawi (qu’Allah l’agrée) avait affirmé après le décès de notre personnage : « Sidi ‘Abbas Charqawi était l’un des Wali foudroyants parmi les grands ». Il est mort aveugle après le décès de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et parmi les propos qu’il a laissés il y a : « Trois choses permettent de diriger la raison d’une personne et son aspiration : son Messager (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), ses paroles et sa conduite ».

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe