Sultan Suleiman

Il était un Imam juste et un savant œuvrant, il a pris la Tariqa de Seïdina Ahmed Tijani (suite à l'autorisation du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)). Il lui a attesté qu'il faisait partie de sa descendance.

Il a assisté aux prodiges de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret), ce qui a raffermi sa croyance en lui. Aussi, le Sultan a refusé les paroles des opposants à Seïdina Ahmed Tijani (et justement, à cette époque, ils étaient nombreux).

Il a été rapporté qu'il faisait souvent la demande à Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) pour qu'il lui permette de voir le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) en état d'éveil. Notre Maître (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui disait : « J'ai bien peur que tu ne puisses supporter cela »

Sa demande fût si persistante et Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) ne pouvant le convaincre d’y renoncer, il finit donc par le lui accorder. À cet effet, il lui recommanda tout d'abord de garder le secret, de consacrer un lieu pur et entièrement vide réservé spécialement pour cela, et enfin, d’être seul.

Il avait tout préparé suivant les recommandations et lorsqu'il décida de pénétrer dans cet endroit, il fut pris d'une très grande crainte révérencielle (haïba). De ce fait, il n'a pas pu s'installer seul à l'intérieur afin de réciter ce qu'il avait reçu comme Dhikr particulier. Vu l'importance de ses émotions, il demanda à Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) de l'assister personnellement.

Il lui accorda son désir en pénétrant avec lui dans ce lieu consacré à l'accueil du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui). Pendant qu'il récitait, une intense lumière est apparue emplissant la chambre des Lumières Mohamedienne (Anwar el Mohamediya). Face à cette intensité, le Sultan Souleïman (qu’Allah l’agrée) perdit connaissance.

À son réveil il trouva la main de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) posée sur sa poitrine qui lui dit alors : « Tu vas bien, et le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) te garantit ceci et cela ». Il lui répondit : « Qu'Allah te récompense en bien et tu m'avais certes prévenu que je ne pourrais y faire face, chose que j'ai constatée de moi-même »

Voici à la suite, une des lettres que Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) avait envoyée au Sultan :

« Après l'évocation du Nom Divin et la prière et la paix sur le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), lui qui a la station la plus honorable et respectable, l'accomplissement de la majesté et de la générosité et son aboutissement, le Maître qui a accédé au summum de la gloire.

À l'adresse de notre maître, noble de descendance, au caractère doux et à la moralité parfaite, celui qui honore le khalifa de l'Islam en l'élevant, celui qui appartient au culte Mohamedien, le refuge du présent, Maoulana prince des croyants, le maître Souleïman ben Mohamed, qu'Allah lui vienne en aide et lui accorde une victoire glorieuse, que soit élevé son soleil dans le plus profond bonheur éternel et qu'Il te perpétue dans les jardins des promenades des dons divins.

Nous demandons à Allah (qu'Il soit glorifié) de t'inscrire dans le registre des bienheureux ici-bas et dans l'au-delà, qu'Il te regarde d'un œil de bienveillance, d'amour, qu'Il t'accorde la particularité de Ses dons ainsi que la victoire et la protection dans ce monde et la vie éternelle.

Nous lui demandons qu'Il fasse que le jour des retrouvailles avec Lui soit un jour de fête, de bonheur, d'hospitalité divine. Nous demandons à Allah qu'Il agisse envers toi par Sa Grâce et Son agrément ici-bas et dans l'au-delà et nous demandons à Allah qu'Il fasse que Ses soldats soient à ton secours autour de toi, dans toutes les directions où que tu sois.

Nous Lui demandons qu'Il assainisse par toi ses serviteurs et le pays, qu'Il renforce par toi les piliers de la foi et de la religion, qu'Il fasse jaillir par toi le bien et la paix sur l'ensemble des musulmans, qu'Il soit pour toi un allier, un secours, une aide et une protection. Nous demandons à Allah qu'Il fasse passer l'état de ton cœur jusqu'à l'étape de l'éveil en Allah afin que tes membres puissent consacrer leur temps à la servitude d'Allah.

Je demande à notre maître de respecter les ordres d'Allah et d'éviter Ses interdictions et je le conseille comme Allah l'avait fait lorsqu'il a dit :

« Ô vous qui avez cru ! Craignez Allah. Que chaque âme voit bien ce qu'elle a avancé pour demain. Et craignez Allah, car Allah est parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. Et ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Allah ; [Allah] leur a fait alors oublier leurs propres personnes ; ceux-là sont les pervers. Ne seront pas égaux les gens du Feu et les gens du Paradis. Les gens du Paradis sont eux les gagnants » (Sourate 59 L’Exode, versets 18 à 20).

Et Sa parole :

« Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture, afin qu'il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à son messager obtient certes une grande réussite. » (Sourate 33 Les coalisés, verset 70 et 71).

Et Sa parole :

« Et craignez le jour où vous serez ramenés vers Allah. Alors chaque âme sera pleinement rétribuée de ce qu'elle aura acquis. Et ils ne seront point lésés » (Sourate 02 La vache, verset 281).

Et Sa parole :

« À Allah seul appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, "Craignez Allah !" Voilà ce que nous avons enjoint à ceux auxquels avant vous le livre fut donné, tout comme à vous-mêmes. Et si vous ne croyez pas (cela ne nuit pas à Allah, car) très certainement à Allah seul appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah se suffit à lui-même et Il est digne de louanges » (Sourate 04 Les femmes, verset 131).

Et Sa parole :

« Ô hommes ! Craignez votre Seigneur et redoutez un jour où le père ne répondra en quoi que ce soit pour son enfant, ni l'enfant pour son père. La promesse d'Allah est vérité. Que la vie présente ne vous trompe donc pas, et que le Trompeur (Satan) ne vous induise pas en erreur sur Allah » (Sourate 31 Luqman, verset 33).

Et il y a dans la méditation des versets d'Allah, une guidance, un conseil, matière à réflexion, une leçon. Nourris ton nafs à travers une cure de patience, de raffermissement. Certainement c'est une guérison pour celui qui est accoutumé à suivre ses passions en s'abandonnant à elles et en s'opposant aux prescriptions divines.

Je dis que la paix soit sur notre maître et tous ceux qui sont à son service, les proches, les serviteurs, les amis, les compagnons et sur l'ami intime qui t'a écrit, le serviteur pauvre en Allah, Ahmed ibn Mohamed Tidjani, qu'Allah Lui accorde la grâce ici-bas et dans l'au-delà.

J'ai une affaire sérieuse et importante à te transmettre de la part du maître de l'existence, fleuve de générosité, Seïdina Mohamed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), il m'a dit ce qui suit :

« Écris une lettre à notre fils Souleïman ibn Mohamed, prince des croyants, et dis-lui qu'il n'y a pas sur terre une chose plus grande en mérite et en danger que mon Ouird, celui que je t'avais dicté et dis-lui de la réciter, car c'est bien à travers sa récitation qu'Allah se chargera d'assainir sa vie ici-bas et dans l'au-delà.

Informe-le qu'il n'y a pas sur terre une chose plus grande en mérite et en danger que mon invocation que j'avais dictée sur 'Ali Ibn Abi Taleb (qu’Allah l’agrée) appelé Saïfiyou. C'est à travers sa lecture qu'Allah éloigne les calamités apparentes et intérieures, ce qui lui apporte le bien ici-bas et dans l'au-delà.

Apprends-lui la prière de consultation que je t'avais apprise et la lecture d'El Fatiha sept fois avec l'intention du Nom après les prières, qu'il n'abandonne pas sa personne, qu'il fasse l'effort autant que possible de faire la prière sur moi par Salat El Fatihi. C'est à travers l'effort continu sur cela qu'Allah assainit sa situation intérieure et extérieure. Apprends-lui aussi quelques mérites de Salat El Fatihi autant que tu peux ».

Ainsi se termine la parole du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) qu'il m'avait ordonné de te transmettre. Et sache bien que mon état avec lui est celui du serviteur vis-à-vis du roi, assis auprès de lui en silence et avec convenances (Adeb). Il n'a rien à demander et ne possède rien du roi. Si le roi ordonne il ne fait qu'exécuter. Il se contente d'être assis en présence du roi en silence et avec adeb.

Je ne peux rien lui demander et je ne peux pas lui poser de questions, je n'ai envers lui aucune initiative, il m'ordonne et j'exécute. Il m'a défendu et éduqué dans le sens où je ne peux lui demander ou l'interroger, et ce, depuis plusieurs années.

Quant au Wird qu'il m'avait dicté (et qu'il m'a ordonné de transmettre aux gens), c'est :

- L'Istighfar 100 fois

- La Salatou-l-Fatihi 100 fois

- La ilaha ila Allah 100 fois

Donc, récite-les une fois le matin et le soir. Le matin de la prière de Sobh jusqu'à celle de Douha et l'après-midi de la prière du 'Asr jusqu'à celle du 'Icha. Il m'a informé auparavant que celui qui récite continuellement son Wird, Allah le fera entrer au paradis, ainsi que ses parents, ses femmes, ses enfants sans rendre de compte et sans châtiment et il ne subira aucun châtiment de l'heure de sa mort jusqu'à son établissement au paradis.

En ce qui concerne son message au sujet de Salat El Fatihi, la lecture d'El Fatiha avec l'intention du Nom, Saïfiyou et la prière de consultation, je t'en informerai dans une autre lettre, et qu'Allah prie sur Son Prophète et salam ».

Il a été cité que lorsqu'ils se sont rencontrés, il a élevé son honneur et lui a offert une demeure connue à Fès sous le nom de « La demeure des miroirs », mais Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) l’a refusé à cause d'un sentiment intérieur qui l'agaçait. Le Sultan s'en est aperçu et lui a parlé de manière à l'apaiser, à enlever tout problème à ce sujet.

Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) a informé ses proches compagnons qu'il habiterait dans cette demeure avec l'autorisation du Prophète et qu’également, il lui avait ordonné de donner aux pauvres le prix du loyer. C’est ainsi que durant la période de son séjour dans cette demeure, et ce, jusqu’à sa mort, il donna chaque mois l'équivalent du loyer en pain.

Lorsque Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) eut l'autorisation officielle de la part du Sultan Souleïman (qu’Allah l’agrée), de construire la Zaouiya à Fès, celui-ci lui envoya deux bourses dont chacune contenait mille Riyals et lui dit : « Utilise-les pour la construction ». Cependant, Seïdina Ahmed Tijani les renvoya et lui dit : « Son affaire est gérée directement par Allah ». Le Sultan insista tout de même pour qu'il les accepte. Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) refusa de dépenser cette somme pour les besoins de la Zaouiya, il ordonna donc de le dépenser pour les pauvres et les nécessiteux.

Le Sultan Souleïman (qu’Allah l’agrée) est décédé dans la ville de Marrakech le jeudi 13 rabi' el Awwal 1238 et sa tombe est célèbre dans ces lieux.

Recherche et Traduction par la Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe