Il est l’homme majestueux doté de la bénédiction, le Chérif authentique à l’opinion droite et à l’attache solide. Ce maître fait partie des élites parmi les compagnons de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Auparavant il était affilié à la Tariqa des dignitaires de Wazan et par la suite, il s’est accroché fermement aux pans de la Tariqa de Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) à l’instar de certains autres méritants d’entre ses compagnons.

Il a été rapporté concernant Sidi Ahmed Banani, Sidi Taïeb Sefiani et notre personnage (qu’Allah les agrée) qu’ils avaient des liens d’affection et d’amitiés incomparables entre eux. C’était des frères en Allah qui vivaient unis comme avec un seul cœur. Ils se rassemblaient souvent dans un endroit privé, chez Sidi Chahid El Wazani. C’était un lieu qui possédait deux portes d’entrée. Une nuit, après la prière du ‘Icha, le chérif Sidi Taïeb (qu’Allah l’agrée) se rendit dans l’endroit convenu avec un repas et il emprunta une des deux portes qui conduisait à la demeure. Lorsqu’il rentra auprès de ses amis (qu’Allah les agrée) et qu’il les salua, Sidi Chahid (qu’Allah l’agrée) resta stupéfait et ne put dire un seul mot. Puis il demanda à Sidi Taïeb (qu’Allah l’agrée) : « Mais par où es-tu entré ? », il répondit en lui désignant une des deux portes : « Par cette porte ! ».

Sidi Chahid (qu’Allah l’agrée) s’exclama : « Par Allah ! J’en suis très étonné ». Il se leva, prit une bougie et descendit à l’endroit en question, suivi de près par ses deux compagnons. Cette porte était celle qui donnait sur une ruelle entièrement excavée, il était donc impossible à quiconque de l’emprunter et il fallait nécessairement passer par l’autre porte pour pouvoir entrer dans la demeure. Le Chérif Sidi Taïeb (qu’Allah l’agrée) lui aussi resta stupéfait devant cela n’ayant aucune explication à apporter jusqu’au jour où tous les trois prirent la Tariqa Tidjaniya et lors d’une assise avec Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), Sidi Taïeb (qu’Allah l’agrée) se remémora avec étonnement cet événement passé au point que toute sa pensée en fut accaparée. Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui dit par dévoilement : « C’est ton propre Cheikh qui t’a frayé le chemin sans que tu ne t’en rendes compte toi-même et untel ainsi qu’untel ont été témoins de cela ». Et Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui évoqua avec précision ce qui lui était arrivé à cette époque. La détermination des trois amis se renforça encore plus et ils s’attachèrent solidement à la Tariqa de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Ce fut aussi le Chérif Sidi Chahid El Wazani (qu’Allah l’agrée) qui demanda à Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) d’implorer pour lui la rectitude (El Istiqama) comme rapporté dans El Ifada. Mais Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) avait alors dit : « Qu’Allah t’accepte de par Sa grâce et Son agrément ». Notre personnage lui demanda la raison pour laquelle il n’avait pas imploré la rectitude, Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui répondit : « Celui qui veut la rectitude à notre époque est comme celui qui veut construire un escalier jusqu’au ciel ». Mais Sidi Chahid (qu’Allah l’agrée) réitéra sa demande pour la rectitude, Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui expliqua : « Je t’ai dit : « Qu’Allah t’accepte de par Sa grâce et Son agrément ». Que tu sois droit ou tordu, si Allah t’accepte par sa grâce et son agrément il n’a que faire que tu sois droit ou tordu. Et sache que dans notre époque après qu’un individu ait atteint la droiture, il ne trouvera plus personne pour l’aider à rester droit ».

Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe